Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • La PACES, ou "L1 santé", se substitue à la première année de médecine

La PACES, ou "L1 santé", se substitue à la première année de médecine

Les futurs médecins, dentistes, pharmaciens et sages-femmes commenceront désormais leur cursus par une année d’études commune, baptisée PACES.


 La PCEM1 est morte… Vive la PACES ! A compter de la rentrée 2010, la première année d’études de médecine (PCEM1) est remplacée par la première année commune des études de santé (PACES, ou "L1 santé"), réunissant étudiants en médecine, odontologie (dentaire), pharmacie et sage-femme.


Objectif de cette petite révolution : intégrer les études médicales au système LMD et faciliter la réorientation des étudiants en cas d’échec au concours.


Le programme de la PACES est constitué d’unités d’enseignement (UE), construites de façon à minimiser les effets de frontière entre les disciplines. La base scientifique est renforcée pour permettre une éventuelle poursuite d’études vers une licence scientifique.

La PACES s’organise autour de deux grandes périodes :

  • Au premier semestre, tout le monde suit les mêmes cours et passe, à l’issue du semestre, un seul et même concours. Les coefficients affectés aux différentes matières varient cependant selon les filières.
  • Au second semestre, le tronc commun se poursuit. S’y ajoutent des enseignants spécifiques à chacune des quatre filières. A la fin du semestre, les étudiants passent des épreuves communes (tronc commun) et des épreuves spécifiques.


Au final, quatre classements, correspondant aux quatre filières, sont réalisés. Si vous n’êtes pas classé en rang utile, deux possibilités s’offrent à vous : le redoublement (sous certaines conditions) ou la réorientation.


De nombreux ajustements restent à faire, notamment au niveau de l’organisation des cours (les facs de médecine ne pourront pas accueillir tout le monde !) et de l’attribution des places en fonction du classement. Chaque université devrait d’ailleurs bénéficier d’une certaine autonomie dans ce domaine.