Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Chat
  • Les formations du paramédical

12/01/2011 à 17h00 - Les formations du paramédical

Les formations du paramédical sont accessibles à tous les niveaux et offrent de bons débouchés. Retrouvez les échanges qui ont eu lieu avec nos deux invités.

Les invités

Corinne Deal - Directrice du CFA des métiers de la santé et de la solidarité

Alexandre Therre - DRH du groupe hospitalier Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine

Question :

Mina : Mme DEal à quoi prépare votre CFA comme métiers ? Merci

Réponse :

Corinne Deal : On prépare à différentes formations médicales et paramédicales : les diplômes d'Etat sage-femme, infirmier, manipulateur radio, masseur kiné, psychomotricien, aide-soignant, auxiliaire de puériculture, aide médico-psychologique. Sur la partie plus administrative, nous avons une licence pro en management des organisations avec une option santé, qui permet à des jeunes de travailler sur des projets de gestion, de qualité ou de ressources humaines. Et nous avons un master RH en cours de préparation pour une rentrée en octobre prochain avec une option santé. Il y a aussi des formations logistiques : CAP cuisine, option santé ; et CAP de maintenance bâtiments collectivités. Enfin, on a un dispositif qui prépare aux concours d'aide-soignant et infirmier. Cela permet de véritablement accompagner des jeunes qui veulent s'orienter sur ce secteur et ces métiers. C'est un dispositif qu'on appelle Passerelles, et qui est ouvert à des jeunes venant de tous horizons.

Question :

ARNO : Mr Therre Bonjour, je voudrais savoir si vous avez une formation dans le médical ou est-ce que ce n'est pas du tout nécessaire ?

Réponse :

Alexandre Therre : Dans les métiers du management hospitalier, nous n'avons pas une formation de base de type médical ou paramédical, mais plutôt orientée sur la gestion et les sciences humaines. Néanmoins, une fois spécialisé dans le domaine hospitalier, il est intéressant de développer des connaissances de base sur les activités médicales et les métiers de l'hôpital, mais ce ne sont pas des compétences médicales ni soignantes.

Question :

Fabrice.GLOUPS : Excusez-moi mais ça regroupe quoi comme métiers le paramédical ?

Réponse :

Alexandre Therre : Les métiers du paramédical, à l'hôpital, regroupent le personnel soignant (les principaux métiers sont: infirmiers, infirmiers spécialisés, les aides-soignants, les auxiliaires de puériculture, les agents hospitaliers), le personnel médico-technique (manipulateurs en radiologie, techniciens de laboratoire et préparateurs en pharmacie) et enfin le personnel de rééducation (les masseurs kinésithérapeutes, les ergothérapeutes, les psychomotriciens, et les orthophonistes).

Question :

Piwi : Que conseillez vous à ceux qui veulent entrer dans votre CFA Mme Deal ? un bon dossier ? Des qualités particulières ?

Réponse :

Corinne Deal : Cela dépend de la formation envisagée : il y a d'abord pour chaque formation des critères de diplôme et d'âge, par exemple pour l'apprentissage il faut avoir moins de 26 ans. Ce qui est sûr, c'est que nous sommes très attentifs à la motivation de chaque candidat et surtout à son projet professionnel. Pourquoi souhaite-t-on s'orienter sur le secteur de la santé, quelles sont les véritables raisons ? Sur les qualités, cela dépend là aussi des formations suivies. Si l'on se destine à ce secteur, il est évident qu'il faut des qualités d'écoute, d'empathie, d'intérêt pour les autres, qui sont le minimum. Mais il y en a beaucoup d'autres...

Question :

Nico : Est ce que ce secteur, le paramédical, est un secteur qui va recruter beaucoup ?

Réponse :

Alexandre Therre : Oui, c'est un secteur dans lequel les perspectives de recrutement sont importantes. Elles le sont particulièrement pour les métiers diplômés du paramédical (notamment les infirmiers et infirmiers spécialisés, les manipulateurs en électro-radiologie, et les masseurs kinésithérapeutes)

Corinne Deal : Oui effectivement ! Sur le secteur privé, il y a aussi les auxiliaires de puériculture qui sont très demandés aujourd'hui.

Question :

DJOUL : En tant que DRH Mr Therre, vous recherchez quoi comme profil ?

Réponse :

Alexandre Therre : Les postes que j'ai listés plus haut sont ceux que nous recherchons le plus souvent. Mais nous pouvons aussi rechercher d'autres profils pour un poste particulier. Par exemple, nous avons récemment eu besoin d'un profil d'agent de laboratoire, ce qui nécessite notamment des compétences en bureautique.

Question :

Caro.le Zèbre : Existe-t-il des métiers du paramédical où il n'y a pas besoin de diplôme d'Etat obligatoire ?

Réponse :

Corinne Deal : Dans le cadre de l'apprentissage, tous les métiers nécessitent des diplômes d'Etat, c'est obligatoire.

Alexandre Therre : Dans l'hôpital, il y a par exemple le métier d'agent hospitalier qui ne nécessite pas de diplôme particulier. Ce métier permet d'exercer par exemple comme brancardier, comme agent d'accueil dans les services hospitaliers ou de radiologie, ou comme agent de laboratoire.

Question :

bibo : Bonjour, est-ce que toujours autant d'étudiants vont faire leurs études en Belgique ?

Réponse :

Corinne Deal : La Belgique a réduit ses places pour les étrangers qui arrivaient, donc les Français partent moins là-bas. Quoi qu'il en soit, en intégrant une préparation, il y a beaucoup de possibilités pour accéder à une école d'infirmier en France.

Question :

Alix : Mr Therre, est ce vous qui faîtes passer les entretiens à tout le personnel de votre hôpital ?

Réponse :

Alexandre Therre : Non, ce n'est pas moi. Pour les métiers dans le domaine paramédical, il y a généralement deux entretiens lors d'un recrutement : d'une part avec le cadre du service qui recrute, et d'autre part avec un membre de la direction des soins. En matière de recrutement, généralement le DRH d'un hôpital rencontre les postulants pour les métiers de cadres.

Question :

Cochecoche : Pour trouver du travail dans le secteur a t-il un site qui regroupe les annonces d'emplois ?

Réponse :

Corinne Deal : Il y a beaucoup de sites spécialisés, je peux vous en conseiller 2, entre autres : http://www.staffsante.fr/ et http://www.emploisante.com.

Alexandre Therre : Il y a le site de la Fédération Hospitalière de France (la fédération des hôpitaux publics de France), auquel nous avons recours très souvent. Par ailleurs, les hôpitaux de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris ont leur propre site de publication de postes à pourvoir. Vous y avez accès sur www.aphp.fr

Question :

Taz : Comment se faire recruter dans un hôpital ? Est-ce différent dans les cliniques privées ?

Réponse :

Alexandre Therre : Dans les cliniques privées, nous sommes dans le cadre d'un contrat, alors que dans un hôpital public on est dans le cadre d'un statut, il n'y a donc pas de marge de négociation au niveau du salaire ou du statut. En revanche, les hôpitaux publics offrent des prestations de politique sociale (notamment, places en crèche ou accompagnement sur le logement) et des perspectives intéressantes en termes de formation.

Corinne Deal : De mon côté je peux dire que nos étudiants s'intègrent aussi bien dans le public que dans le privé. Il y a des projets intéressants sur tous les types de structures, cela dépend toujours de ses motivations, de son projet professionnel, et bien sûr des opportunités de recrutement.

Question :

Pouf : y-a-t-il beaucoup d'hommes infirmiers ?

Réponse :

 

Corinne Deal : De plus en plus, mais la proportion reste faible ! Aujourd'hui, en moyenne le secteur est composé de 70 % de femmes. Mais messieurs, vous êtes les bienvenus !

Alexandre Therre : L'essentiel c'est d'être motivé pour son métier, il n'y a pas de différence entre hommes et femmes aux yeux d'un recruteur. Mais on remarque par exemple qu'au niveau des aides-soignants, certains secteurs nécessitent la présence d'aide-soignants hommes dans les équipes lorsque les tâches de manutention des patients sont importantes (dans les blocs opératoires par exemple et dans les services de brancardage).

Question :

TEkos : Est-ce que dans le métiers du paramédical, il y a des formations en alternance ?

Réponse :

Corinne Deal : Oui toutes nos formations citées précédemment se font en alternance (apprentissage). On passe d'abord son concours, pour avoir une place dans une école, quelle qu'elle soit. Ensuite, à partir du moment où l'école est partenaire avec le CFA, nous pouvons inscrire le candidat au CFA. Il deviendra apprenti à partir du moment où il aura trouvé un établissement employeur.

Alexandre Therre : Sur le principe, ce type de formations nous intéresse car elles permettent un contact avec le terrain utile pour l'apprenti comme pour l'établissement. Mais il est vrai que sur le terrain, cela peut être difficile à gérer. Dans certains métiers, des hôpitaux ont recours de manière importante au dispositif de l'apprentissage. C'est le cas par exemple pour les préparateurs en pharmacie hospitaliers.

Question :

Gregory : Quelle formation faut-il pour devenir radiologiste ?

Réponse :

Corinne Deal : Vous devez avoir un diplôme d'Etat de manipulateur d'électroradiologie médicale, qui se prépare en 3 ans. Vous devez avoir au moins 17 ans et être titulaire du bac ou équivalent. Il y a un concours d'entrée, qui consiste en une épreuve de biologie et une épreuve de physique-chimie portant sur le programmes de 1re et Terminale scientifique...

Question :

Béa : On m'a parlé du métier de brancardier? Pouvez-m'en dire un peu plus ? Quel niveau d'études faut-il ? Quel salaire ? Merci.

Réponse :

Alexandre Therre : C'est un métier ouvert aux femmes comme aux hommes. Cela consiste à réaliser les transports des patients au sein d'un établissement hospitalier. Ces transports peuvent être réalisés en lit, en fauteuil ou en ambulance. Certains métiers comportent une part de brancardage, mais alliée à d'autres missions (aide-soignant en bloc opératoire). Les brancardiers sont embauchés à l'hôpital en tant qu'agents hospitaliers (pas de diplôme requis, formation en interne) avec un salaire de début de carrière équivalent au SMIC et des perspectives de progression avec l'ancienneté. Parfois les brancardiers sont aussi embauchés avec un diplôme d'aide-soignant. La rémunération est augmentée par rapport au salaire de base si on exerce de nuit ou les dimanches.

Question :

Pilou75 : Mme Deal peut-on être formé pour devenir kiné dans votre CFA ? Quel bac me conseillez-vous pour faire ce métier ?

Réponse :

Corinne Deal : Le concours de kiné est réputé difficile. Il faut avoir 17 ans, le bac ou équivalent, et remplir des conditions d'aptitudes physiques nécessaires à l'exercice du métier. 98 % des admis sont des bacheliers scientifiques. A bon entendeur... C'est un métier qui permet de travailler dans différentes structures ou différents domaines, comme le sport par exemple. Et les kinés sont très recherchés aujourd'hui !

Question :

Ilien : Comment devient-on ergotherapeuthe ? Et est-ce que c'est un métier qu'on trouve dans les hôpitaux ?

Réponse :

Alexandre Therre : Oui, on en trouve, mais en petit nombre. On en trouve notamment en psychiatrie, ou dans les secteurs de soins aux personnes âgées ou de rééducation.

Corinne Deal : Nous n'avons pas encore de formation sur ce métier. C'est un projet d'ouverture possible pour fin 2011. Cela se prépare en 3 ans après le bac.

Question :

valou : Bonjour je voudrais savoir si lorsqu'on travaille dans un hôpital on a toujours des horaires décalés comme ceux des infirmières ?

Réponse :

Alexandre Therre : L'hôpital fonctionne 24h/24, ce qui implique des horaires décalés pour de nombreux professionnels, mais tout dépend du type de poste et du service d'affectation. Par exemple, les secteurs de consultation ou d'hôpital de jour n'ont généralement pas d'horaires décalés.

Question :

Pouf : En quoi la formation d'infirmier est-elle difficile ? Il y a beaucoup de personnes qui arrêtent en route, non ?

Réponse :

Corinne Deal : Aujourd'hui, oui, il y a peut-être un peu plus d'abandons qu'avant, dus notamment aux exigences du nouveau référentiel, qui demande un ensemble de compétences très diversifié, pour une bonne prise en charge du patient. Il y a aussi une représentation du métier, quand les jeunes démarrent leurs études d'infirmières... Au cours des stages, au fur et à mesure, ils se rendent compte que ce n'est pas comme à la télé ! Ou qu'ils ne sont pas faits pour ce métier. Ce n'est bien sûr pas la majorité, mais comme le secteur de la santé attire beaucoup de gens, on voit effectivement des jeunes qui n'ont pas suffisamment réfléchi à leur projet professionnel. Je tiens à le dire : ce sont des métiers difficiles mais magnifiques !

Question :

Juju77 : Pensez-vous qu'une aide-soigante peut devenir infirmière ? Mr Therre avez-vous déjà vu cela dans votre hôpital ?

Réponse :

Alexandre Therre : Oui! Une aide-soignante peut présenter le concours d'entrée en école d'infirmière, et son expérience est un atout pour cette évolution professionnelle. Des hôpitaux pratiquent le dispositif de la promotion professionnelle: dans ce cadre, en contrepartie d'un engagement de servir de la part du candidat, l'hôpital finance la formation et continue à rémunérer l'aide-soignant pendant les 3 années de formation infirmière.

Corinne Deal : Au cours de ma carrière dans la formation continue, dans le secteur de la santé, j'ai accompagné de nombreuses personnes qui souhaitaient passer d'aide-soignant à infirmier. C'est tout à fait possible, avec un peu de temps et de courage pour reprendre des études.

Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)