Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Quelle insertion pro pour les diplômés de l'université ?

Quelle insertion pro pour les diplômés de l'université ?

Le ministère de l'Education vient de publier son enquête annuelle sur l'insertion professionnelle des étudiants en université. Zoom sur les principaux résultats.


Le 04/02/2015

 

L'université est un bon tremplin vers l'emploi, qu'on se le dise ! C'est le principal enseignement de la 5e enquête annuelle mené par le ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

 

Réalisée entre décembre 2013 et avril 2014, cette enquête porte sur les diplômés 2011 de DUT., licence professionnelle et master, 30 mois après l'obtention du diplôme. Toutes les universités ont répondu à l'enquête. Pour mémoire : l'université accueille 63 % des étudiants du supérieur !

 

Il a été constaté un taux d'insertion* de 90 % pour les diplômés de masters (comme pour l'enquête 2013), de 92 % pour les licences professionnelles (91 % en 2013), et de 89 % pour les DUT (88 % en 2013).

 

Les disparités entre les filières persistent cependant : 91 % de taux d'insertion pour les diplômés de master droit-économie-gestion, 90 % pour les masters en Sciences-technologies-santé, 88 %  pour les masters en Sciences humaines et sociales, et 87 % pour les masters en Lettres-langues-arts.

 

Bon à savoir : Ces résultats s’accompagnent d’une augmentation des poursuites ou reprises d’études après l’obtention du diplôme, augmentation particulièrement significative en licence professionnelle (de 29 % à 34 %), plus marginale pour les deux autres diplômes (de 39 % à 40 % pour les diplômés de master et de 87 % à 88 % pour les diplômés de DUT).

 

Quels emplois pour quels salaires ?

 

Les diplômés de droit-éco-gestion se dirigent principalement vers les activités financières ou d’assurance (19 %). Ceux des Sciences humaines et sociales s'orientent vers la santé humaine et l’action sociale (21 %). L’enseignement a recruté un peu moins d’un diplômé de Lettres-langues-arts sur trois. Près de la moitié des diplômés de Sciences-technologies-santé rejoignent le secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques (24 %), ou l’industrie (19 %).

 

Par ailleurs, la mobilité géographique reste importante : dans 45 % des cas, l’emploi occupé par un diplômé de Master se situe en dehors de la région de son université (respectivement 39 % et 33 % pour les diplômés de licence pro et de DUT).

 

Six diplômés de master sur dix travaillent dans une entreprise privée, deux dans la fonction publique et un dans une association.

 

A plus de 90 %, les emplois occupés sont à temps plein. Ils sont d'un niveau élevé :

87 % de cadres et professions intermédiaires pour les masters ;

71 % pour les licences professionnelles ;

58 % pour les DUT.

 

Une large majorité d'entre eux sont des emplois stables: 80 % pour les licences professionnelles, 75 % pour les masters et les DUT.

 

Le salaire mensuel net médian des emplois à temps plein atteint 1 910 euros pour les diplômés de master. Il est stable par rapport à l'an passé et supérieur à celui des 25/29 ans exerçant des emplois de cadres ou de professions intermédiaires (1 800 euros).

 

Sandrine Damie

 

Pour consulter l'enquête : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24624/taux-insertion-professionnelle-des-diplomes-universite.html

 

(*) : "Le taux d’insertion est défini comme étant la part des diplômés occupant un emploi, quel qu’il soit, sur l’ensemble des diplômés présents sur le marché du travail (en emploi ou au chômage)."