Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

François Vachey

Fondateur de l'association C'Possible
Date de l'interview : 02/07/2014

Les interventions et actions de C'Possible visent à favoriser l' insertion des élèves dans le monde professionnel et la Société.

Président Fondateur de C'Possible, Président du Centre européen d'éducation permanente de Fontainebleau, ancien vice-président du Groupe l'Oréal, François Vachez a souhaité mettre son expérience au service des lycéens. Zoom sur les actions de son association C'Possible.

Dans quel contexte est née l'association C'Possible ?

Je suis allé en 2007 proposer au proviseur d'un lycée professionnel (Gustave Eiffel) de faire des interventions auprès de ses élèves pour les aider à mieux se préparer à leurs entretiens de stage et de recrutement. J'ai effectué celles-ci durant 6 mois environ, à la satisfaction des professeurs et élèves, découvrant dans le même temps  une population d'élèves, le plus souvent issus de milieux défavorisés, que je ne connaissais pas.

J'ai alors mesuré - quel que soit l'excellent travail des professeurs, pour lesquels j'ai une profonde estime -  que ces jeunes avaient très peu de point de repères et qu'ils m'apparaissaient très peu préparés à leur future entrée dans la vie professionnelle, et en particulier dans le monde de l'entreprise.

Aussi ai-je proposé à ce proviseur, formidablement ouvert et à l'écoute, de concevoir un programme d'interventions.

Quels sont les modules proposés ?

Lors des interventions nous travaillons sur 3 modules interdépendants, ce qui renforce, je pense, l'originalité de nos propositions…car tout est lié :

-  Entreprise : préparations aux entretiens bien sûr car très déterminants pour les aider, mais aussi pour ne citer que quelques exemples, objectifs et rôle de l'entreprise (fonctionnement, organisation), ''l'esprit d'entreprendre'', ce qui touche à l'innovation,  etc.

- Culture : sensibilisation à l'esthétique, au concept du ''beau'' à travers des visites extérieures ou interventions en classe…autant de facteurs en relation directe avec les exigences de nombreux métiers, et la réalité de la vie au quotidien.

- Valeurs : sens des valeurs, des valeurs partagées, le savoir vivre ensemble…autant de points de repères essentiels (exigence et devoirs, droits….)  pour la vie et l'entrée dans le monde professionnel.

J'ai constitué une équipe de bénévoles de tous horizons : cadres dirigeants d'entreprise, dirigeants de PME, profs de philo, avocats, compositeurs chef d'orchestre, conservateurs de musées, artistes, journalistes, consultants… tous bénévoles, et membres de l'association. Nous sommes une trentaine aujourd'hui. Le recrutement de bénévoles ne nous pose aucun problème, compétence, générosité et bonne volonté sont là à portée de la main.

Nous sommes partis ainsi avec ce programme de 3 modules à Gustave Eiffel, courant 2008, et le bouche à oreille a fonctionné. Nous intervenons depuis les classes de seconde jusqu'aux BTS. Et c'est à l'occasion de nos contacts avec le ministère de l'Education nationale, qui s'intéressait à nos actions, que certains de leurs responsables nous ont encouragés à créer notre association, ce qui fut fait fin 2008.

Quelles sont les principales missions de votre association ?

L'ensemble des interventions et actions de C'Possible visent à favoriser l' insertion de ces élèves dans le monde professionnel et la Société.

Offrir des perspectives encourageantes, leur faire découvrir des réalités importantes dont ces jeunes n'ont même pas idée pour beaucoup d'entre eux, et surtout les armer davantage en leur donnant des clés pour comprendre ce qu'est une entreprise, ce que sont les différents métiers (en fonction de leurs filières), et ce que l'on attendra d'eux …et cela dès les stages, en les y préparant.

J'insiste sur notre cible prioritaire : nous souhaitons privilégier nos interventions auprès des élèves qui en ont le plus besoin, c'est-à-dire les jeunes issus des milieux défavorisés, et les filières des lycées professionnels pour lesquelles les recherches d'emploi ensuite ne sont pas évidentes.

En termes de sensibilisation au monde de l'entreprise, quelles sont les interventions que vous proposez ?

Très nombreuses…et elles sont le plus souvent le résultat d'un dialogue approfondi avec Proviseurs, et surtout les professeurs. Par exemple :

  • Marketing/innovation…lancement de produits
  • Commercial/ventes
  • Gestion, finances, organisation
  • RH et développement de carrière
  • Micro-entreprise et auto-entrepreneurs
  • l'international
  • les industries du luxe, etc.

Vous venez de signer une convention de partenariat avec l'académie de Paris. Quels en sont les objectifs ?

Je souhaiterais tout d'abord dire notre reconnaissance à Monsieur  le Recteur, François Weil pour cette marque de confiance. Cette convention est une reconnaissance de nos efforts qui nous encourage à aller beaucoup plus loin. Je souhaite y associer les autres responsables du rectorat.

 Nos objectifs sont de développer nos actions actuelles et d'entreprendre de nouveaux projets dans les établissements actuels et dans de nouveaux établissements. C'est aussi contribuer à la lutte contre le décrochage scolaire qui est un drame pour notre pays. Nous souhaitons également contribuer à la création 

Pour information, en 2011, C'Possible avait d'ailleurs proposé au rectorat l'idée d'une filière spécifique ''commerce-ventes''(sous forme d'apprentissage/alternance) à l'intention de jeunes identifiés comme futurs décrocheurs. Au terme d'un travail très productif de plusieurs mois avec le rectorat, est né à Paris un micro lycée ''bac pro commerce ventes'' qui se développe très bien depuis.de programmes d'apprentissage et autre formes d'alternance. Et tout cela en travaillant en collaboration avec notre réseau d'entreprises, des associations et institutions patronales avec lesquelles nous sommes en relation, et bien sûr le rectorat de Paris, notre interlocuteur privilégié.

Comment ce partenariat va-t-il prendre forme dans l'académie de Paris ?

Tout naturellement,
en relation étroite avec proviseurs et professeurs et le rectorat. Nous avons tissé depuis ces dernières années des relations de confiance et de grande cordialité, parfois même d'amitié. Travail de préparation en commun et dialogue, le b.a.ba de la vie en somme. Et nos prestations sont appréciées !

Comment s'organisent les ateliers/séances dans les établissements scolaires ?

Nous proposons les thèmes possible d'interventions en amont au sein de chaque établissement aux proviseurs et professeurs, et leurs demandes viennent ensuite : nous voyons comment les satisfaire…avec  quel type d'intervention précis,  quel bénévole… travail de réflexion en amont, et de bonne coordination en aval …qui n'est pas le plus confortable !

Quels sont les principaux stéréotypes contre lesquels vous luttez dans le domaine de l'entreprise ?

Subsistent encore certains stéréotypes sur l'entreprise, et dans le même temps ceux qui adressent ces critiques (parfois totalement saugrenues pour certaines d'entre elles) souhaitent également le plus souvent que l'entreprise se rapproche de l'Education nationale. Les sondages sont nombreux à ce sujet ! Je n'ai pour ma part que très rarement été confronté à ces malentendus depuis 7 ans.

C'est beaucoup moins fréquent d'ailleurs dans les lycées professionnels ou beaucoup d'enseignants ont souvent travaillé auparavant en entreprise.

Mais ce qui est important c'est que les jeunes ne soient pas eux-mêmes victimes de ces stéréotypes, avant même d'avoir découvert une entreprise. D'où l'importance des stages, du terrain, et de l'apprentissage pour certains d'entre eux. Beaucoup de chemin a été fait pour favoriser une compréhension mutuelle et faciliter une meilleure connaissance et de l'entreprise et de ses enjeux.

Le dialogue, le fait pour les uns de passer du temps en entreprise, ou inversement au sein de lycées, la construction de projets en commun au bénéfice  des élèves - qui doit être le vrai objectif - permettront de faire des bonds en avant.

L'association C'Possible y apporte sa très modeste contribution.


Propos recueillis par Sandrine Damie