Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Marc Bellan

Responsable pédagogique de l'axe Cinéma d'animation et effets spéciaux de l'IIM (Institut de l'Internet et du Multimédia)
Date de l'interview : 27/05/2015

Les nombreuses écoles formant aux métiers de l'animation sont essentiellement centrées sur les aspects techniques et artistiques. L'avantage des étudiants en Cinéma d'animation de l'IIM est de posséder des compétences non seulement techniques et artistiques mais également en gestion de projet.

Zoom sur les formations de l'IIM (Institut de l'Internet et du Multimédia) dans le domaine du cinéma d'animation et des effets spéciaux.

Vous êtes responsable pédagogique de l'axe métiers Cinéma d'animation et effets spéciaux. Pouvez-vous définir les métiers du cinéma d'animation ?

Les métiers du cinéma d'animation sont divers. Il existe deux grandes familles de métiers. Pour le cinéma d'animation en images de synthèse, les principaux métiers techniques et artistiques sont la modélisation, le texturing, le rendu et l'éclairage, l'animation, les effets spéciaux, la prévisualisation, le compositing, la réalisation, le développement, etc. La deuxième famille de métiers est celle de la gestion de la production.

La particularité de l'axe Cinéma d'animation et effets spéciaux de l'IIM est de former les étudiants à ces deux familles de métiers. Les étudiants peuvent, par exemple, modéliser un personnage et l'animer et, par exemple, à un autre moment travailler sur tableur pour organiser la production d'un projet.

Comment se porte le cinéma d'animation en France aujourd'hui ?

Le cinéma d'animation se porte bien. Cinéma, télévision... la France est dans le peloton de tête en termes de volume. Ceci étant dit, nombreux sont les jeunes professionnels qui arrivent sur le marché du travail chaque année. Les entreprises du secteur ont du mal à absorber tous ces nouveaux arrivants même si globalement le marché se porte bien. Les nombreuses écoles formant aux métiers de l'animation sont essentiellement centrées sur les aspects techniques et artistiques. L'avantage des étudiants en Cinéma d'animation de l'IIM est de posséder des compétences non seulement techniques et artistiques mais également en gestion de projet. C'est cette triple compétence qui leur permet de trouver assez rapidement un travail dans les entreprises du secteur.

Les compétences des professionnels français sont-elles reconnues au delà de nos frontières ?

Oui, les professionnels français sont très appréciés à l'étranger. Beaucoup d'animateurs ou plus largement d'infographistes français sont, par exemple, présents dans les grands studios américains.

Quelles sont les pré-requis et compétences nécessaires pour se lancer dans une formation de chef de projet multimédia au sein de l'IIM ?

La curiosité, le goût du travail, le sens de l'organisation, un esprit positif sont les qualités humaines nécessaires pour se lancer dans cette formation. Pour ce qui est des étudiants qui veulent rejoindre l'axe Cinéma d'animation et effets spéciaux de l'IIM, il faut rajouter des qualités artistiques et techniques en images de synthèse et une culture artistique. Le dessin est un plus mais j'ai de très bons étudiants qui ne savent pas dessiner.

Faut-il déjà avoir développé un ou plusieurs projets en 2D ou 3D pour entrer en formation ?

Pour rentrer en année préparatoire, il n'est pas demandé aux candidats d'avoir développé un projet 3D ou 2D.

Ce n'est qu'à la fin de cette première année préparatoire qu'il faut avoir développé au moins un projet 3D pour entrer dans la spécialisation en cinéma d'animation.

La spécialisation en Cinéma d'animation commence réellement en deuxième année.

En première année, tous les étudiants de classe préparatoire suivent tous les mêmes cours dont les thématiques sont celles des six axes métiers représentés à l'IIM.

Les 5 modules de cours attribués au cinéma d'animation en classe préparatoire aident les étudiants à réaliser un projet 3D. Ce projet consiste à choisir un personnage issu de la bande dessinée, du cinéma d'animation, du jeu vidéo, etc. puis à le modéliser, le texturer et l'animer. Je sélectionne les étudiants en fin de classe préparatoire sur la qualité de ce film. Les candidats qui postulent directement en 2e année sont sélectionnés sur les mêmes compétences techniques et artistiques.

Comment se déroule cette formation (proportion cours théoriques/pratiques, temps de stage, thématiques abordés, etc.) ?

Chaque semaine, les cours abordent une thématique particulière. A partir de la deuxième année, ces thématiques sont artistiques et techniques pour environ une bonne moitié. Pour l'autre moitié elles sont, globalement, de l'ordre de la gestion de projet. Dans les deux cas, les cours sont essentiellement centrés autour de projets réels. La partie théorique est bien entendu présente mais au service immédiat de la pratique.

Les thématiques artistiques et techniques abordées sont celles de la fabrication de films d'animation 3D, du scénario et de la réalisation en passant par toutes les étapes de la fabrication (modélisation, rendu, animation, sfx 2D et 3D, compositing, montage image et son, planning, budget, gestion d'équipes, etc.).

Pour le temps réservé aux stages dans le bachelor Chef de projet multimédia, il y en a deux. Un stage cours de découverte de l'entreprise d'environ 2 mois en fin de classe préparatoire et un stage long de 6 mois en fin de 3e année.

Les étudiants qui poursuivent en mastère Réalisateur numérique ont un stage de 6 mois en fin de 5e année.

Quelles compétences développez-vous au sein de ce bachelor chef de projet multimédia ?

Compétences artistiques, compétences techniques et compétences en gestion de projet (gestion des équipes, du client, marketing, budget).

Quelle est la place accordée à la pratique et aux stages dans cette formation ?

La place accordée à la pratique est grande dans cette formation. Les aspects théoriques sont bien sûr présents mais pour accompagner la pratique, pour aider à la réalisation de nombreux projets qu'ils soient commandités par des entreprises extérieures dans le cadre de la Bourse Aux Projets ou internes à l'axe métier. La place réservée aux stages, dont j'ai déjà parlé, est importante.

Quels sont les débouchés possibles à la sortie du bachelor ?

Les diplômés seront assistants de production et/ou infographistes juniors selon leur envie et compétences principales.

Propos recueillis par Sandrine Damie (mai 2015)