Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Chat
  • Les métiers des jeux vidéo

14/09/2011 à 17h00 - Les métiers des jeux vidéo

La France est le 2e producteur européen de jeux vidéo. Ses studios de développement sont internationalement reconnus pour leur créativité. Dans un contexte de forte concurrence, les profils hautement qualifiés sont très recherchés.

Les invités

Jean-Baptiste Franjeulle - Responsable communication et export à Capital Games

Benoît Hozjan - Dirigeant de Kheops Studio

Question :

Il est 17 h, le chat peut commencer.

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Bonjour.

Jean-Baptiste Franjeulle : Bonjour.

Question :

Mayalabeille : Monsieur Hozjan, pouvez-vous nous parler un peu plus de votre parcours ? Quel est votre quotidien en tant directeur de Kheops studio ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Après une formation scientifique, j'ai eu l'opportunité d'intégrer un éditeur de jeux vidéo (Cryo Interactive) en tant qu'ingénieur en recherche et développement. Suite à la crise de 2002, l'éditeur a cessé de développer ses jeux en interne. Ça a été l'occasion de créer un studio de développement en 2003 (Khéops Studio). Au quotidien, mon travail se partage entre la gestion de la société et le suivi des projets en cours de développement. Il y a donc une première partie administrative et une autre plus créative. Après avoir commencé à développer des jeux pour des éditeurs tiers, nous avons commencé à produire nos propres jeux à partir de 2009. Nous sommes spécialisés dans le jeu d'aventure « graphique ». En interne, nous nous occupons de la conception et la programmation, la production graphique étant externalisée.

Question :

Mélinda : Pouvez-vous nous décrire les activités de Capital Games ? Que faites-vous exactement ?

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Capital Games, c'est une association de loi 1901 qui regroupe 60 membres actuellement, qui sont des entreprises en Ile-de-France qui développent, éditent et distribuent des jeux vidéo, quels que soient leurs types ou leurs plates-formes. L'association existe depuis 2003. Elle accompagne ses adhérents au quotidien sur toutes les problématiques liées aux ressources humaines et à la formation, au financement, à l'export, et à la recherche et développement. Je suis chargé de la communication de l'association (interne et externe) et chargé de mission export. J'accompagne les adhérents sur les problématiques liées à ce sujet.

Question :

Lilian : Est-ce qu'il y a des écoles spécialisées qui proposent un diplôme "créateur de jeux vidéo" ? / GlamShock : Bonjour, je suis un "geek", j'aimerais "créer" des vidéo games, comment faire ???

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Beaucoup d'écoles proposent aujourd'hui des formations en jeux vidéo. Il existe une liste non exhaustive sur le site de l'AFJV (Agence française des jeux vidéo). Il est important de regarder en détail les programmes proposés pour coller au mieux à ce que chacun recherche. A noter que notre syndicat professionnel SNJV (Syndicat national du jeu vidéo) travaille à la mise en place d'une labellisation des écoles afin que les futurs élèves et les parents puissent identifier les écoles reconnues par le secteur. Si vous développez des jeux de votre côté, vous pourrez les présenter lors de votre entrée en école. Ils serviront à vous aiguiller vers la filière la plus adaptée pour notamment vous concentrer soit sur du game design, soit sur de la programmation ou encore de l'infographie.

Question :

Mario : Existe-t-il des cursus type BEP ou BTS pour se spécialiser dans les métiers des jeux vidéo ?

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Non, pas de BTS ou de BEP. Il existe en revanche des DUT spécialisés dans les métiers de l'informatique. Ce sont des diplômes qui constituent souvent de bonnes bases pour la programmation, et qui permettent ensuite de se spécialiser vers le jeu vidéo dans sa poursuite d'études.

Question :

Marie : Bonjour, d'après vos expériences, est-il vraiment nécessaire de faire ces écoles ? Une formation en informatique plus générale est-elle suffisante ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Un cursus informatique (ingénieur) sera bien adapté pour intégrer directement des équipes de développement. Les studios prennent régulièrement des programmeurs généralistes. La première expérience sera très certainement un stage en 3e ou 4e année.

Question :

Platform2 : Quelles formations pour développer des jeux sur téléphone mobile ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Il n'y a pas d'écoles spécialisées uniquement sur une plate-forme. Les étudiants sont généralement polyvalents. Lors de la conception, ils devront prendre en compte les contraintes de la plate-forme cible. Les programmeurs pourront être différents selon les plate-formes. Aujourd'hui, le développement sur mobile (smartphone) est beaucoup plus simple qu'il y a cinq ans, lorsque le nombre de terminaux à dresser était énorme.

Question :

Geborth : Au sein de Capital Games, y a-t-il de la recherche fondamentale et appliquée pour les usages du virtuel pour le monde de l'entreprise et des usages professionnels (entreprises et autres) ?

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Ce que Capital Games propose à ses entreprises adhérentes, c'est de les accompagner sur leurs projets de R&D (recherche et développement), en partenariat avec le Pôle de compétitivité "Cap Digital". Nous labellisons notamment les projets de R&D lorsqu'ils sont très fortement orientés jeux vidéo. Nous organisons des ateliers pour encourager les entreprises à se rencontrer et à mutualiser leurs ressources pour collaborer efficacement. Nous aidons également les entreprises adhérentes sur des problématiques particulières quand le besoin émerge, comme par exemple notre projet de Laboratoire des Mondes Virtuels. Ce projet regroupe plusieurs entreprises adhérentes, un laboratoire de recherche, et des consultants pour la construction d'outils de soutien à leur activité.

Question :

Geborth : Chez Khéops, avez-vous des demandes de jeux en provenance des entreprises (à visée de supports de formation, usages marketing...) ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : De 2003 à 2008, nous avons principalement développé des jeux correspondant à une commande des éditeurs. Le thème était imposé, mais nous restions relativement libres sur le contenu. La crise de 2008 a mis en difficulté ces éditeurs, nous avons commencé à auto-produire nos propres jeux (idées, financement, développement et vente). Tous les scénarios peuvent exister, les idées venant du client ou du développeur. Nous n'avons pas de serious game en développement actuellement en interne. Mais nous serons peut-être amenés à en développer prochainement.

Question :

Lifeisbeautiful : Est-il impératif d'être bilingue en anglais pour travailler dans ce secteur ?

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Comme dans beaucoup d'autres secteurs d'activité, il est fortement recommandé de parler couramment anglais. Le jeu vidéo est un marché international et environ 70% de l'activité des entreprises françaises se fait à l'export. C'est toujours de mieux de parler une langue étrangère supplémentaire (espagnol, allemand...).

Question :

Sony : Je pensais me mettre au japonais pour me donner plus de chance pour trouver un travail dans ce secteur. C'est utile ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Si vous êtes passionné par la culture japonaise, vous pourrez plus facilement trouver un travail au Japon. Certaines écoles ont des partenariats avec des écoles japonaises. Pour travailler en France, l'anglais est plus important.

Question :

Irina : Toutes les formations sont sur Paris ou existe-t-il aussi des centres en province ?

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Il y en a à Paris et en province. Celles qui viennent souvent à l'esprit sont souvent basées à Paris, mais aussi à Lille, à Angoulême, à Lyon... Ces informations sont disponibles sur le site de Capital Games pour celles avec lesquelles nous travaillons le plus étroitement. Le site de l'AFJV les recense de manière très complète.

Question :

Jewel : Qu'attend Khéops Studio des personnes qui veulent l'intégrer ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Le travail en équipe est particulièrement important car nos créations s'enrichissent des idées de chacun. Pour les studios de petite taille comme nous, la polyvalence est aussi extrêmement importante. Une grande culture générale est aussi primordiale, nous trouvons notre inspiration dans les livres/films/etc.

Question :

Jewel : Doit-on obligatoirement passer par une école pour intégrer un studio de production ?

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Cela dépend des métiers. Un programmeur, ou un graphiste autodidacte, peut arriver à convaincre un recruteur par les qualités de son travail. Toutefois, les formations diplômantes proposent des cursus de qualité pour la plupart. Capital Games travaille notamment avec les écoles et organismes de formations, et les entreprises, pour les aider à adapter ce qui est proposé à la réalité du développement de jeux vidéo.

Question :

Minouchette : Je me spécialise dans les RH mais j'aime bien le monde des jeux vidéo. Existe-t-il une formation ou un cursus spécial pour devenir RH dans une boite de jeux vidéo ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Il n'y a pas de formation spécifique pour les RH dans le jeu vidéo. On y trouve certainement plus de fortes personnalités que dans d'autres secteurs et une moyenne d'âge plus jeune. Il faut donc s'y préparer. La raison pour laquelle il n'y a pas forcément beaucoup de DRH dans le secteur vient de la taille des entreprises. Beaucoup sont de petites structures qui ne peuvent pas financer un poste de DRH.

Question :

Néruffians : Travailler dans les jeux vidéo, c'est un peu le rêve de tous les enfants. Est-ce que ce "mythe" correspond à la réalité de votre quotidien? Merci.

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Comme d'autres secteurs qui font rêver comme le cinéma ou la musique, la réalité peut être différente des perceptions que l'on peut en avoir. Ce secteur embauche des gens diplômés souvent à bac+5, talentueux, créatifs, travailleurs. C'est un secteur exigeant. L'image qu'on en a est "cool", mais la conception de jeux vidéo regroupe beaucoup de métiers différents, qui demandent de la rigueur et un travail d'équipe. Beaucoup de gens veulent travailler dans le jeu vidéo, parce que c'est leur loisir favori, mais ce n'est pas parce qu'on adore jouer qu'on sera un bon concepteur de jeux. Mais la passion est un facteur déterminant si l'on veut réussir dans ce secteur.

Question :

Raspoutine : Monsieur Hozjan, vous avez créé Khéops Studio. Quels conseils pouvez-vous me donner, je veux aussi créer une boite de jeux video ? Quelles sont les choses auxquelles il faut faire attention ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : Créer sa société, et en particulier un studio de développement, est passionnant mais il ne faut pas ignorer que cela reste compliqué. Il est difficile de mener de front la création des productions internes et la gestion administrative au quotidien. Il vous faudra sans doute faire un choix. Il est également difficile d'avoir de la visibilité. Ne vous attendez pas à vivre avec le confort d'un métier plus stable. La quantité de travail peut varier beaucoup sur une année, et il n'est pas toujours facile en France de faire face à ce besoin de flexibilité. Les périodes les plus difficiles sont les inter-projets. Pendant cette période, l'argent ne rentre plus alors qu'il y a des salaires et des dépenses fixes à payer.

Question :

Geborth : Quels métiers et quelles compétences (hors informatiques et graphistes) utilisez-vous pour concevoir un serious game ?

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Pour le "serious game", au-delà des métiers qui font partie de la conception de jeux vidéo au sens large, les designers doivent mettre en avant un savoir-faire nouveau de conception alliant pédagogie et apprentissage. L'interface avec les clients qui commandent ces jeux aux entreprises réclame aussi un nouveau type de relations pour les studios qui les produisent.

Question :

Gadgetauchapo : Et donc pas de scénaristes finalement ?

Réponse :

 

Jean-Baptiste Franjeulle : Si. On peut inclure le travail des scénaristes dans la conception/game design général. Simplement, l'histoire (le scénario) et les mécaniques de gameplay doivent faire un tout cohérent pour servir le propos du jeu. Particulièrement quand on sait que le serious game a une vocation d'apprentissage ou de relais d'un message particulier auprès du joueur.

Question :

Jewel : Est-ce difficile de trouver un emploi dans les jeux vidéo lorsqu’on vient juste de sortir d'une école ?

Réponse :

 

Benoît Hozjan : D'après nos informations, les écoles arrivent à placer leurs étudiants relativement facilement. Lors de vos formations, vous aurez des stages qui permettront à vos futurs employeurs de vous connaître et penseront à vous s'ils ouvrent un nouveau poste. Il y a également des opportunités à l'étranger pour ceux qui souhaitent bouger.

Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)