Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Les métiers qui ont résisté à la crise

Les métiers qui ont résisté à la crise

Si en 2009, la crise économique a provoqué une forte baisse de l’emploi dans de nombreux secteurs, quelques métiers, notamment dans les services et certaines industries, ont réussi à tirer leur épingle du jeu.


 

Selon une étude conjointe de la DARES (1), du CAS (2) et de Pôle emploi, la crise économique récente n’a pas remis en cause les principales tendances de l'emploi mises en évidence par les derniers travaux de prospective sur les métiers et les qualifications à l'horizon 2015. Elle n'a fait que les amplifier ou les atténuer temporairement.

 

Ces grandes tendances structurelles sont : la tertiarisation et la féminisation des emplois, le fort accroissement du nombre de cadres, et l'élévation du niveau de formation.


L'étude dresse une typologie des domaines professionnels les plus touchés et les plus épargnés par la crise, en fonction de l'évolution de leur tension sur le marché du travail entre 2007 et 2009.

 

Les activités qui ont le moins souffert de la crise sont des métiers du tertiaire, notamment de la santé, de l'action sociale, culturelle et sportive, de services aux particuliers et aux collectivités (assistants maternels, aides à domicile, aides-soignants...). Ces métiers dépendant fortement de la démographie et des habitudes de consommation sont toujours très recherchés et sont donc peu sensibles à la conjoncture économique.

 

La majorité métiers de l'industrie (mécanique et travail des métaux, électricité-électronique, matériaux souples, bois et industries graphiques) et des transports et la logistique ont fortement chuté mais ont rebondi fin 2009, néanmoins sans avoir retrouvé les niveaux de tension d'avant la crise. Les contrats courts (inférieurs à 6 mois) et plus particulièrement l'intérim, très présent dans l'industrie, ont été les premiers à subir les effets de la crise mais aussi les premiers à bénéficier courant 2009 du rebond de l'activité économique.


Les métiers de l'informatique et des télécommunications, les ingénieurs et cadres de l'industrie, le BTP, l'hôtellerie, la restauration et l'alimentation, la banque et les assurances ont, en revanche, vu leurs emplois fortement chuté et n'ont connu aucun rebond fin 2009. Il semble que dans les métiers du BTP, les perspectives d'emploi s'avèrent plus favorables à l'horizon 2015-2020.

 

Selon les dernières estimations publiées par l'INSEE (3), les pertes d'emploi se sont élevées à moins 232 000 (- 0,9 %) en 2009, après moins 138 000 (- 0,5 %) en 2008, soit "la plus forte baisse annuelle en nombre depuis les 5 dernières décennies".


Annie Poullalié

 


(1) Direction de l'animation et de la recherche, des études et des statistiques

(2) Centre d'analyse stratégique

(3) Institut national de la statistique et des études économiques