Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Catherine Sok

Directrice des ressources humaines - Numergy
Date de l'interview : 01/07/2014

Le Cloud est un marché porteur puisqu'il est évalué à 4 milliards d'euros par le cabinet Markess notamment. Ce qui signifie que le Cloud est un secteur d'emploi malgré la morosité ambiante.

Implanté depuis près d'un an en région parisienne à Aubervilliers, Numergy est un acteur français du Cloud computing. Sa DRH évoque les profils recherchés et le marché du Cloud.

Pouvez-vous définir le Cloud en quelques mots ?

Le Cloud Computing est la mise à disposition des utilisateurs de ressources informatiques accessibles via internet et facturées à l'usage. Ces ressources peuvent être principalement de 2 ordres : d'infrastructures ou applicatives.

En ce qui concerne les ressources d'infrastructure, l'utilisateur du Cloud a accès via Internet à une capacité de calcul et de stockage. On parle désormais d'énergie numérique pour qualifier cette ressource.

Pour la partie applicative dans le Cloud, l'utilisateur va accéder à son application via Internet sans avoir à l'installer sur son ordinateur, ce qui va simplifier sa gestion et aussi permettre le paiement à l'usage ainsi que l'accessibilité à tout moment, et de n'importe quel terminal (smartphone, PC de bureau, ordinateur portable et tablette).

Quels sont les services que vous proposez ?

Numergy se focalise sur la fourniture de services de Cloud Computing d'infrastructures. Pour ce faire, Numergy s'est spécialisée dans la construction et l'exploitation d'infrastructures de Cloud computing à vocation française et européenne.

Numergy a été conçue pour devenir une véritable "centrale d'énergie numérique" au service de l'économie et de la croissance. La mission de Numergy est de fournir des ressources informatiques flexibles, sécurisées et performantes aux entreprises tout en leur garantissant une parfaite maîtrise de leurs coûts. Numergy garantit et s'engage particulièrement sur le très haut niveau de sécurité de son infrastructure mais aussi sur la localisation des données sur le territoire français.

Qui sont vos clients ?

Numergy s'appuie sur son réseau de partenaires (éditeurs, ESN, intégrateurs et revendeurs informatiques) pour proposer ses offres aux entreprises (TPE, PME, ETI et grands comptes) ainsi qu'aux organisations publiques et administrations.

Vous recrutez régulièrement de nouveaux collaborateurs, principalement des jeunes diplômés. Sur quels postes connaissez-vous la plus forte croissance ?

Sur les postes techniques que ce soit sur des métiers d'exploitation (ingénieur systèmes et réseaux, analyste d'exploitation, architecte, etc.) que sur ceux en développement notamment sur les nouveaux frame work comme Openstack.

Quels sont les profils des jeunes que vous recrutez ?

Nous n'avons pas de profils types. Les profils atypiques sont autant appréciés que les jeunes diplômés d'une école d'ingénieurs o ud'universités.

Quels sont vos principaux critères de recrutement ?

Les candidats doivent avant tout avoir envie de rejoindre une start-up où tout reste encore à faire. L'enthousiasme et l'esprit d'innovation dans un domaine aussi précurseur que le Cloud sont d'autres qualités recherchées. Les compétences sont bien sûr recherchées notamment les candidats qui maîtrisent la virtualisation des réseaux, par exemple, ou encore le langage Python. Mais si le candidat fait preuve d'une envie d'apprendre, ceci n'est pas un critère décisif puisque nous formons en interne sur ces compétences, somme toute, encore nouvelles sur le marché de l'emploi.

Vous allez prochainement mettre en place des partenariats avec les universités de Paris 13 et Paris 8 pour intégrer des modules spécifiques au Cloud dans leurs formations. Pourquoi ce rapprochement ?

Numergy est implanté sur le territoire de la Plaine-Saint-Denis. Ces 2 établissements dispensent des formations de qualité en informatique. Nous souhaitons compléter ces formations par des modules sur le Cloud computing afin de recruter sur le territoire ces jeunes diplômés formés sur notre domaine d'activité. Trop peu d'écoles d'ingénieur et d'universités forment sur le Cloud à ce jour et le marché de l'emploi manque de ces profils.

Quel rôle allez-vous jouer auprès de ces deux universités franciliennes ?

Nous pensons que notre rôle est plus que d'être de simples partenaires qui subventionnent des formations. En ce sens, les modules Cloud seront dispensés par nos collaborateurs. Des stages pratiques pourront être réservés aux étudiants de ces 2 universités. Il est de notre responsabilité d'aider aussi le territoire dans lequel nous sommes implantés à se développer et à former des jeunes sur les métiers d'avenir.

Enfin, quelles sont vos perspectives d'embauche dans l'année à venir ? Le Cloud ne connait pas la crise ?

En 2013, nous avons embauché près de 100 collaborateurs. En 2014, une trentaine de recrutement sont prévus. Le Cloud est un marché porteur puisqu'il est évalué à 4 milliards d'euros par le cabinet Markess notamment. Ce qui signifie que le Cloud est un secteur d'emploi malgré la morosité ambiante. Mais il en est aussi à ses balbutiements car les entreprises ne sont pas encore prêtes à conduire le changement.

Propos recueillis par Sandrine Damie