Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Khamel Dupuis

Directeur de l’Institut Supérieur d’Optique de Paris
Date de l'interview : 11/12/2015

Ces métiers liés à la santé visuelle sont de vrais relais de croissance pour les opticiens, tout comme le secteur du haut de gamme dont nous observons une montée en puissance.

Quels sont les débouchés dans les métiers de la vision ? Réponse avec Khamel Dupuis, directeur de l'Iso, formant des futurs professionnels de l'optique.

Comment se portent les métiers de la vision en France ? 

L’optique est un secteur qui regorge d’opportunités de carrière faisant appel à des compétences très variées. 

En 2014, en France, 13 millions de paires de lunettes de vue ont été vendues, et plus de 5 millions de paires de lunettes de soleil. Dans l'année, 333 nouveaux magasins ont vu le jour. Des chiffres qui font sens lorsqu’on sait que 7 adultes sur 10 portent des lunettes et qu’on passe en moyenne 8 h par jour devant un écran. Enfin, les Français vieillissent et l’expertise de la basse vision devient un besoin courant en France. 

Ajoutez à cela le rayonnement international du savoir-faire français et la présence sur notre territoire des plus grands acteurs du marché de l’optique (Essilor, Zeiss, Alain Afflelou, Persol, Ray-Ban, Alain Mikli), conjugué aux réformes de santé donnant de plus en plus de prérogatives aux opticiens… En résumé, c'est un marché dynamique, animé par des métiers porteurs, poussé par des facteurs durables. 

Quelles sont les grandes familles de métiers du secteur de la vision ? 

On peut regrouper ces métiers en 3 grandes catégories : 

La santé visuelle, qui intéresse plus de la moitié des jeunes opticiens qui poursuivent leur cursus.  En choisissant d’intégrer la licence professionnelle d’optique proposée en partenariat avec l’université de Paris-Sud, ils se donnent les moyens de faire face aux évolutions futures de leur activité et accèdent à des postes d’opticien-optométriste, adaptateur de lentilles de contact, spécialiste en basse-vision, responsable scientifique ou formateur.

Les titulaires de cette licence bénéficient en outre d’une reconnaissance au niveau européen et peuvent exercer dans toute l’Union européenne. Ils se positionnent comme de véritables professionnels de la vision et sont en mesure de répondre aux besoins visuels de la population en lui garantissant un service performant. 

2e catégorie : le commerce et le management. Pour ceux qui ont la fibre commerciale ou entrepreneuriale, il existe des spécialisations bac + 3 à bac + 5. L’objectif est de former des cadres compétents et ambitieux qui seront les dirigeants de demain.

L’Institut supérieur d’optique (ISO) a développé des programmes d’études répondant aux besoins des entreprises à la recherche d’hommes orchestre capables de mettre en œuvre leur stratégie.

A l’issue de leur formation, les diplômés ont le choix entre créer leur propre entreprise ou intégrer un réseau de distribution en tant que manager de magasin d’optique, directeur des ventes, responsable marketing ou animateur réseau. 

Ces métiers liés à la santé visuelle sont de vrais relais de croissance pour les opticiens, tout comme le secteur du haut de gamme dont nous observons une montée en puissance et qui constitue un 3e groupe de métiers. Les jeunes diplômés les plus créatifs, attirés par la haute lunetterie peuvent eux aussi se spécialiser dans leur domaine de prédilection grâce à un bachelor de lunetier-créateur.

Ils peuvent ensuite devenir responsables de magasin-créateur, designer de montures, concepteur d’espaces optiques ou encore ambassadeur de marques- créateur. 

Dans le contexte actuel où il y a une volonté croissante de différenciation des entreprises, ces opticiens spécialisés sont fortement appréciés car ils apportent une vraie valeur ajoutée aux sociétés qui les emploient. 

Quel(s) diplôme(s) faut-il avoir pour exercer en tant qu'opticien ? 

Pour accéder à ces métiers innovants et passionnants, le diplôme d’opticien demeure le tremplin par excellence. L’enseignement dispensé à l’ISO permet de décrocher ce sésame qui ouvrira les portes de métiers tous plus riches et captivants les uns que les autres. Les cursus de spécialisation jusqu’au bac + 5 sont les garants de cet accès privilégié. L’ISO permet également à ses étudiants d’accéder aux marchés internationaux grâce aux partenariats uniques tissés au fil des ans avec de grands acteurs de l’optique en Chine et aux Etats-Unis. 

Etre opticien pour vous aujourd’hui, c’est quoi ? 

L’opticien est un spécialiste de la santé visuelle. Il doit maîtriser de nombreux savoir-faire comme l’examen visuel, la réalisation des équipements ou le contrôle de l’adaptation des lunettes. Ce n’est pas un simple vendeur de lunettes mais un expert qui propose l’équipement optimal à chaque client pour lui offrir le meilleur confort visuel. 

Il doit faire preuve de qualités relationnelles et humaines, d’écoute et d’empathie. 

Quelles sont les perspectives de recrutement dans les années à venir ? 

Les débouchés sont extrêmement nombreux et l’insertion professionnelle est immédiate pour les jeunes diplômés.

La segmentation du marché incite les employeurs à innover et à recruter de plus en plus des profils experts et spécialisés, notamment dans l’industrie, les réseaux de distribution, la formation ou en cabinet d’ophtalmologie.

Il est fréquent qu’après seulement quelques années d’exercice un certain nombre de jeunes opticiens s’installent à leur compte.

Aujourd’hui, 1 opticien sur 3 est propriétaire de son magasin et 1 sur 4 est même multipropriétaire.

Dans les 10 prochaines années, 20 % de ces magasins vont se retrouver sur le marché du fait de l’arrivée des baby-boomers à l’âge de la retraite, et dans le même temps, le nombre de nouveaux porteurs de lunettes en France devrait augmenter d’environ 15 %. 

Les jeunes opticiens ont donc de belles perspectives d’avenir. 

En quoi l'innovation peut-elle être un levier  de croissance dans l'optique ? 

Depuis quelques années, l’optique focalise la recherche et l’innovation mais aussi l’espoir et le défi des nouvelles technologies. Casque 3D et Google glass repoussent les limites de l’investissement et de l’imagination d’une nouvelle génération d’entrepreneurs et de rêveurs. Côté médical, l’innovation ne cesse de se mettre au service du patient. Lunettes à réalité augmentée pour personnes atteintes de DMLA (Light vision, une entreprise française), lentille de contact qui encapsule un capteur pour mesurer la progression du glaucome chez les personnes à risques, ou encore “œil bionique” qui promet de redonner la vue aux aveugles même si pour le moment l’implant rétinien et ses lunettes équipées d’une caméra miniature n’en est qu’au début de ses promesses…

Aujourd’hui les principales innovations génératrices de croissance concernent le secteur de la contactologie avec l’adaptation de lentilles de plus en plus techniques, les verres progressifs individualisés pour équiper les personnes presbytes ou les nouveaux traitements sur les verres de lunettes qui protègent des rayons nocifs. l’espoir d’une vue et d’une vie meilleures sont bien au cœur de l’optique.

Propos recueillis par Sandrine Damie (décembre 2015)