Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Chat
  • Ouvrir ses études sur l'Europe

24/06/2015 à 17h00 - Ouvrir ses études sur l'Europe

Acquérir une expérience dans un pays de l'Union Européenne est enrichissant et valorisant dans la perspective d'un premier emploi. S'il est plus facile de "s'exporter" lorsqu'on est en école de commerce ou d'ingénieurs, dans un double cursus ou dans un cursus international, les lycéens, les apprentis et les étudiants des universités sont de plus en plus mobiles. Retrouvez l'intégralité de ce chat qui a réuni trois experts des programmes d'échanges européens.

Les invités

Michelle Moquin - Responsable du Centre Ressources Europe à la DAREIC - Académie de Versailles

Maude Sire et Corinne Lefay-Souloy - Responsable du Pôle Promotion et Chargée de développement, Département Développement de l'Agence Eramus+ France /Education Formation

Question :

Modérateur : Le chat va bientôt commencer. Nous vous attendons...

Réponse :

 

Michelle Moquin : Bonjour, je suis ravie de vous rejoindre pour ce chat ! N'hésitez pas à poser vos questions.

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Bonjour à toutes et à tous, nous sommes ravies d'être là pour répondre à vos questions.

Question :

Grise : Je ne suis pas spécialement tournée vers l'Europe, quelles valeurs peut-on partager ensemble ?

Réponse :

 

Michelle Moquin : S'engager dans une mobilité vers un autre pays européen c'est partir à la rencontre de l'autre, confronter ses idées, partager des valeurs humanistes et découvrir la culture de l'autre.

Question :

Béatrice : Y a-t-il un niveau de langue exigé ?

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Il y a un niveau de langue conseillé, il faut pouvoir s'adapter dans le pays, chaque structure a une sélection des candidats à la mobilité qui pourrait intégrer ce critère.

Il y a un soutien apporté dans le cadre d'Erasmus +, avec 2 possibilités : pour l'enseignement supérieur et professionnel, un support linguistique en ligne gratuit, et pour les autres secteurs éducatifs, un soutien apporté financièrement, qui est de l'ordre de 150 €.

Question :

Charlotte : Y a- t-il des niveaux de certification dans d'autres langues que l'anglais ?

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Le séjour dans un autre pays européen peut nécessiter la pratique d'une langue autre que l'anglais, auquel cas il peut y avoir une exigence sur une autre langue, telle que la pratique de l'espagnol, par exemple.

 

Michelle Moquin : Effectivement il y a des certifications en langues autre que l'anglais : en espagnol par l'Institut Cervantès, en allemand par le Goethe Institut, On peut suivre des cours en ligne ou in situ.

Question :

Zelie : Où peut-on trouver la liste des lycées professionnels ayant une section européenne ?

Réponse :

 

Michelle Moquin : On peut trouver la liste des lycées professionnels qui disposent d'une section européenne sur les sites des rectorats ou en allant directement sur les sites des lycées que l'on vise.

 

Question :

Fanny : combien de destinations sont concernées par le programme Erasmus ?

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Au niveau européen, il y a 27 autres états membres, auxquels s'ajoutent l'Islande, la Norvège, et le Liechtenstein, ainsi que la Turquie et l'ancienne République Yougoslave de Macédoine.

Au-delà de ça, pour l'enseignement supérieur, il y a des possibilités sur la quasi totalité des pays du monde. Vous pourrez trouver tous les renseignements sur le site http://www.generation-erasmus.fr/.

Question :

Quentin : Qu'est ce qui change avec Erasmus + ? merci

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Erasmus +, c'est plus de mobilité pour tous (apprenti, étudiant, lycéen professionnel, formateur, enseignant, etc.).

Question :

Xavier : Y a-t-il un niveau de langues exigé pour postuler dans les sections européennes des lycées pro ?

Réponse :

 

Michelle Moquin : Il n'y a aucun niveau de langues exigé pour entrer dans une section européenne dans un lycée professionnel. La sélection se fait uniquement en fonction de la motivation et de l'implication de l'élève.

 

Question :

Etienne : Qu'est-ce que peut m'apporter un année à l'étranger ? Car J'ai peur de perdre mon "premier réseau"français !

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : A l'heure d'internet et des réseaux sociaux en général, une expérience de ce type ne peut qu'enrichir le réseau, au contraire.

 

Michelle Moquin : C'est au contraire une réelle opportunité, parce que cette mobilité va permettre de créer un nouveau réseau international qui peut déboucher sur des ouvertures professionnelles.

Question :

Thaïs : Combien d’élèves ont pu bénéficier de stages ou autres immersion dans votre académie ?

Réponse :

 

Michelle Moquin : Dans l'Académie de Versailles dans les lycées professionnels, ce sont environ 600 élèves qui partent chaque année en mobilité.

Question :

Katie : Selon vous, pourquoi un stage à l'étranger ou une année d'étude est-il un booster pour l'emploi ?

Réponse :


Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : On s'est posé la question, on a mené des études d'impact, on a suivi des jeunes qui sont parti en mobilité, les résultats de ces études montrent que partir en mobilité permet au retour d'avoir, pour la plupart, une expérience professionnelle supplémentaire, une confiance en soi, et une autonomie.

Ça peut aller, en fonction des profils, jusqu'à un emploi plus intéressant, soit en termes de salaire, soit en termes de mission.

Question :

Quitterie : Quel rôle joue les enseignants entre les élèves et la mobilité ?

Réponse :

 

Michelle Moquin : Les enseignants ont un rôle de facilitateur entre le jeune et l'entreprise ou le centre de formation situés à l'étranger. Ils gèrent l'organisation de la mobilité. Certaines équipes éducatives montent des projets Erasmus+, FSE, OFAJ ou SFA pour obtenir des fonds qui permettront aux élèves de financer leur séjour. Toutes les informations sont disponibles sur le site du Centre Ressources Europe de l'académie de Versailles : www.ac-versailles.fr/centre-ressources-europe.

Question :

Wilfrid : Peut-on faire les 2 : étudier et faire un stage ?

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : On peut faire les deux, consécutivement (mais pas simultanément) dans le cadre de son diplôme.

Question :

Oumy : Y a-t-il un âge maximum pour partir ?

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Non, la possibilité est offerte par l'université de départ, donc cela est en fonction de ce qu'elle propose, mais on peut tout à fait par exemple suivre un cursus universitaire à 40 ans, et profiter de la mobilité proposée par Erasmus.

Question :

Sabine : Comment la mobilité vers l'étranger va-t-elle évoluer d'ici 5 ans ?

Réponse :

 

Michelle Moquin : Selon moi, elle ne peut être qu'exponentielle, puisque les entreprises sont de plus en plus à la recherche de jeunes qui ont une expérience internationale.

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : C'est une tendance importante dans les cursus de formation, et de manière plus générale, dans les cursus professionnels. La mobilité internationale peut se faire tout au long de la vie.

 

Question :

Sissi : Les diplômes européens sont-ils reconnus en France ?

Réponse :

 

Michelle Moquin : Oui, les diplômes européens sont reconnus en France.

Question :

Averto : Est-ce qu'il existe une cité universitaire internationale (comme à Paris) dans les autres pays d'Europe ? Le logement est souvent le problème pour faire ses études à l'étranger ... avez-vous des bons plans ?

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Les conditions d'accueil sont préparées en partenariat entre les établissements de formation en France, et les établissements d'accueil des autres pays.

 

Michelle Moquin : Il faut s'adresser aux universités pour savoir si elles ont des hébergements d'accueil ou des cités universitaires. La colocation fonctionne également très bien dans la plupart des pays européens. Il faut s'adresser aux universités pour savoir si elles ont des hébergements d'accueil ou des cités universitaires. La colocation fonctionne également très bien dans la plupart des pays européens.

Question :

Ronie : Comment fonctionnent les stages en entreprises dans le cadre d’Erasmus ? sabine : Les stages sont-ils rémunérés ?

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Le stage a lieu dans le cadre du diplôme, c'est par exemple le stage de licence ou master, lycée professionnel, ou période d'apprentissage, le financement Erasmus + contribue aux frais de séjour et de transport.

L'éventuelle rémunération dépend de la législation du pays d'accueil et de l'entreprise.

Question :

Sissi : Que penser de l'idée d'aller faire ses études de médecine en Roumanie ????

Réponse :

 

Michelle Moquin : Il y a bien des jeunes espagnols qui viennent faire leurs études d'infirmier en France. Cela fait partie de l'ouverture européenne.

Question :

Laurie : Combien coûte une année d'étude à l'étranger ? Est-ce que cela dépend du pays ? La Lituanie est-elle moins chère que l'Italie ?Mima : Peut-on demander une bourse d'études et à qui ? Quelles sont les règles pour en obtenir une ?

Réponse :

 

Maude Sire & Corinne Lefay-Souloy : Le financement qui est donné dépend du pays et de la durée. En Pologne par exemple, la bourse est d'environ 200 € par mois alors qu'en Italie c'est autour de 300 € par mois, cela dépend du coût de la vie dans le pays d'accueil. Ces financements peuvent être abondés par des aides du Conseil Régional ou autre. En fonction des pays, cela varie entre 150 € et 450 € par mois. Mima, il faut vous adresser au service des relations internationales de votre université.

Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)