Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Qualité de vie et rémunération, leitmotiv des femmes au travail !

Qualité de vie et rémunération, leitmotiv des femmes au travail !

L’observatoire CEGOS a mené une enquête sur les femmes et le travail : à quoi les femmes aspirent-elles professionnellement ? Comment les entreprises répondent-elles aux obligations légales en matière d’égalité ?


Pour cette enquête 900 femmes salariées et 166 directions des ressources humaines ont été interrogées. Dans le panel des femmes, 40 % sont ouvrières ou employées, 24 % techniciennes et 36 % cadres. On y dénombre 46 % de moins de 35 ans.

Côté DRH, les entreprises de toute taille sont représentées : 24 % ont moins de 100 salariés… et 12 % plus de 1 000 !

A la question sur les raisons principales pour lesquelles elles travaillent, 77 % des femmes évoquent leur indépendance financière, 54 % la possibilité de se réaliser en exerçant une activité professionnelle et 52 % pour avoir une vie sociale. Cela est à nuancer toutefois : c’est surtout vrai pour les cadres (82 %) qui sont également 1 sur 2 à choisir de travailler pour s’investir dans des projets intéressants. Les ouvrières/employées sont nettement moins enthousiastes sur ce point (17 %) : elles ont surtout besoin de compléter le revenu de leur conjoint (42%).

Qualité de vie et rémunération sont les 2 composantes d’un « bon job » pour une femme comme pour les DRH interrogées.

Au registre des problèmes rencontrés par les femmes sur leur lieu de travail, on note que 23% d’entre elles disent avoir été victimes de discrimination de par son sexe. Néanmoins, la principale difficulté à laquelle elles sont confrontées est celle de savoir concilier vie personnelle et vie professionnelle : 58 % des femmes déclarent avoir déjà eu à faire face à ce type de problème. Ce qui leur pose le plus de difficultés pour résoudre cette équation, c’est avant tout l’étendue des plages horaires (à 52 %). Les DRH ont d’ailleurs bien conscience du problème et savent (à 55 %) qu’il s’agit d’un obstacle majeur à franchir pour permettre aux femmes de gérer au mieux la vie dans et hors de l’entreprise.

51% des DRH affirme que la crise économique actuelle a un impact plus important sur la vie professionnelle des femmes que sur celle des hommes. 39% des femmes ont également conscience de ce phénomène. Elles craignent particulièrement les délocalisations (73 %) alors que les DRH constatent que c’est plutôt la réduction des possibilités d’évolution (62 %) qui représente le plus grand risque pour elles.

Notons également que 34% des DRH « attestent » de la préférence donnée aux hommes en cas difficultés économiques.

Pourtant les DRH ont le sentiment (à 79 %) de faire le maximum pour réduire les inégalités entre hommes et femmes. Ils pensent même, très majoritairement (71 %), que les dispositifs qu’ils ont mis en place permettent aux femmes de concilier vie privée et vie professionnelle. Les femmes sont plus réservées, sur cette question : elles ne sont que 49 % à être d’accord avec cette affirmation.

Un DRH sur deux a pris conscience du problème et affirme mener des études sur l’inaccessibilité des femmes à certains postes, principalement ceux d’encadrement. 80 % de ces DRH mettent d’ailleurs en place une politique de quotas pour les femmes managers de leur entreprise.

Et  concernant la réduction de la différence de salaires entre hommes et femmes, la majorité de femmes (58 %) et des DRH (52 %) ne perçoivent pas d’évolution.

Malgré ces difficultés, les femmes restent optimistes quant à leur avenir professionnel. Elles sont confiantes dans leur capacité d’adaptation (73 %), se sentent en sécurité professionnellement (59 %) et sont majoritairement satisfaites de leur situation (54 %).

 

Sandrine Damie, le 06/12/2010

Pour découvrir l’enquête :
http://www.cegos.fr/EspacePresse/Documents/Femmes%20Travail_27%2010%20DEF.pdf