Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Pierre Jury

Ancien étudiant en Effets spéciaux numériques à Isart Digital
Date de l'interview : 22/09/2015

Les 2 branches principales sont les longs métrages et la publicité, certaines techniques de 3D se retrouvent également en architecture, en impression 3D, ou encore dans le médical.

Retour sur sa formation aux effets spéciaux et sur le prix international dont il vient d'être lauréat avec son équipe de l'Isart Digital.

Quel bac avez-vous obtenu ? Quels métiers vous faisaient rêver à la fin du lycée ?

J'ai obtenu un bac scientifique. Je rêvais déjà à cette époque d'une carrière dans le jeu vidéo, les effets spéciaux ou le film d'animation.

Quel a alors été votre choix de formation ?

J'ai choisi de découvrir les métiers de l'image via une formation située à Montréal, au Canada.

Sur quels critères avez-vous choisi la formation Effets spéciaux 3D de Isart Digital ?

L'un des avantages de cette formation est qu'elle se déroule en alternance, cela permet d'en sortir avec déjà 3 ans d'expérience professionnelle.

Comment vous étiez-vous préparé aux différentes épreuves d'admission ?

J'ai passé une année préparatoire à l'étranger où je me suis formé à la 3D, cela m'a apporté les bases nécessaires pour passer le concours.

Quels types de projets contenait votre portfolio à l'entrée en formation ?

Mon portfolio contenait principalement des images fixes de rendu 3D ainsi que des ébauches d'animation.

Quels sont les atouts / points forts de cette formation selon vous ?

Selon moi, la réelle force est l'alternance, cela permet à l'étudiant de se professionnaliser très vite et d'entrer immédiatement dans le monde du travail, et ainsi de se faire un carnet d'adresses, ce qui est très précieux dans le secteur.

Quels sont les débouchés actuels dans le secteur des effets spéciaux ?

Les 2 branches principales sont les longs métrages et la publicité, certaines techniques de 3D se retrouvent également en architecture, en impression 3D, ou encore dans le médical. L'image de synthèse se porte bien.

Quels postes / missions souhaitez-vous viser à la sortie de formation ?

Je souhaite travailler dans le milieu du long métrage et de la pub (souvent traité dans les mêmes studios), en tant que généraliste 3D. Il s'agit d'un poste de graphiste pouvant assurer seul les différentes spécialités du processus de création d'images 3D.

En équipe, vous venez de remporter le Prix du meilleur film étudiant à Los Angeles. Comment est né ce projet de participation ?

Ce projet est né en dernière année d'étude. Il nous a été demandé de concevoir un court métrage, depuis l'écriture jusqu'à la post production.

Comment votre équipe s'est constituée et a donné vie à votre court métrage ?

L'équipe s'est constituée autour du concept du film, mais aussi par affinité. Nous étions 4 sur l'écriture, la réalisation, et l'aspect visuel du film, 4 autres étudiants se sont occupés du son, et enfin 3 autres étudiants ont travaillés quelques jours sur des concepts 2d du personnage principal.

L'écriture et les recherches visuelles ont pris 4 mois, puis la production à pris le relais pendant 7 mois. Un élève s'est principalement occupé des mattes painting ainsi que du modeling 3d, un second s'est principalement occupé du montage tandis que les 2 derniers se sont occupés de la lumière et de l'assemblage des images 3d / images filmées afin de rendre le tout crédible .

L'équipe son nous a rejoint en cours de production.

Quels enseignements tirez-vous de cette aventure en équipe ?

L'aventure a été difficile mais l'expérience fut enrichissante. Cela nous a permis de travailler entre différents départements, de l'image vers le son et vice versa. Nous avons également appris à nous écouter les uns les autres et à prendre des décisions communes. L'essentiel a été de bien respecter chaque étape de production du court métrage.

Est-ce que ce Prix peut être un levier pour votre future insertion ?

Ce prix est attribué lors de la convention Siggraph (très importante et connue dans l'industrie des effets visuels) et il est clair que cela a offert une bonne visibilité. Seul l'avenir nous dira à quel point le prix peut aider !

Propos recueillis par Sandrine Damie (septembre 2015)

 

Pour visionner le court métrage : https://www.youtube.com/watch?v=dQT3wD9gweE&feature=youtu.be