Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Talel Abdessalem

Professeur au département Informatique & Réseaux de Télécom ParisTech
Date de l'interview : 17/07/2014

A mon sens, l'enjeu principal du Big Data est le bénéfice (ou valeur) procuré à l'individu.

Porteur de la nouvelle chaire Big Data à Télécom ParisTech, Talel Abdessalem évoque le Big Data, les contenus de la chaire et l'impact du Big Data sur les métiers.

Télécom ParisTech vient de lancer une nouvelle chaire consacrée au « Big Data & Market Insights ». Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est le Big data ?

Le Big Data est un ensemble de défis technologiques et sociétaux auxquels nous sommes confrontés,  du fait de la digitalisation croissante de notre monde. Cette digitalisation permet de garder des traces de toute notre activité numérique (appel téléphoniques, mél, achats sur les sites de e-commerce, navigation sur internet, échanges sur les réseaux sociaux, mobilité en ville, etc.). Elle permet aussi aux entreprises de mémoriser leurs activités et l'ensemble de leurs transactions sur plusieurs années, et offre un accès informatisé à des sources de données gigantesques et variées.

Quel est l'enjeu principal du Big data ?

A mon sens, l'enjeu principal du Big Data est le bénéfice (ou valeur) procuré à l'individu. La technologie ouvre des possibilités qui ne deviennent pérennes et acceptées que si elles sont utiles aux individus.

Du point de vue technologique, le Big data opère un changement de paradigme dans la gestion des données. On passe d'une approche top-down, dans laquelle le monde modélisé est précis et connu à l'avance (schéma prédéfini, données cohérentes), à une approche bottom-up dans laquelle on est confronté aux données brutes du monde réel (massives, variées et imprécises, des fois même contradictoires) à partir desquelles il faut extraire des connaissances et inférer des schémas et des modèles (profil utilisateur, comportement de consommation, etc.). Dans ce contexte, l'enjeu principal est le passage à l'échelle, non seulement en termes de volumes de données traitées, mais aussi en termes de coût (temps de calcul, mémoire et prix), d'hétérogénéité et de variété. Cet enjeu est résumé en anglais par « the five Vs: Volume, Velocity, Variety, Veracity and Value » (volume, rapidité, variété, véracité, et valeur).

Les enjeux pour les entreprises sont aussi importants (meilleure connaissance de leurs clients, adaptation et personnalisation de leur offre, amélioration du taux de conversion, création de valeur, etc.), mais dépendent aussi de la satisfaction du client et de l'amélioration des services que le Big Data peut lui apporter.

Quel sera l'impact du Big data dans les évolutions des métiers de l'informatique ?

Le Big Data offre de nouvelles sources d'information pour les entreprises et permet d'améliorer les connaissances des secteurs d'activité des entreprises, leurs clients, leurs produits, et toutes les facettes de leur « Business ». Cependant, la maîtrise du Big Data nécessite des compétences pointues et croisées en informatique, en statistiques et en mathématiques. Deux nouveaux métiers émergent dans les entreprises qui s'investissent dans le Big Data : « Data Scientist », qui peut se traduire par « Expert en gestion et analyse de données massives » et « Chief Data Officer » (CDO) qui s'impose au niveau des directions des entreprises.

Comment cette chaire a-t-elle vu le jour à Télécom ParisTech ?

Cette chaire s'inscrit dans un programme de développement de chaires à Télécom ParisTech qui a aboutit à ce jour à la création de neufs chaires d'enseignement et de recherche. Elle est née de la volonté de nos partenaires (Voyages-sncf, Deloitte et le groupe Yves Rocher) de s'associer aux groupes de recherche de Télécom ParisTech et de Télécom Ecole de Management, experts en fouille de données du web et en marketing digital.

Parmi les neuf chaires créées à Télécom ParisTech, trois sont liées au Big Data et couvrent différents aspects du problème : les approches statistiques et les techniques d'apprentissage (chaire Machine Learning for Big Data), les approches informatiques pour la gestion de données massive et la fouille du Web (chaire Big Data & Market Insights) et les aspects juridiques liés à la protection des données personnelles (chaire valeurs et politiques des informations personnelles).

Quels sont les objectifs de cette chaire ?

Cette Chaire constituera un cadre d'échanges privilégié entre les entreprises partenaires et l'équipe de recherche de la Chaire. D'une durée initiale de 5 ans, elle permettra, d'une part, de stimuler les efforts en  R&D de ses partenaires dans le domaine du Big Data et, d'autre part, d'intégrer leurs expériences et connaissances Business dans ses travaux de recherche. L'objectif est d'optimiser la valeur ajoutée, celle procurée au consommateur et celle obtenue en retour par l'entreprise, et de concevoir une approche innovante du service au consommateur qui s'appuie sur une meilleure connaissance des comportements de consommation.

Quels seront vos premiers sujets de recherche ?

L'effort de recherche portera prioritairement sur la gestion et l'analyse de données de type grand graphe, sur les systèmes de recommandation, ainsi que sur les applications en termes de marketing digital.

Les techniques de recommandation permettent d'orienter le consommateur vers les produits les plus susceptibles de l'intéresser, en lui épargnant des sélections fastidieuses dans des catalogues de produits et d'offres de plus en plus volumineux.

Les données organisées en graphes sont de plus en plus répondues (réseaux sociaux, réseaux de transport, réseaux biologiques, etc.) et sont souvent complexes et massives. Le traitement rapide et précis de telles données constitue un challenge pour les chercheurs.

Les travaux interdisciplinaires de cette chaire se concentreront dans un premier temps sur l'intégration de l'aspect multi-canal dans les approches de recommandation.

Combien de chercheurs vont contribuer à ces travaux dans les années à venir ?

L'équipe de recherche est composé de sept enseignants-chercheurs et la chaire permettra de recruter une dizaine de non-permanents (doctorants, post-doctorants, chercheurs invités, etc.) sur cinq ans. 

Quels cursus de formation pourriez-vous conseiller à un jeune intéressé par le Big data ?

Nous avons crée à Télécom ParisTech un mastère spécialisé Big Data (Gestion et analyse des données massives) qui offre une formation  pluridisciplinaire sur un an débouchant sur un savoir-faire opérationnel et prépare à un ensemble de métiers orientés Big Data. Ce mastère est accessible aux diplômés d'une école d'ingénieur et aux titulaires d'un diplôme universitaire en informatique ou en mathématiques appliquées, qui souhaitent se spécialiser dans le Big Data.

L'école offre également une formation « Data Scientist » qui permet d'obtenir un Certificat d'études spécialisées. Cette formation peut se faire en parallèle à une activité professionnelle. Elle est destinée à des ingénieurs ou de chefs de projet qui possèdent de bonnes connaissances en mathématiques et une expérience de la programmation.

Enfin, l'école crée à la rentrée prochaine un master « Mathématiques pour la science des masses de données » en partenariat avec l'Université Paris-Sud, l'ENSAE ParisTech et l'Ecole Polytechnique. Ce master vise à former au Big Data des élèves ingénieurs ou des étudiants de niveau M1 (première année d'un Master universitaire) avec de bonnes connaissances en mathématiques.

Propos recueillis par Sandrine Damie
©imageenmarche.com