Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Baromètre des free-lances

Hopwork a scruté l'activité et les demandes de free-lances sur la plateforme de 9 000 professionnels indépendants qu'elle propose en ligne. Zoom sur les résultats de son baromètre trimestriel.


Le 11/09/2015

 

Selon le rapport 2014 de l’European Forum for Independent Professionals, 700 000 Français travaillent en free-lance, c’est-à-dire, en tant qu’entrepreneurs indépendants exerçant des professions intellectuelles non réglementées.

 

Basée à Paris, Hopwork est une start-up dont l’objectif est de simplifier la rencontre et la relation commerciale entre free-lance et entreprises. A travers son baromètre trimestriel, l'entreprise a ainsi décidé de compiler les données des presque 9 000 free-lances inscrits sur sa plateforme, afin de mettre en exergue quelques caractéristiques concernant l'emploi indépendant en France au 2e trimestre 2015.

 

L'informatique : 47 % des demandes de mission

 

Les métiers de l'IT représentent près de 40 % des free-lances inscrits sur Hopwork et concentrent 47 % des demandes de missions. Cette catégorie regroupe les développeurs (web, mobile, backend) mais aussi les spécialistes bases de données, les experts BI, NoSQL, etc.

 

Leurs tarifs peuvent varier du simple au double en fonction du langage de programmation, mais aussi de la ville où ils habitent : par exemple, un spécialiste du langage Java facture 522 euros la journée à Paris contre 333 euros à Nice.

 

Comme au premier trimestre, la demande se concentre sur les métiers du développement et du graphisme : 47 % des demandes se font en développement informatique (48 % au 1er trimestre) et 31 % (29 % au 1er trimestre) s’adressent aux free-lances exerçant dans les métiers de l’image.

 

On note également une forte hausse des demandes de professions administratives (+ 22 %) associée à une hausse moindre de la part des free-lances exerçant des métiers dans ce secteur (+ 7 %) et une légère hausse de la demande en community management (+ 4 %).

 

Pour découvrir les métiers du numérique, pensez à consulter notre dossier sectoriel en ligne !

 

Sandrine Damie