Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • L'apprentissage dans les métiers du sport et de l'animation

L'apprentissage dans les métiers du sport et de l'animation

Les Assises nationales des métiers du sport et de l’animation ont été l'occasion de discuter de la place de l'apprentissage dans les formations.


Le 25/11/2015

 

Mi-septembre, l’édition 2015 des Assises nationales des métiers du sport et de l’animation avait pour thème "développer ensemble l’emploi et la formation au cœur des territoires".

 

Thierry Braillard, Secrétaire d’Etat aux Sports a rappelé dans son discours d'ouverture que "la mobilisation pour l’emploi est une priorité du gouvernement et les métiers de l’animation et du sport, dans leur diversité, offrent aujourd’hui de réels débouchés professionnels pour les jeunes. De manière constante depuis plusieurs années, environ 80 % des diplômés, 6 mois après l’obtention de leur diplôme, occupent un emploi, au moins à temps partiel, en relation directe avec la formation suivie."

 

Un rapport sur l'apprentissage dans le sport et l'animation

 

En avril 2015, le ministère des Sports a publié son 1er rapport sur l'évaluation du financement et des conditions de développement de l'apprentissage aux métiers du sport et de l'animation.

 

L’apprentissage est une voie de formation récente dans le champ des diplômes

professionnels du sport et de l’animation. Il représente au plan statistique, avec 3 360 apprentis, un secteur encore modeste au sein des 425 000 apprentis que compte l’apprentissage tous secteurs confondus, mais qui progresse régulièrement dans un marché du sport et de l’animation certes protéiforme et composite, mais dynamique et attractif.

 

Ce dispositif peut se prévaloir d’indicateurs de réussite élevés : le pourcentage de rupture des contrats est très faible (6 %) comparé à celui de l’apprentissage interprofessionnel (22 %) et le taux d’insertion professionnelle est élevé, de l’ordre de 85 %.

 

Cependant, les obstacles spécifiques au développement de l’apprentissage aux métiers du sport et de l’animation sont nombreux et viennent confirmer, ou s’ajouter à ceux que l’on constate par ailleurs dans l’apprentissage interprofessionnel. Ils tiennent notamment à :

  • un déficit d’image, malgré les progrès réalisés ;
  • une méconnaissance avérée du dispositif de la part d’employeurs potentiels que sont principalement, pour le secteur privé, les bénévoles associatifs et pour le secteur public, les collectivités territoriales ;
  • une information insuffisante des jeunes ;
  • la structuration encore embryonnaire du marché de l’emploi dans les domaines du sport et de l’animation ;
  • la connaissance trop approximative des besoins d’emplois et des terrains de stages ;
  • un positionnement institutionnel jusqu’à présent insuffisant.

 

C’est dans ce contexte que le plan de développement lancé par le ministère chargé de la Jeunesse et des sports fixe pour objectifs à ses services régionaux, le doublement des effectifs pour les porter à 6 600 en 2017.

 

Sandrine Damie

 

Le rapport est téléchargeable en ligne : http://www.jeunes.gouv.fr/IMG/pdf/IGMissionApprentissage.pdf