Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Ecoles d’ingénieurs : des frais de scolarité qui augmentent

Ecoles d’ingénieurs : des frais de scolarité qui augmentent

Trois écoles d’ingénieurs publiques augmentent leurs frais de scolarité pour la rentrée 2017, une hausse qui fait suite à d’autres augmentations dans ces établissements ces dernières années.


Les écoles d’ingénieurs CentraleSupélec, l’institut Mines-Telecom et Mines Paris-Tech augmentent les frais d’inscription à leur cycle d’ingénieur pour l’année scolaire 2017-2018.

 

On assiste ces dernières années à une hausse récurrente des droits de scolarité dans les écoles d’ingénieurs sous tutelle publique, ces établissements ayant à faire face à une hausse de leurs charges en parallèle de la diminution de leurs ressources, selon la CDEFI (conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs).

 

Le prix des études d’ingénieurs flambent


Les élèves du cursus ingénieur de CentraleSupélec doivent s’acquitter pour cette rentrée de 3 500 euros de droits d’inscriptions. Officialisée par un décret paru au Journal officiel du 28 février, cette augmentation est conséquente : jusqu’à l’an passé, les frais de scolarité des cursus de Centrale Paris et de Supélec (les deux écoles ayant fusionné pour donner naissance à CentraleSupélec) s’élevaient respectivement à 2 200 et 2570 euros par an.

 

Deux arrêtés du 28 mars ont également augmenté les droits de scolarité pour cette rentrée à l’institut Mines Télécom Lille-Douai, de 1 850 euros pour une année à 2 150 euros, ainsi qu’à l’école des Mines ParisTech, où ils passent de 2 590 euros à 3 186 euros.

 

Des coûts stables dans les établissements dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur


Selon le site EducPros, les écoles d’ingénieurs placées sous la tutelle des ministères de l’Economie et de l’Industrie ont connu une hausse généralisée de leurs droits de scolarité (+700 à + 1000 euros) entre 2012 et 2015.

 

Celles dépendant des ministères de la Défense, du Développement durable ou de l’Agriculture ont pour leur part connu des hausses hétérogènes, variant selon les établissements. Seules les écoles d’ingénieurs relevant du ministère de l’Enseignement supérieur (Insa, INP, les écoles Centrale) voient les droits de scolarité à leur cycle d’ingénieur stagner autour de 615 euros par an.

 

Raphaëlle Pienne