Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Échange Franco-allemand pour les apprentis

Échange Franco-allemand pour les apprentis

Une expérimentation va permettre aux apprentis franco-allemands d’exercer de chaque côté du Rhin.


Le 26/11/2015

 

"Il n’y a pas de raison que le programme européen Erasmus ne bénéficie pas autant aux apprentis qu’aux étudiants, car la mobilité européenne est un atout pour l’employabilité des jeunes", déclare Harlem Désir, secrétaire d’État aux Affaires européennes.

 

C’est pour répondre à ce constat que vient d’être lancé, lors d’une annonce des ministères du Travail et des Affaires étrangères lundi 23 novembre 2015, une expérimentation visant à favoriser la mobilité franco-allemande des apprentis.

 

Une cinquantaine d'apprentis français et allemands pourront passer deux à trois mois dans une entreprise du pays voisin en 2016. Cette expérimentation, soutenue par l'agence Erasmus+ France et l'Ofaj (Office franco-allemand pour la jeunesse), vise à permettre à davantage d'apprentis de faire des séjours à l'étranger.

 

Si l’on regarde les chiffres, seulement 5 000 apprentis ont bénéficié en 2014 d’un financement Erasmus pour partir dans un pays européen, contre 35 000 étudiants. Et pour une durée moyenne des séjours bien plus faible que celle des jeunes de l’enseignement supérieur (deux à trois semaines en moyenne pour les apprentis).

 

 

Une convention « spéciale apprentis »


Pour faciliter les échanges entre les deux pays, le ministère du Travail et celui des Affaires étrangères français ont rédigé un modèle de convention de "mise à disposition temporaire" d’un apprenti français auprès d’une entreprise implantée en Allemagne. Ce document, qui est facultatif, et personnalisable, est disponible en version française ou en version allemande. Il comporte des informations sur les obligations de l’entreprise d’accueil, les règles en matière de droit du travail, les procédures à respecter pour la couverture maladie de l’apprenti ou encore les personnes chargées du suivi du jeune en Allemagne.

 

Sont concernés les apprentis étant dans leur deuxième année d’étude, préparant pour l’essentiel un diplôme de niveau IV ou III. Rappelons que la totalité de la formation théorique se fait dans les CFA français.

 

De plus, en vue de faciliter l’intégration des jeunes, l’Ofaj proposera des séminaires interculturels de préparation. Il y sera notamment abordé le statut des apprentis en Allemagne, le rapport à la hiérarchie ou encore les caractéristiques du système politique allemand.

 

 

Onze entreprises partenaires


Toutes les entreprises ne sont pas concernées. La convention s’adresse aux groupes présents à la fois en France et en Allemagne qui se sont portés volontaires pour envoyer quelques-uns de leurs apprentis Outre-Rhin pendant deux ou trois mois (au sein de la même entreprise).

Au nombre de onze, il s’agit d’Allianz, Michelin, Danone, Bosch, BASF, L’Oréal, Siemens, BNP Paribas, Engie, Airbus et Safran (à partir 2017 pour cette dernière).

L’autre objectif de ce projet est de valoriser les filières industrielles qui font face à une pénurie de main-d’œuvre. Cet échange permet également d’accroître l’attractivité de l’entreprise vis-à-vis des alternants.

 

Christophe Lacôte