Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Les entreprises où il fait bon travailler

Les entreprises où il fait bon travailler

Dans la 9e édition du palmarès européen " Great place to work " 2011, les entreprises françaises n’ont guère la cote...


Le 20/06/2011

 

Chaque année, l’Institut great place to work, société de conseil en management, réalise les "palmarès des best workplaces" de 46 pays. L'institut collabore avec de nombreuses revues économiques à travers le monde pour publier ces classements, également consultables en ligne.

 

Chaque palmarès met en avant "les entreprises motivantes, où il fait bon travailler" dans chacun des pays participants.

 

La réalisation de ces palmarès s’appuie sur l’utilisation d’une même méthodologie composée d’enquêtes auprès des salariés : sur leur niveau de confiance, sur la qualité des relations entre les salariés eux-mêmes et leurs dirigeants.

 

Selon l’Institut great place to work, la confiance entre les dirigeants et les salariés est la principale caractéristique définissant les entreprises les plus motivantes. Il s’agit d’une entreprise où les salariés font confiance à leur encadrement, sont fiers de leur travail, et se réjouissent d'avoir à travailler avec leurs collègues.

 

Le palmarès européen,  publié fin mai, a été ainsi établi à partir d’enquêtes menées au sein de chaque entreprise postulante en Europe. Plus de 1300 entreprises, employant plus de 1,5 million de personnes ont postulé. Un questionnaire anonyme de 59 items (2/3 de la note de l'entreprise) a été adressé à un échantillon représentatif ou à l'ensemble des salariés. 


Une évaluation plus qualitative de la culture, de la société et de ses pratiques RH  a par ailleurs été menée (1/3 de la note). Elle repose sur 3 critères fondamentaux : la confiance des salariés envers leur encadrement, la fierté d'appartenance à un groupe et la convivialité.

 

Les entreprises gagnantes sont les celles du Nord de l'Europe (Allemagne, Danemark, Irlande) puisqu’un tiers  d'entre elles décrochent une récompense !

En dehors d’un fort management de proximité et de relations basées sur la confiance,  ce succès correspond aussi à une meilleure organisation du temps de travail qui privilégie l’équilibre entre la  vie professionnelle et la vie privée et laisse une plus grande place à la formation. 

 

Aucune entreprise française ne figure dans le palmarès européen des 25 premières entreprises de plus de 500 salariés où " il fait bon travailler " ! Idem pour les prix spéciaux récompensant les efforts des entreprises en matière de formation, de communication, de gestion du temps ou encore de management...

 

Seules  2 entreprises françaises sont citées dans le palmarès européen des entreprises de moins de 500 salariés grâce à leurs pratiques appréciées en matière managériale. Il s'agit d'Octo Technology, cabinet de conseil en systèmes d'Information, qui obtient même la 22e place (1re place du palmarès français équivalent) et d'Accuracy, société de conseil spécialisée en finance d'entreprise qui arrive en 46e position (3e place du classement français).

 

Les filiales françaises des multinationales (Microsoft, Mars, Cisco Systems, McDonald's...) s'en sortent mieux.

 

Ces palmarès représentent un véritable enjeu pour le recrutement dans la mesure où ils attirent fortement les candidats vers les entreprises classées. Selon l'institut great Place to Work, les entreprises primées reçoivent, en moyenne, 8 fois plus de candidatures par an que leur nombre de salariés ! 

 

De son côté, la filiale française de l’Institut great place to work collabore avec le magazine Le Figaro économie pour publier le palmarès des best workplaces en France qui précède le palmarès européen. Elle publie également 2 classements afin de distinguer les entreprises de moins de 500 salariés et celles de plus de 500 salariés. Enfin elle décerne des prix spéciaux (inspiration, recrutement, équité).

 

Bon à savoir : les résultats du baromètre 2011 EdenRed Ipsos "bien-être et motivation des salariés français", réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 4 000 salariés français témoignent du mauvais moral des salariés. Seuls 1/3 d’entre eux déclarent être "souvent heureux au travail". Parallèlement, ils sont 40 % (chiffre en hausse par rapport à 2007) à indiquer que leur motivation au travail est en baisse. 

 

Annie Poullalié