Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Stéphanie Delestre

Co-fondatrice de Qapa.com
Date de l'interview : 16/06/2014

Les besoins sont tellement élevés par rapport aux profils disponibles que ce qui compte ce n'est pas la formation mais les compétences.

A la tête d'un site d'offres d'emploi, Stéphanie Delestre analyse le marché de l'emploi du numérique et ses perspectives d'avenir.

Qapa.com est un site d'offres d'emploi.  A l'horizon 2015, quels sont les perspectives de recrutement dans le secteur du numérique ?

Le digital touche tous les secteurs économiques. La grande distribution, l'industrie, la logistique, le luxe, la santé, la banque, absolument tous les secteurs recrutent des ingénieurs informatiques, des développeurs web, des community managers, des experts SEO, etc. Le numérique a pénétré toutes les entreprises, le numérique est partout.

Les besoins sont énormes et non comblés en particulier pour des postes d'experts et d'ingénieurs informatiques. L'étude de Pôle Emploi sur les besoins en main d'oeuvre pour l'année 2014 indique que les ingénieurs et cadres d'étude, R et D en informatique, chefs de projets informatiques sont les métiers en France avec la plus forte difficulté de recrutement avec 25 000 postes offerts.

Sur Qapa, malgré la crise, les start-up recrutent en permanence des développeurs. Nous constatons aussi, depuis le début de l'année, une reprise des recrutements dans les grands groupes principalement pour des postes informatiques. Les profils recherchés sont  des ingénieurs informatiques avec 5 à 7 ans d'expérience et des développeurs web qui ont déjà une expérience et sont opérationnels immédiatement. Et bien sûr il y a de gros besoins dans les start-ups et les success-story du web qui recrutent énormément. Le secteur du numérique est un secteur en très forte croissance en France avec des effectifs qui ont cru de 25 % entre 2011 et 2012.

Avec France digitale et Ernst and Young, vous avez mené une étude sur les recrutements à venir. Quelles sont les grandes tendances à retenir dans le digital ?

Chaque année, en collaboration avec EY, France Digitale réalise un baromètre pour étudier la performance économique et sociale des startups du numérique soutenues par le capital-risque.

L'étude met en lumière 4 points majeurs :

  • le secteur numérique est un secteur en très forte croissance (+ 40 % du CA entre 2011 et 2012) ;
  • avec une très forte composante internationale (33 % à l'étranger) ;
  • qui recrute énormément (effectifs + 25 % entre 2011 et 2012) ;
  • avec un nouveau modèle social (81 % des entreprises ouvrent leur capital à leur salarié,  le salaire des dirigeants est au maximum 2,7 fois supérieur à celui des salaires moyens).

16% des salariés recrutés par les start-up sont des jeunes qui sortent de l'école et il s'agit de leur premier emploi. L'âge moyen des salariés est de 32 ans.

Les 3 tendances à retenir sont :

  • toutes les fonctions marketing se digitalisent ;
  • les big data (c'est-à-dire les données collectées par les entreprises) prennent le pouvoir et le data analyst devient une star ;
  • les managers doivent apprendre à devenir des managers 3.0 : des chefs d'orchestre agiles qui managent des équipes jeunes, compétentes, agiles en fonction des projets de l'entreprise.

 

La formation initiale est-elle un facteur différenciant pour être recruté ou tout le monde peut avoir sa chance dans le digital ?

Les besoins sont tellement élevés par rapport aux profils disponibles que ce qui compte ce n'est pas la formation mais les compétences. Les entreprises cherchent à recruter les meilleurs, l'âge, le sexe, les diplômes ne comptent pas, ce qui compte ce sont les compétences et l'expérience. Les compétences peuvent s'acquérir à l'école, en stage et aussi en développant des projets personnels comme en créant un site de A à Z pour un développeur web ou en écrivant un blog pour un community manager.

Quelles sont les compétences particulièrement recherchées actuellement dans les métiers du digital ?

Les profils les plus recherchés sont les profils d'experts en techno (java, PHP, mobile) et de spécialistes en SEO, SEM, référencement, CRM.

Il manque aussi à ce jour 50 000 développeurs informatiques et web en France.

Un nouveau métier est en train d'apparaître : le métier de data analyst responsable de l'analyse des données et big data des entreprises.

Quels sont les savoir-faire et savoir-être indispensables pour évoluer dans le secteur ?

Je dirais : la curiosité, l'audace, l'agilité, la culture du résultat, la patience et bien sûr la passion :-)

Faut-il être hyper spécialisé ou polyvalent pour réussir ?

Hyper-spécialisé ! Comme nous l'avons vu, les profils les plus recherchés sont les profils d'experts en techno (java, PHP, mobile) et de spécialistes en SEO, SEM, référencement, CRM. Les recruteurs recherchent des profils compétents, opérationnels immédiatement. Ils ne croient dans les profils "boîte à outil" qui disent savoir tout faire, ce n'est pas vrai et ce n'est pas possible. Les métiers dans le numérique se sont énormément professionnalisés et spécialisés depuis le milieu des années 2000.

Selon vous "apprendre à apprendre" est une capacité incontournable pour évoluer dans le numérique. Pourquoi ?

Le secteur numérique progresse tous les jours. Les objets connectés tels qu'on les présente aujourd'hui, avec la voiture sans chauffeur par exemple, n'existaient pas il y a 5 ans. Il faut donc regarder constamment ce qui se passe dans le secteur, les innovations présentées, les évolutions des technologies pour progresser. Comme il n'y a pas d'école pour ça, il faut apprendre à apprendre, c'est-à-dire être capable seul de progresser et pour cela avoir son cerveau habitué à être confronté à des nouvelles expériences et à en tirer du savoir pour le mettre à exécution dans son domaine ou son entreprise.

Quel conseil pourriez-vous donner à un jeune souhaitant trouver sa voie dans les métiers du web ?

Faire des stages dans des start-ups pour se former en participant à des projets variés et apprendre à travailler dans des environnements différents.

Propos recueillis par Sandrine Damie