Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Un cadre mobile est-il un cadre heureux ?

Un cadre mobile est-il un cadre heureux ?

Les cabinets Deloitte et Nomination dévoilent les résultats de leur baromètre sur la mobilité des cadres. Pourquoi changent-ils d'emploi ? Quelles sont leurs attentes et motivation ?


Le 04/07/2014

 

Deloitte et Nomination publient la 8e édition de MobiCadres, baromètre sur la mobilité des cadres supérieurs et dirigeants. Cette étude, réalisée auprès d'un panel de 5 840 décideurs, analyse les principaux mouvements et raisons de la mobilité chez les cadres en 2013, mais également leurs attentes en termes de rémunération, de missions et de carrière.

 

Un cadre sur 5 a changé d'entreprise en 2013

 

Cette année, 22 % des cadres interrogés ont changé de poste et/ou d'entreprise, et près d'un cadre sur deux envisage de changer de poste ou d'entreprise à moyen terme.

 

Ainsi, les cadres n'hésitent pas à changer d'entreprise pour développer leur carrière avec 49 % de mobilité externe. Mais près d'un cadre mobile sur deux ne cherchait pas spécialement à changer au moment de sa mobilité. C'est particulièrement le cas de la mobilité interne qui répond à des cycles et des processus spécifiques à chaque entreprise.

 

Le secteur des technologies a le vent en poupe avec un bond de 11% de mobilité externe. « Ce chiffre est l'illustration d'une forte demande des entreprises sur des profils experts en technologie ou dans le digital.» constate Gabriel Bardinet, Senior Manager Responsable de l'Observatoire de la Rétribution chez Deloitte.

 

A noter : les femmes se montrent toujours les plus audacieuses : elles optent plus fréquemment (51%) que leurs collègues masculins (48 %) pour un changement d'entreprise !

 

Toutefois la durée moyenne au même poste est d'un peu plus de 4 ans contre 3,6 ans en 2006.Ce délai entre 2 postes a pratiquement augmenté d'un an depuis l'édition de 2007 et progresse légèrement entre 2012 et 2013.

 

Des seniors particulièrement dynamiques

 

Les seniors sont plus dynamiques en termes de mobilité externe avec 52 % des 45-50 ans qui optent pour la mobilité externe, alors qu'ils étaient 46 % à le faire en 2012.

 

Deloitte constate le même phénomène dans la tranche d'âge des 55 ans et plus dont le taux de mobilité externe progresse de neuf points. Est-ce le besoin de séniorité pour les entreprises, l'émergence d'un nouveau comportement audacieux, une nécessité pour les seniors ou des départs subis ? A l'inverse le taux de mobilité externe des 35-39 ans recule de neuf points.

 

Un cadre mobile est-il un cadre plus heureux ?

 

Les cadres interrogés se sentent bien dans leur fonction avec un indice de satisfaction de leur poste actuel qui s'élève à 14,7/20. On constate que les mobiles sont nettement plus heureux de leur sort (16/20) que les non mobiles (14,3/20). Près de 90 % des cadres dirigeants interrogés sont satisfaits de leur carrière. Quoi qu'il en soit, près d'un cadre sur deux envisage de changer de poste ou d'entreprise à moyen terme, qu'il ait changé de poste ou pas en 2013. Les entreprises doivent désormais intégrer une culture de la mobilité dans leur stratégie RH.

 

Le bémol de la rémunération

 

L'étude met également en lumière le principal point d'insatisfaction des cadres dirigeants : près de 40 % des hommes et 30 % des femmes considèrent qu'il existe un déséquilibre entre leur niveau de contribution et leur niveau de rémunération.

 

Sandrine Damie