Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Florence Dumez

DRH au sein du Groupe Renault
Date de l'interview : 28/10/2015

Défendre la diversité, c’est aussi défendre une forme de « méritocratie » au sein de l’entreprise, défendre l’égalité des chances pour tous, qu’on soit jeune ou plus âgé, qu’on soit un homme ou une femme, qu’on soit brésilienne ou russe. Et ce sentiment d’équité est fondamental pour la motivation des équipes.

Quelle place pour les femmes dans l'automobile ? Zoom sur l'engagement et les actions de Renault en matière de diversité.

Vous pilotez le programme Diversité au sein de la DRH du Groupe Renault. Dans quel contexte et pourquoi ce programme est-il déployé ?

Je dirais qu’on peut évoquer trois grandes raisons de promouvoir la diversité :

La première, c’est la nécessité pour l’entreprise de refléter en interne, y compris dans son management et dans son top management, la diversité de ses marchés et de ses clients. Une femme espagnole n’attend pas les mêmes choses de sa voiture qu’un homme coréen. Il est impossible de répondre à la multiplicité de ces attentes sans intégrer cette diversité au sein de nos équipes.

Deuxième raison : la diversité est une source d’innovation et un puissant levier de performance. Une décision est toujours plus riche et plus efficace lorsqu’elle intègre des points de vue différents, qu’elle confronte des angles d’approche divers.

Troisième raison : défendre la diversité, c’est aussi défendre une forme de « méritocratie » au sein de l’entreprise, défendre l’égalité des chances pour tous, qu’on soit jeune ou plus âgé, qu’on soit un homme ou une femme, qu’on soit brésilienne ou russe. Et ce sentiment d’équité est fondamental pour la motivation des équipes. Si on a l’impression que l’entreprise ne reconnaît pas la performance d’un collaborateur à son juste niveau par rapport à un autre, que le fait d’être une femme empêche de prendre des responsabilités dans le Groupe, qu’il y a un « plafond de verre » qui bloque le développement de carrière, alors le collaborateur n’aura aucune raison de s’engager et de se dépasser dans son travail.

La diversité est avant tout une affaire de performance. 

Quels sont les objectifs de ce programme ?

Renault souhaite faire bénéficier l’entreprise de la richesse culturelle et de la diversité d’expériences de toutes ses composantes. La diversité est un levier fondamental de performance, de motivation et d’engagement pour les collaborateurs. Elle constitue un avantage compétitif décisif : de la diversité des formations, des talents et des parcours des salariés, naît l’innovation.

C’est aussi en reflétant les multiples visages des 125 pays dans lesquels Renault commercialise des véhicules que l’entreprise comprendra et répondra au mieux aux attentes de ses clients.

En 2010 nous avons mandaté un organisme indépendant pour réaliser un diagnostic sur la diversité. Suite à ce travail, nous avons identifié quatre champs d’actions prioritaires sur lesquels on travaille : mixité hommes/femmes, diversité culturelle, intégration des personnes handicapées, diversité des âges.

Cet engagement en faveur de toutes les formes de diversité et contre toutes les discriminations s’est traduit par la signature de l’accord cadre mondial le 2 juillet 2013, « S’engager ensemble pour une croissance et un développement durable ».

Pouvez-vous nous donner quelques chiffres clés sur la place actuelle des femmes chez Renault ? Et dans l'industrie automobile de façon plus globale ?

A la fin de l’année 2014, les femmes représentent 18,4 % des effectifs (vs. 17,6 % en 2013 et 10 % en 1999).

La représentation des femmes est mesurée à tous les niveaux de l’entreprise :

  • 18,3 ;% du management ;
  • 22 % des postes clés du Groupe (environ 2 000 postes) ;
  • 16,7 % des 150 premiers postes de l’entreprise (vs. 16 % en 2013) ;
  • 18,2 %  du Comité exécutif du Groupe.

C’est une représentation féminine particulièrement élevée dans le secteur automobile, résultat du plan de Renault, et avec un bon « taux de transformation » : cette représentativité est respectée à tous les niveaux de responsabilité, de la base jusqu’au plus haut de l’échelle hiérarchique. 

Enfin, le Conseil d’administration de Renault compte cinq femmes sur dix-neuf administrateurs. 

En ce qui concerne l’industrie automobile, je peux vous dire que le groupe Renault a une représentation des femmes dans ses effectifs qui est légèrement au-dessus de la moyenne des constructeurs et équipementiers. 

Pouvez-vous nous présenter le plan Women@Renault ? 

Afin de promouvoir la mixité hommes-femmes Renault a lancé début 2010 le plan Women@Renault pour améliorer la représentation des femmes à tous les niveaux de l’entreprise.

Ce plan est porté par deux organes de gouvernance Corporate : le W5, instance de pilotage du plan, et le W20, qui regroupe l’ensemble des fonctions de Renault, qui définit et suit les plans d'actions.

Ce dispositif repose sur deux volets complémentaires : un plan Ressources Humaines et un réseau social.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés en termes RH pour ce programme ?

En matière de gestion des talents (recrutement, formation, gestion de carrière), Renault s’est fixé des objectifs chiffrés :

  • recruter 30 % de femmes sur les postes techniques et 50 % sur les profils commerciaux (être meilleur que le marché des jeunes diplômés) ;
  • augmenter la part des femmes parmi les postes clés du Groupe pour atteindre 25% de femmes titulaires de postes clés en 2016 ;
  • proposer au moins une femme dans les plans de succession des postes clés du Groupe.


Comment accompagnez-vous les femmes dans leur évolution de carrière ?

Nous avons mis en place un dispositif de mentoring  destiné à développer les femmes, ainsi que des formations spécifiques, pour leur permettre d’exprimer pleinement leur potentiel et leur leadership.

Au-delà du développement personnel et professionnel des femmes, Renault veille également à l’égalité de traitement entre hommes et femmes et à agir en faveur de l’équilibre vie privée / vie professionnelle pour tous.

Women@Renault est aussi un réseau social d'entreprise fédérant plus de 4 500 adhérentes. Quelles sont ses actions phares ? 

Effectivement, nous sommes fiers de compter aujourd’hui 4 500 membres dans 12 pays, dont 15 % d’hommes.

Le réseau Women@Renault est très actif en France mais également sur chaque pays et chaque site dans lequel il est présent. Ainsi, il organise des événements et des actions en faveur de la mixité, et encourage les femmes à adopter le réflexe de réseautage pour dynamiser leur carrière grâce au développement d’une communauté efficace. Les échanges se font sur une plateforme web qui comprend un site, un blog et des forums d’idées. Il est le plus grand réseau social interne existant chez un constructeur automobile.

En 2014, deux conférences Women@Renault en France ont fait  intervenir des personnalités extérieures reconnues ainsi que des femmes Renault sur les thèmes « Et les hommes dans tout ça ? Acteurs et bénéficiaires de l’égalité professionnelle » et « Femmes et media ».

De nombreuses actions sont menées globalement ou localement en faveur de la mixité hommes-femmes et des femmes en interne pour faire évoluer l’environnement de travail ou les mentalités : des ateliers et des déjeuners thématiques, des sessions de prise de parole dédiées aux femmes, etc.

Par ailleurs, Renault poursuit son engagement en externe pour encourager les lycéennes et étudiantes à se diriger vers des carrières scientifiques et susciter des vocations pour l’industrie automobile. En France, Renault travaille avec l’association « Elles bougent », dont l’objectif est de faire découvrir les métiers d'ingénieurs et techniciens. Les marraines de l’association, parmi lesquelles des collaboratrices volontaires de Renault (plus de 60), ont pour objectif de créer un dialogue avec ces jeunes et les encourager à s’orienter vers des carrières scientifiques. En 2014, lors d'une rencontre  « Elles bougent », une centaine de lycéennes, élèves ingénieures ou étudiantes à l’université ont pu visiter le Mondial de l’Automobile, accompagnées de marraines « Elles bougent ».

L’Alliance Renault-Nissan a célébré les femmes de l’industrie automobile du 14 au 16 octobre au Women’s Forum. De quoi s'agit-il ?

L’Alliance Renault-Nissan soutient activement le Women’s Forum depuis 2006. Cette année elle a été représentée par une délégation de 50 femmes de Renault et de Nissan, choisies pour leurs performances.

Le Women’s Forum vise à promouvoir l’égalité des chances pour les femmes, dans les domaines de l’industrie, mais également de l’enseignement et de la politique, et plus généralement dans la société. Ce rendez-vous annuel accueille des femmes leaders dans ces secteurs, venues du monde entier pour témoigner et partager leurs parcours, leurs difficultés et leurs succès. Cette année, le thème de la rencontre était « Energizing the world! » (« Dynamisons le monde ! »). C’est entre autres, une opportunité pour ces femmes de nos deux entreprises, de se nourrir d’expériences et des rencontres, aussi stimulantes qu’exceptionnelles dans leur quotidien professionnel.

 

Propos recueillis par Sandrine Damie (octobre 2015)

 

Crédit photo : ©  MARTIN−GAMBIER, Olivier