Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Béatrice Jacques - panorama sectoriel

Responsable de l'observatoire prospectif des métiers et des qualifications de l'ANFA
Date de l'interview : 11/09/2015

Avec 255 350 salariés dans 76 143 entreprises et un parc de 32 millions de véhicules particuliers, le secteur du commerce et de la réparation de voitures constitue l'essentiel de la branche des services de l'automobile

Béatrice Jacques dresse un panorama de l'emploi et des entreprises de services dans l'automobile.

Comment se répartit l'activité entre les différents secteurs ? 

Avec 255 350 salariés dans 76 143 entreprises et un parc de 32 millions de véhicules particuliers, le secteur du commerce et de la réparation de voitures constitue l'essentiel de la branche des services de l'automobile.

Le nombre d'entreprises du commerce et de la réparation de voitures est en constante augmentation. Cette croissance touche principalement les entreprises sans salarié, phénomène qui s'est accéléré avec l'apparition du statut d'auto-entrepreneur en 2009.

On enregistre cependant un repli de l'emploi, variable selon l'activité principale de l'entreprise, diminuant depuis 2002 dans les concessions, et depuis 2010 chez les Mécaniciens Réparateurs Automobiles et les agents. 

En 2012, les ouvriers qualifiés représentent 44,4 % des salariés du secteur. Ils occupent des postes de mécaniciens ou techniciens automobiles et de carrossiers.

Le nombre de salariés de plus de 50 ans tend à progresser rapidement : + 3 % entre 2011 et 2012. Les artisans et les cadres sont particulièrement concernés par le vieillissement et les départs à la retraite, posant au secteur la question de la reprise des entreprises.

En parallèle, 16,5 % des salariés ont moins de 25 ans (11,3 % dans les autres secteurs d'activité) et le commerce et la réparation de voitures enregistre un fort taux d'apprentissage. Ces observations confirment le rôle important que jouent les entreprises dans la formation et l'emploi des jeunes. 

Pouvez-vous nous parler du secteur des véhicules industriels ? 

Le secteur de la distribution et de la maintenance du véhicule industriel (VI) rassemble 3 713 entreprises et 23 501 salariés, qui vendent, entretiennent et réparent 533 013 poids lourds. En dépit d'une situation économique fragile depuis 2008, l'emploi se maintient globalement bien. Les marchés de la vente et de l'après-vente, fortement liés au transport de marchandises tendanciellement baissier, restent fragiles. La maintenance et la réparation évoluent fortement sous l'effet de la multiplication des systèmes électroniques et connectés. La filière VI est la filière d'insertion professionnelle la plus porteuse des services de l'automobile où le recrutement et formation sont ainsi des enjeux majeurs. 

Et côté deux-roues ? 

Le secteur du commerce et de la maintenance du deux-roues motorisé rassemble 6 056 entreprises et 10 832 salariés, qui vendent, réparent et entretiennent 3,8 millions de scooters, motos, tricycles ou quads. Face aux marchés de la vente et de l'après-vente en baisse, les entreprises développent des activités complémentaires. 

L'introduction rapide des systèmes à gestion électronique, l'évolution de la réglementation européenne, notamment sur les normes anti-pollution, conduisent à de nouveaux besoins de compétences.

La moto attire toujours les jeunes, malheureusement les recrutements de jeunes issus de formation sont plus difficiles dans ce secteur. 

En 2013, la France compte 1 970 magasins spécialisés dans la vente et la réparation de cycles, qui emploient 2 560 salariés. Ces magasins sont pour la plupart des TPE : le gérant du magasin travaille souvent seul (43 % des cas) ou emploie un ou deux salariés (40 % des cas). 

Dans 84 % des entreprises, l'effectif salarié est stable et les chefs d'entreprise déclarent travailler depuis longtemps avec les mêmes équipes dont ils jugent les compétences très satisfaisantes à 66 %. 

Près des 2/3 des salariés sont mécaniciens cycles mais la moitié de ceux-ci font aussi de la vente de cycles. Une grande partie des actifs du secteur n'a pas de formation initiale spécifique à la filière, beaucoup sont autodidactes ou en reconversion professionnelle. La branche des services de l'automobile a donc créé trois certifications spécifiques au secteur : les CQP « mécanicien cycles » et « mécanicien spécialiste cycles » et le titre « conseiller technique cycles ». Il n'existe pas de diplôme de l'Education nationale. 

Propos recueillis par Sandrine Damie (septembre 2015)