Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Les services à la personne, un champ difficile à évaluer

Les services à la personne, un champ difficile à évaluer

L'Observatoire régional de l'emploi et de la formation (OREF) Ile-de-France a organisé une matinée d'études sur les services à la personne le 30 novembre dernier. Retour sur les travaux présentés.


L’OREF[1] Ile-de-France a convié Florence Jany-Catrice (CLERSE[2]/Université de Lille I), Salah Ould-Younes (DARES[3]), Valérie Gosseaume (Université de Nantes), Georges Asseraf (CNCP[4]), Hélène Chamboredon (DIRECCTE[5]), Frédérique Chauzy (Pôle Emploi) et Bénédicte Gualbert (CCIP[6]).


La 1re partie de la matinée a été consacrée à l’emploi et l’activité dans le domaine des services à la personne.


La mise en œuvre du plan de développement des services à la personne remonte à 2005. Objectifs de la loi dite « Borloo » : favoriser la création d’emplois, et inciter à la création et l'organisation d’organismes (associations, entreprises, etc.) de services à la personne.


Les services à la personne regroupent 25 activités effectuées (pour certaines partiellement) à domicile : entretien de la maison et travaux ménagers, assistance aux personnes âgées ou handicapées, garde d’enfants, etc.

 

Les professionnels des services à la personne sont employés soit directement par des particuliers (75 %), soit par des organismes agréés.


La création du « secteur » des services à la personne et les dispositifs qui ont accompagné sa valorisation ont  profondément bousculé le traditionnel champ de l’aide à domicile tenu historiquement par les acteurs associatifs.


La 2e partie de la matinée d’étude s’est intéressée plus spécifiquement à la formation des professionnels des services à la personne.


De nombreux métiers du secteur restent accessibles sans diplôme. Cependant, l’exercice de la profession, en particulier auprès de personnes fragiles, suppose une réelle qualification. A ce titre, les employeurs favorisent notamment les titulaires d'un CAP (petite enfance, maintenance et hygiène des locaux, etc.), d'un bac pro (services de proximité et vie locale, services en milieu rural, etc.) ou d'un diplôme d'Etat (d'aide-soignant, etc.). Les fonctions d’encadrement requièrent, quant à elles, des diplômes de niveau II et III (BTS, licence, etc.).


L’offre de formation est complexe de part la multiplicité des titres et diplômes et des certificateurs. Sa simplication a fait l'objet d'une mission nationale.


Les formations relatives aux services à la personne touchent 2 catégories de publics : des jeunes en formation initiale, formés dans les lycées professionnels ; et des adultes au titre de la formation continue. Si le recrutement social de ces formations se fait principalement dans les classes populaires, les parcours des professionnels sont en réalité très divers. Ainsi, les formations aux services à la personne accueillent un certain nombre de jeunes adultes qui, après une formation initiale dans un autre domaine, choisissent de se réorienter.


Enfin, la 3e partie de la matinée proposait un éclairage francilien du champ des services à la personne.


Les personnes qui travaillent dans le domaine des services à la personne sont globalement moins diplômées et plus souvent de nationalité étrangère en Ile-de-France que dans les autres régions. Les assistants maternels et aides à domicile sont sous représentés par rapport à la province.


Une étude réalisée en Ile-de-France a montré que l’organisation de l'offre de service agréée dépend fortement des acteurs locaux et des territoires. Elle a aussi souligné que l’évaluation de la politique de développement des services à la personne est délicate, tant au niveau régional que national.


Cette année, pour la première fois, la crise économique a été durement ressentie dans le secteur. Néanmoins, près de 7 chefs d’entreprises (sociétés mandataires ou prestataires de services à la personne) sur 10 envisagent de recruter au cours du second semestre 2010.


Pour en savoir plus, reportez-vous à la publication : Quel développement des services à la personne en Ile-de-France ? (Focale n°12, OREF, octobre 2010)


 

Patricia Holl, le 06/12/2010

 

 


[1] Observatoire Régional de l'Emploi et de la Formation

[2] Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques

[3] Direction de l’animation, de la recherche, des études et de la statistique

[4] Centre national de la certification professionnelle

[5] Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi

[6] Chambre de commerce et d’industrie de Paris