Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Portrait robot du Community manager

RegionsJob, acteur référence de l’emploi et de la formation sur Internet, publie les résultats de sa 4e enquête sur le community management. Les réponses de 760 professionnels en poste permettent de mieux définir ce métier.


Le 10/07/2014

La 4e enquête sur le community management réalisée par RegionsJob montre que la profession continue sa féminisation et se pérennise. En 2014, 40 % des pros du community management ont plus de deux ans d'expérience. Malgré le côté très tendance du métier, les méthodes de recrutement restent très classiques, avec les offres d'emploi arrivant en tête !

 

45% des community managers se disent décisionnaires : ils déterminent la stratégie de leur entreprise sur les médias sociaux. L’animation des réseaux sociaux et la rédaction de contenu sont les missions les plus importantes du CM au quotidien. Ses objectifs sont d’améliorer la notoriété de la marque, d’acquérir de nouveaux clients et de fidéliser les anciens.

 

 

Le profil : une provinciale en CDI !

 

Le portrait robot du community manager se profile en quelques chiffres :

  • 55 % des CM sont des femmes ;
  • 53 % travaillent en province ;
  • et 59 % sont en CDI.

 

L’âge médian du community manager est de 27 ans.

 

A noter : le niveau d'études requis est élevé avec 53 % possédant un bac + 5 et 57 % ayant suivi des études en communication. Si on s'intéresse au niveau licence et plus, on atteint 87 % de diplômés du supérieur ! Seuls 4 % n'ont pas poursuivi leurs études après le bac.

 

Durant leurs études, 35 % déclarent avoir suivi des cours en lien avec le community management ou les réseaux sociaux.

 

 

Comment décrocher un poste ?

 

21 % des CM ont trouvé un emploi via les sites d’offres d’emploi, contre 11 % sur les réseaux sociaux. La proportion de community managers recrutés via les réseaux sociaux reste faible.

 

Les community managers travaillent principalement en entreprise (54 %). Ils sont 15 % en agence digitale et 7 % en agence globale. Ils dépendent le plus souvent du service communication (45 %) et travaillent dans des secteurs économiques variés, le tourisme et les loisirs arrivant en tête (18 %).

 

Chez les community managers 13 % exercent en free-lance. Moins d’un freelance sur deux a déjà exercé le métier de CM chez l’annonceur ou en agence avant de lancer son activité, et seuls 17% des freelances ont travaillé plus de 2 ans en entreprise.

 

Bon à savoir : plus d'un CM sur 3 a testé plusieurs types de structures : 38 % des CM en agence ont travaillé chez un annonceur ; 28 % des CM chez l'annonceur ont déjà fait leurs preuves en agence.

 

 

Quelle rémunération pour animer des communautés ?

 

Les community managers gagnent plus de 30 000 euros à Paris, et moins de 24 000 euros par an en région. Le secteur public est moins rémunérateur que les agences et les entreprises.

 

Le salaire brut médian a augmenté de 7,3% en un an.

 

Bon à savoir : les free-lance sont moins bien payés que la moyenne, avec 22 800 euros brut annuel.

 

 

Le community manager, ultra connecté !

 

84 % de ces pros déclarent continuer à travailler le soir, le week-end ou les jours fériés. Si ses amplitudes horaires sont très flexibles, le CM est plutôt casanier : 63 % ne se déplacent jamais dans le cadre de leur activité... et 50 % télétravaillent !

 

67 % déclarent utiliser leur smartphone au quotidien pour travailler et 23 % une tablette.

 

Sandrine Damie