Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Les études de kiné réformées

Après plusieurs manifestations et de longues discussions, les étudiants en études de kinésithérapie ont obtenu quelques avancés.


Le 12/01/2015

 

Jugé trop dense, inadaptée et surtout pas reconnue au niveau qu'il se doit, la formation de kinésithérapeute vient enfin d'être réformée.

 

Si le programme sur 3 ans (40 h par semaine) représentait l'équivalent de 5 années d'études, le Gouvernement menait une réflexion depuis 2006 pour faire reconnaître le diplôme au niveau licence (bac + 3) et non bac + 5 comme le souhaitait les représentants de la profession et les étudiants.

 

Soutenus par les syndicats et la Fnek, Fédération nationale des étudiants en kinésithérapie, les étudiants ont défilé en novembre dernier pour réclamer la revalorisation de leur formation au niveau master et une reconnaissance à l'international.

 

Un premier pas dans le sens de la valorisation de la profession vient donc d'être obtenu permettant l'intégration des apprentis kinésithérapeutes dans une classe de première année commune à tous les étudiants en santé (cursus de sage-femme, d'odontologie, de médecine et pharmacie).

 

L'année de prépa privée va également être remplacée par une année de sélection à l'université : soit en PACES (première année commune aux études de santé), soit en STAPS, soit en Sciences, et cela dès la rentrée 2016.

 

A noter : la dernière session des concours privés de type “PCB” (Physique-chimie-biologie) sera celle du printemps 2015 avant de disparaître totalement.

 

Par ailleurs, les études en formation en Institut de formation en masso-kinésithérapie vont durer 4 ans au lieu de 3 permettant d'alléger quelque peu les plannings surchargés des étudiants. Elles seront reconnues par convention dans les universités (240 ECTS pour le diplôme validé). Avec cette reconnaissance universitaires, les étudiants pourront se réorienter au sein des cursus universitaires s'ils le souhaitent.

 

Par contre, la reconnaissance au niveau master n'est pas à l'ordre du jour.

 

Sandrine Damie

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net