Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • L'université vue par les étudiants : "peut mieux faire"

L'université vue par les étudiants : "peut mieux faire"

Le baromètre sur les conditions d'études réalisé par l'UNEF donne une vision peu flatteuse de la vie étudiante...


Le 20/06/2014

Les 6 500 étudiants qui ont répondu au questionnaire de l'UNEF sont particulièrement critiques envers les universités. Ils sont plus de 62 % à penser que leur réussite n'est pas la principale préoccupation de leur établissement et près de 77 % à dire que leur avis n'est pas pris en compte.

 

Une orientation encore subie

 

La sélection et les capacités d'accueil imposées par les établissements à l'entrée des formations, sont les principales causes (68,7 %) de l'orientation subie devant les raisons financières (20,9 %) selon les étudiants interrogés. Une orientation subie qui concerne 30 % des étudiants en 1re année.

 

La réussite, un parcours du combattant

 

Interrogés sur leurs conditions d'études, les étudiants pointent également du doigt les difficultés qu'ils rencontrent au quotidien. Ils sont 44 % à considérer leur encadrement insuffisant, 52 % à dénoncer le manque de pédagogie de leurs enseignants en 1re année, 30 % en 1re année à ne pas être dans la filière de leur choix.

Ce constat s'aggrave pour les étudiants en 1re année et pour les étudiants issus des catégories populaires : 59 % des enfants d'ouvriers sont critiques face à la pédagogie de leurs enseignants.

 

... sauf dans les IUT

 

Sur toutes les questions qui touchent à la réussite, l'encadrement et la pédagogie,  les IUT tirent leur épingle du jeu. Si les critiques des étudiants sont présentes, elles sont beaucoup moins fortes que dans les autres formations de l'université : 48,4 % des étudiants considèrent que les IUT font de la réussite leur priorité (contre 37,7 % pour l'ensemble des étudiants) ; 83,9 % considèrent qu'ils sont suffisamment encadrés (contre 56 %) ; 52,2 % sont satisfaits de la pédagogie (contre  42,6 %). 

 

Des cours magistraux "boudés"

 

Les cours magistraux sont les plus critiqués par les étudiants. 52 % les considèrent 

"pas assez interactifs",  40 % "trop théoriques", 40 % "ennuyeux", 20 % "difficiles 

à comprendre". Ces critiques sont beaucoup plus fortes que pour les travaux dirigés ou pratiques, qui placent les cours magistraux en bon derniers quand les étudiants doivent classer les cours en fonction de leur intérêt pour la réussite.

 

Un fort besoin d'encadrement

 

Les résultats selon les secteurs de formations sont hétérogènes. Dans les filières de  Droit, Sciences économiques, AES et de Santé, le nombre d'heures de cours en amphithéâtre est respectivement 2 à 4 fois supérieur au nombre d'heures de cours en TD. A l'inverse, les IUT favorisent les cours en petits groupes, les heures de TD étant deux fois plus importantes que les heures de CM. Ces résultats

sont conformes à l'image de ces filières : celles jugées difficiles favorisent les cours surchargés tandis que celles réputées pour leur encadrement favorisent les cours en petits groupes.

 

Par ailleurs, 56,7 % des étudiants dont l'un des parents est ouvrier ont le sentiment d'être mal encadrés en  première année, contre 44 % pour l'ensemble des étudiants. Ils vivent donc plus mal le manque  d'encadrement que le reste de la population étudiante.

 

Des dispositifs visant l'insertion pro à améliorer

 

Les jeunes interrogés soulignent l'importance des dispositifs qui permettent leur réussite. A plus des 3/4, les étudiants plébiscitent le contrôle continu et les rattrapages. Dans les mêmes proportions, ils soutiennent les cours en petits groupes, qui favorisent leur progression. Ils sont également particulièrement attachés au rôle de l'université pour les préparer à l'insertion professionnelle, tout en étant 45 % à considérer que les dispositifs actuels ne sont pas satisfaisants. 

 

Les modules d'insertion professionnelle sont présents dans les formations pour seulement un étudiant sur deux (52 %). Pourtant ces modules sont appréciés des étudiants. Lorsqu'ils en bénéficient : 55 % des étudiants estiment qu'ils sont utiles à leur insertion pro. Les modules mis en place en IUT font office de bons élèves étant appréciés par 72,4 % des étudiants.

 

Sandrine Damie

 

Baromètre à télécharger :

http://www.letudiant.fr/static/uploads/mediatheque/EDU_EDU/7/8/218578-barometre-unef-2014-sur-les-conditions-d-etude-original.pdf