Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Les jeunes salariés du BTP sont motivés mais précaires

Les jeunes salariés du BTP sont motivés mais précaires

Les jeunes salariés du BTP trouvent-ils leur métier valorisant ? En tirent-ils des revenus suffisants pour vivre comme ils le souhaitent ? Souffrent-ils des conditions de travail ? Une enquête livre leur ressenti et leurs préoccupations.


Réalisée par la fondation BTP PLUS, l’Etude 2010 sur les conditions de vie des jeunes salariés du BTP a interrogé 1 620 jeunes apprentis et salariés âgés de 16 à 21 ans, exerçant dans le bâtiment comme ouvriers ou ETAM (*).

 

Premier constat, les jeunes pros du bâtiment aiment leur métier : 89 % d’entre eux le trouvent « valorisant » ou « très valorisant ». Pour près de 8 jeunes sur 10, le fait de travailler dans le bâtiment relève d’ailleurs d’« un choix personnel, une vocation ».

 

Les jeunes interrogés mettent en avant « le sérieux et la fiabilité » de leur activité (78,2 %), ainsi que « l‘autonomie » dont ils disposent (66 %). Presque tous (97 %) ont une bonne opinion des jeunes qui, comme eux, travaillent dans le bâtiment.

 

En ce qui concerne l’environnement de travail, « le froid et les conditions climatiques » sont cités comme l’élément le plus dur (36,8 % des réponses), suivi par « l’effort physique » (19,7 %). Mais l’argument varie selon le corps de métier. Ainsi, les charpentiers souffrent avant tout du froid, alors que les peintres évoquent en premier lieu l’effort physique qu’ils doivent fournir quotidiennement.

 

Côté ressources financières, 85 % des jeunes interrogés disent percevoir moins de 1 300 euros nets par mois (dont près de la moitié reçoit moins de 800 euros nets par mois). Ces faibles revenus rendent difficile, voire impossible, l’accès au logement à l’achat comme à la location : 65 % des jeunes vivent encore chez leur parents.

 

Si les jeunes salariés du BTP se jugent heureux dans l’ensemble (ils sont 85 % à s’estimer heureux dans leur vie personnelle et 73 % dans leur vie professionnelle), un tiers d’entre eux se disent stressés lorsqu’ils pensent à l’avenir. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que seuls 40 % des jeunes gens interrogés s’imaginent travailler dans le bâtiment pendant plus de 15 ans !

 

(*) Employé Technicien Agent de Maitrise