Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les formations qui recrutent en Ile-de-France

Domaines : CAP / BEP ou équivalent, Formations, Seconde, Première, Bac ou équivalent, Bac + 2, Autres formations
Juillet 2012
Voir le dossier complet

Les formations du bâtiment et des travaux publics

Secteur clé de l'économie régionale, le BTP francilien regroupe 31 900 entreprises et près de 200 000 salariés. Plus de 38 000 recrutements ont eu lieu en 2010 dont 60 % concernaient des jeunes n'ayant encore jamais travaillé.

Selon l’Observatoire prospectif des métiers et qualifications du BTP, quelque 13 000 jeunes franciliens sortent chaque année d’une formation initiale dans le domaine du BTP. Cependant, depuis 2009, ce flux diminue malgré les efforts constants de la profession pour améliorer son image et celle de ses métiers.

L’offre de formation va du CAP au diplôme d’ingénieur. La majorité des formations du bâtiment déficitaires sont de niveau V (CAP). Il s’agit principalement de formations aux métiers du gros œuvre et de l'enveloppe. Dans le domaine des travaux publics, les places non pourvues concernent aussi bien le CAP que le bac pro.

Niveau CAP : CAP constructeur en canalisations des travaux publics (2 ans, sous statut scolaire ou en apprentissage)

Le CAP constructeur en canalisations des travaux publics se prépare en 2 ans après la classe de 3e, en lycée professionnel ou en CFA.

En Ile-de-France, 4 établissements (lycées professionnels et CFA) assurent cette formation, dont 3 vous offrent la possibilité de vous former en apprentissage. En 2010-2011, seuls 35 jeunes étaient inscrits en 2e année de CAP.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet.

L’admission en CFA se fait sur dossier scolaire et, pour certains établissements, sur entretien de motivation. Vous devez vous inscrire directement auprès du CFA qui vous intéresse.

Bon à savoir : pour vous inscrire en CFA, vous devez avoir 16 ans révolus (15 ans sous certaines conditions) et avoir trouvé l’entreprise qui vous prendra en apprentissage.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 2 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée pro : 16 semaines de stages au total ; en CFA : 1 semaine en centre de formation pour 2 semaines en entreprise).

Au programme, des enseignements généraux (français, histoire-géographie, mathématiques et physique, EPS, anglais, informatique.) et des enseignements professionnels (construction des canalisations et des ouvrages annexes, connaissance des sols, implantation des ouvrages, matériel de travaux publics, contrôle et qualité, sécurité, prévention et signalisation de chantier, etc.)

Insertion professionnelle

Le titulaire du CAP constructeur en canalisation des travaux publics travaille comme ouvrier-canalisateur dans le domaine de l’adduction (eau potable, gaz) ou de l’assainissement (eaux usées). Il pose des canalisations, installe des compteurs et intervient en cas de fuite.

On dénombre environ 700 ouvriers canalisateurs en activité en Ile-de-France. La reprise du marché de la construction et la nécessité de remplacer les équipements vieillissants garantissent une bonne insertion aux professionnels et aux futurs diplômés.

Bon à savoir

Si le CAP constructeur en canalisations des travaux publics vise un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, par exemple en bac pro technicien du bâtiment : organisation et réalisation du gros œuvre, bac pro travaux publics, BP (brevet professionnel) métiers de la piscine, etc.

Niveau CAP : CAP constructeur de routes (2 ans, sous statut scolaire ou en apprentissage)

Constructeur de routesLe CAP constructeur de routes se prépare en 2 ans après la classe de 3e, en lycée professionnel ou en CFA.

En Ile-de-France, 3 établissements (lycées professionnels et CFA) assurent cette formation, dont 1 en apprentissage. En 2010-2011, seuls 24 jeunes étaient inscrits en 2e année de CAP. En apprentissage, à peine plus de la moitié des places sont pourvues. En lycée, le manque d’attrait est moins marqué, mais le taux d’abandon en cours de formation est élevé.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet.

L’admission en CFA se fait sur dossier scolaire et, pour certains établissements, sur entretien de motivation. Vous devez vous inscrire directement auprès du CFA qui vous intéresse.

Bon à savoir : pour vous inscrire en CFA, vous devez avoir 16 ans révolus (15 ans sous certaines conditions) et avoir trouvé l’entreprise qui vous prendra en apprentissage.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 2 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée pro : 14 semaines de stages au total ; en CFA, 1 semaine de cours pour 3 semaines en entreprise).

Au programme, des enseignements généraux (français, histoire-géographie, mathématiques, anglais, vie sociale et professionnelle, arts appliqués, EPS) et des enseignements professionnels (lecture de plans, géométrie, règles de signalisation de chantier, techniques de démolition de chaussées, connaissance et mise en œuvre de matériaux de revêtement, maçonnerie).

Insertion professionnelle

Le titulaire du CAP constructeur de routes est un ouvrier capable de réaliser des routes et des autoroutes, des voies piétonnes, ainsi que des surfaces spécifiques telles que des aérodromes, des pistes cyclables, des parkings, des stades ou des aires de stockage.

Près de 20 % des travaux publics effectués en France métropolitaine le sont en Ile-de-France. Un tiers du chiffre d’affaires réalisé dans la région concerne les travaux routiers. On estime à 78 000 (dont la moitié d’ouvriers), le nombre de personnes travaillant dans les travaux publics dans la région.

Bon à savoir

Si le CAP constructeur de routes permet un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, par exemple en bac pro travaux publics.

Niveau CAP : CAP couvreur (2 ans, sous statut scolaire ou en apprentissage)

couvreur_383x209.jpgLe CAP couvreur se prépare en 2 après la classe de 3e, en lycée professionnel ou en CFA.

En Ile-de-France, 7 établissements (lycées professionnels et CFA) assurent cette formation, dont 6 vous offrent la possibilité de vous former en apprentissage. Le nombre total de places proposées chaque année avoisine 115. Ce sont les formations en apprentissage qui ont le plus de difficultés à attirer les élèves, beaucoup de jeunes redoutant la pénibilité du métier de couvreur.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet.

L’admission en CFA se fait sur dossier scolaire et, pour certains établissements, sur entretien de motivation. Vous devez vous inscrire directement auprès du CFA qui vous intéresse.

Bon à savoir : pour vous inscrire en CFA, vous devez avoir 16 ans révolus (15 ans sous certaines conditions) et avoir trouvé l’entreprise qui vous prendra en apprentissage.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 2 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée pro : 16 semaines de stages au total ; en CFA : 1 semaine en centre de formation pour 2 semaines en entreprise).

Au programme, des enseignements généraux (français, histoire-géographie, mathématiques, sciences, EPS, vie sociale et professionnelle) et des enseignements professionnels (lecture et interprétation des plans et documents techniques, planification du travail à réaliser, traçage de pose d’éléments de supports, pose de crochets et gouttières, assemblage et soudage de gouttières, etc.)

Insertion professionnelle

Le CAP couvreur permet de travailler comme ouvrier couvreur dans le secteur du bâtiment, au sein d’entreprises artisanales ou dans de grandes entreprises nationales.

Une fois la charpente terminée, le couvreur pose des revêtements (tuiles, ardoises, plaques de zinc, etc.) sur celle-ci pour réaliser des toitures neuves ou réparer des toits endommagés.

La couverture emploie environ 4 500 personnes en Ile-de-France. Si le secteur du bâtiment n’a pas été épargné par la crise, le recrutement de couvreurs pourrait s’intensifier du fait de la reprise annoncée des activités de construction et de la nécessité de combler les départs à la retraite.

Bon à savoir

Si le CAP couvreur permet un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, par exemple en bac pro ouvrage du bâtiment : métal, aluminium, verre et matériaux de synthèse, en BP (brevet professionnel) couvreur, en MC (mention complémentaire) maintenance en équipement thermique individuel, en MC zinguerie, etc.

Niveau bac : bac pro ouvrages du bâtiment - métallerie (3 ans, sous statut scolaire)

Le bac pro ouvrages du bâtiment - métallerie se prépare en 3 ans après la classe de 3e en lycée professionnel ou en CFA.

Sous certaines conditions peuvent être admis directement en première de bac pro ouvrages du bâtiment - métallerie les élèves titulaires d’un CAP du secteur (CAP constructeur d'ouvrages du bâtiment en aluminium, verre et matériaux de synthèse, CAP réalisation en chaudronnerie industrielle, CAP serrurier métallier, etc.). La durée de la formation est alors réduite à 2 ans.

En Ile-de-France, 10 établissements (lycées professionnels, institut national des jeunes sourds) assurent cette formation.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet. Si vous êtes en terminale de CAP, vous devez remplir un dossier spécifique.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 3 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (22 semaines en entreprise au total)

Au programme, des enseignements généraux (français, mathématiques et sciences physiques, histoire-géographie, langue vivante, enseignement artistique, EPS, vie sociale et professionnelle) et des enseignements professionnels (contexte administratif et juridique de la construction ; communication technique ; technologie de construction ; gestion de travaux ; confort de l'habitat, etc.)

Insertion professionnelle

Le titulaire du bac pro ouvrages du bâtiment - métallerie, se voit confier la réalisation et la pose d'ensembles métalliques (charpentes, portes, fenêtres, éléments de façades ou de toiture, garde-corps, passerelles, clôtures, etc.) sur des bâtiments neufs ou anciens.

Il peut exercer le métier de charpentier(ière) ou de métallier(ière) dans des petites et moyennes entreprises spécialisées dans la construction métallique, l'enveloppe du bâtiment, la serrurerie, ou encore la menuiserie métallique.

Après plusieurs années difficiles, le secteur de la construction enregistre depuis 2011 une légère reprise qui pourrait profiter aux titulaires du bac pro ouvrages du bâtiment - métallerie.

Bon à savoir

Si le bac pro ouvrages du bâtiment - métallerie vise un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, notamment en BTS constructions métalliques.

Niveau bac : bac pro travaux publics (3 ans, sous statut scolaire ou en apprentissage)

chef_chantier_383x209.jpgLe bac pro travaux publics se prépare en 3 ans après la classe de 3e en lycée professionnel ou en CFA.

Sous certaines conditions peuvent être admis directement en première de bac pro travaux publics les élèves titulaires d’un CAP du secteur (CAP conducteur d'engins : travaux publics et carrières, CAP constructeur de routes, CAP constructeur en canalisations des travaux publics, CAP constructeur en ouvrages d'art, etc.) et les élèves ayant suivi une 2nde professionnelle du secteur du BTP (géomètre-topographe, technicien du bâtiment et des travaux publics, etc.). La durée de la formation est alors réduite à 2 ans.

En Ile-de-France, 5 établissements (lycées professionnels et CFA) assurent cette formation, dont 3 vous offrent la possibilité de vous former en apprentissage. Il est possible également de suivre l’année de 2nde à temps plein, puis de suivre 2 années en apprentissage.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet. Si vous êtes en terminale de CAP, vous devez remplir un dossier spécifique.

L’admission en CFA se fait sur dossier scolaire et, pour certains établissements, sur entretien de motivation. Vous devez vous inscrire directement auprès du CFA qui vous intéresse.

Bon à savoir : pour vous inscrire en CFA, vous devez avoir 16 ans révolus (15 ans sous certaines conditions) et avoir trouvé l’entreprise qui vous prendra en apprentissage.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 3 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée pro : 22 semaines en entreprise au total ; en CFA, alternance entre cours et périodes en entreprise).

Au programme, des enseignements généraux (français, mathématiques et sciences physiques, histoire-géographie, langue vivante, enseignement artistique, EPS, vie sociale et professionnelle) et des enseignements professionnels (dessin, topographie, techniques de chantiers, technologie, législation du travail, sécurité).

Insertion professionnelle

Le titulaire du bac pro travaux publics se voit le plus souvent confier le petit encadrement d’un chantier de travaux publics. A terme, il peut exercer comme chef d'équipe, voire chef de chantier.

Près de 20 % des travaux publics réalisés en France métropolitaine le sont en Ile-de-France. Les chantiers concernent principalement les travaux routiers, les travaux électriques et les travaux de canalisation. Environ 78 000 personnes (dont la moitié d’ouvriers) travaillent dans les travaux publics dans la région.

Après plusieurs années difficiles, l’activité des travaux publics enregistre une légère reprise en 2011. Cette embellie devrait profiter aux titulaires du bac pro travaux publics.

Bon à savoir

Si le bac pro travaux publics vise un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, notamment en BTS travaux publics.