Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Sylvain Bouhlal

Responsable du Point rencontre emploi formation de la Fédération française du bâtiment (FFB) Grand Paris
Date de l'interview : 09/12/2015

Dans le secteur du bâtiment, l’ascenseur social est quelque chose de concret et de bien réel.

Sylvain Bouhlal dresse un panorama des opportunités d’emploi et de formation dans le secteur du bâtiment en Ile-de-France.

Quels sont les services proposés par le Point rencontre emploi formation de la FFB Grand Paris ?

Le Point rencontre emploi formation est l’outil de la Direction des affaires sociales (DAS) à la FFB Grand Paris. Il couvre les départements de Paris (75) et de la Petite couronne (92, 93 et 94). Il est dédié aux jeunes et aux entreprises et concerne les solutions de formation.

Une partie de ses services porte sur la formation continue, en direction des entreprises de moins de 10 salariés. D’autre part, le Point rencontre emploi formation est chargé de la promotion des métiers du bâtiment. Il organise pour cela des actions extérieures, souvent des informations collectives dans les établissements scolaires (Segpa, prépas pro, DP3, etc.), ou bien est présent sur les forums organisés par des collèges, des lycées, des municipalités ou des associations.

Le Point rencontre emploi formation peut également aider les jeunes cherchant un stage ou une alternance (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) à trouver une entreprise d’accueil. Il relaie ces demandes dans un « bulletin de liaison », édité chaque début de mois, qui est diffusé aux 27 chambres et syndicats professionnels, spécialisés par corps d’état, regroupés au sein de la FFB Grand Paris. Puis ces Chambres Syndicales transmettent les demandes des candidats à leurs entreprises adhérentes.

Enfin, les jeunes cherchant un premier niveau d’information sur les métiers et les formations du bâtiment peuvent le contacter pour recevoir un conseil individuel.

Le secteur du bâtiment offre-t-il des opportunités d’emploi aujourd’hui en Ile-de-France ?

Le secteur du bâtiment traverse actuellement une crise au niveau national. La région Ile-de-France est moins impactée, mais n’est pas épargnée. Dans ce contexte, nous constatons que les entreprises sont actuellement plus réticentes à proposer des emplois et même à prendre des jeunes en stage ou en alternance. Face aux difficultés et aux incertitudes financières, elles hésitent en effet à mobiliser un salarié sur la fonction de tuteur ou à signer un contrat sur plusieurs mois avec un jeune alors qu’elle ont une visibilité restreinte sur leur carnet de commandes.

Peut-on prévoir une amélioration de la situation de l’emploi dans un avenir proche, notamment grâce aux travaux du Nouveau Grand Paris ?

Le Nouveau Grand Paris va créer des emplois mais, sans doute, en deux phases. La première phase, qui doit permettre une extension du réseau de transports, concernera davantage l’emploi dans les travaux publics. La seconde phase, qui prévoit la construction de gares et de bâtiments qui les environneront, est en revanche susceptible de créer de nombreux emplois dans le bâtiment. Ceci exposé, la question est de savoir s’il existera une volonté politique pour que ces opportunités bénéficient avant tout aux entreprises locales.

En dehors du Nouveau Grand Paris,  le secteur du bâtiment a besoin de jeunes pour remplacer les très nombreux départs à la retraite qui auront lieu dans les années à venir. En Ile-de-France, l’âge moyen des professionnels du bâtiment est de 39 ans et environ 6 000 départs à la retraite sont prévus chaque année. Malgré la crise, il ne faut donc pas hésiter à s’orienter dès aujourd’hui vers les métiers du bâtiment, car les emplois seront au rendez-vous !

Certains métiers du bâtiment recrutent-ils davantage en Ile-de-France ?

Les métiers qui recrutent ne sont pas toujours les mêmes, ils changent au fil temps. Néanmoins on peut citer, pour l’Ile-de-France, les métiers de maçon ou de de coffreur bancheur, ainsi que les différents métiers de la métallerie (métiers de la charpente, de la serrurerie…). Les façadiers sont également recherchés, pour l’isolation thermique des bâtiments, tout comme les étancheurs ou les couvreurs. On peut citer également les installateurs en domotique et les installateurs mainteneur en chauffage ou en climatisation (notamment pour les nouveaux modes de chauffage : photovoltaïque, pompes à chaleur, géothermie, etc.), les économistes de la construction et les différents métiers de l’encadrement (chef de chantier, conducteur de travaux…), et bien d’autres métiers encore. Il est donc nécessaire de trouver la bonne adéquation entre les besoins des entreprises et les formations proposées.

Est-il nécessaire d’être diplômé pour accéder aux métiers du bâtiment ?

Le diplôme est important. Les métiers du bâtiment restent des métiers  manuels, mais ils font appels à des techniques toujours en évolution et de plus en plus pointues. Dans le secteur, la formation continue est d’ailleurs amenée à prendre de plus en plus d’importance car les matériaux utilisés et les techniques évoluent très rapidement, notamment pour répondre aux enjeux de la transition énergétique.

En formation initiale, quels sont les diplômes du secteur ?

Il y a de nombreux diplômes accessibles, du CAP au bac + 5 ! Il existe deux voies principales pour se former aux métiers du bâtiment. D’abord en alternance, par exemple, dans un centre de formation en apprentissage (CFA), pour obtenir un CAP, un Bac Pro ou un autre diplôme en deux ou trois ans après la 3ème (ils pourront être complétés par des Mentions Complémentaires). Une autre voie consiste à intégrer un lycée d’enseignement technologique pour y faire ses études complètes. Les élèves qui souhaitent faire des études plus poussées obtiendront un Bac S ou un Bac STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable), et poursuivront éventuellement vers une Licence, un Master ou un diplôme d’ingénieur. Précisons que les études après le Bac peuvent également être envisagées dans le cadre de l’alternance.

Il n’est néanmoins pas nécessaire d’être bardé de diplômes pour travailler dans le bâtiment. Dans le secteur, l’ascenseur social est quelque chose de concret et de bien réel. On peut continuer à construire son parcours après son entrée dans la vie active, entrer par la « petite porte » et se voir confier très rapidement des responsabilités.

Quelles qualités faut-il avoir pour travailler dans les métiers du bâtiment ?

Il faut notamment aimer le travail en équipe, mais aussi être souvent à l’extérieur. Il  faut surtout avoir la passion du bâtiment, c’est-à-dire avoir choisi et aimer son métier. Les chefs d’entreprises ont besoins de personnes volontaires, motivées et sérieuses.

Depuis peu, nous constatons l’arrivée de  jeunes femmes dans les métiers de terrain. Elles sont très appréciées des chefs d’entreprises en raison de la conscience professionnelle dont elles font généralement preuve.

Dans le bâtiment, ceux qui se donnent la peine de bien faire leur métier sont très vite récompensés, aussi bien du point de vue du salaire que des missions qui leurs sont confiées et, surtout, de la fierté légitime que procure le travail bien fait… En réalité, nos métiers sont des passions, pour le constater, il suffit d’en parler à nos 1.090.000 passionnés en France !

 

Contacter le Point rencontre emploi formation de la FFB Grand Paris.

 

Propos recueillis par Raphaëlle Pienne