Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Quels salaires pour cette année ?

Le cabinet Deloitte vient de publier sa dernière étude sur les rémunérations. Zoom sur les fiches de salaires !


Le 17/10/2014

 

A travers son étude de rémunération, Deloitte apporte un éclairage sur les évolutions salariales en 2014 et les composantes des rémunérations. Pour cette 3e édition, Deloitte a analysé les données de plus de 350 entreprises représentant près de 750 000 fiches de paie. L’étude couvre une quinzaine de secteurs d’activité, des entreprises de toute taille et de toute nature d’actionnariat, implantées sur l’ensemble du territoire.

 

Bon à savoir : comme en 2013, l’écart de rémunération entre Paris et la province se situe entre 5 % et 6 % pour les cadres et les non cadres.

 

2,6 % d'augmentation

 

Les augmentations en 2014 ont été en moyenne de 2,6 % : 2,4 % pour les non cadres, 2,6 % pour les cadres et 2,8 % pour les cadres supérieurs. C'est un niveau similaire à 2013 mais qui est supérieur aux 2 % envisagés par les entreprises en mars 2014.

 

Pour les cadres comme pour les non cadres, l’écart de rémunération entre les familles de métiers tend à se réduire. Toutefois, certains métiers conservent des dynamiques de rémunération qui leur sont propres du fait de la rareté des candidats sur le marché du travail. C’est le cas notamment des techniciens de maintenance et des profils spécialisés dans le data analytics ou le web digital.

 

Vers une égalité homme/femme pour les salaires ?

 

En rémunération totale, à même niveau de responsabilité, les écarts sont désormais de l’ordre de - 2,6 % pour les non cadres, - 4,5% pour les cadres, et - 7,1% pour les cadres supérieurs.

 

Des prévisions d'augmentation 2015 en berne

 

La prudence est de mise, encore une fois, pour les augmentations salariales à venir. Si les entreprises visent une augmentation autour des 2 %, 7 entreprises sur 10 souhaitent mettre l’accent sur une population en particulier pour ces augmentations : les hauts potentiels et les bas salaires.

 

A noter cependant : les montants de part variable individuelle sont en légère progression, de 2 % par rapport à 2013. Selon les niveaux de responsabilités, le bonus représente de 6 à 20 % de la rémunération globale. Comme en 2013, 85 % des entreprises ont versé des bonus cette année, et près de 6 cadres sur 10 en ont bénéficié.

 

Sandrine Damie