Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Virgil Cassier

Coordonnateur des formations - Ligue de l'enseignement 95
Date de l'interview : 09/06/2014

Les besoins d'accueil avant et après l'école, ainsi que pendant la pause méridienne se sont développés considérablement ces dernières années. Ils constituent un gisement d'emplois très important pour un secteur en évolution constante

Pour répondre aux besoins croissants en termes d'animation périscolaire, la ligue de l'enseignement Fédération Val d'Oise propose le CQP animateur périscolaire. Zoom sur le contenu de cette formation.

Le CQP animateur périscolaire a été créé en 2010. Pour répondre à quels besoins a-t-il été créé dans la mesure où il existe déjà le BAFA ou le BPJEPS ?

Les besoins d'accueil avant et après l'école, ainsi que pendant la pause méridienne se sont développés considérablement ces dernières années. Ils constituent un gisement d'emplois très important pour un secteur en évolution constante, qui peut être amené à se développer encore à l'avenir, compte tenu de la loi de refondation de l'Ecole. Pour ces raisons, la question de la qualification des animateurs est plus que jamais d'actualité. Hors, nous constatons un déficit de qualifications concernant le personnel périscolaire.

Le BAFA n'est pas une solution à ce besoin de qualification, car il ne s'agit pas d'un diplôme, mais d'un brevet d'aptitude permettant d'encadrer de manière occasionnelle des enfants dans les Accueils collectifs de mineurs. Il s'agit donc d'animation volontaire, et non professionnelle. Du côté des formations professionnelles, il n'existe aucun diplôme adapté : le BAPAAT, diplôme de niveau V ne correspond pas à ce besoin. Il est trop long, trop coûteux et non exclusif à l'animation périscolaire. Le BPJEPS est un diplôme de niveau IV qui permet des prises de responsabilités sectorielles, et son niveau est trop élevé au regard de l'emploi concerné.

Le CQP Animateur périscolaire comble donc un vide existant entre le BAFA et le BPJEPS, tout en étant sur une durée beaucoup plus réduite qu'un BAPAAT. C'est un diplôme de niveau 5 reconnu par la branche de l'animation. Il permet de valider 2 Unités de certification (UC) du BPJEPS Loisirs tout public (UC5 et UC9), et donne l'équivalence du BAFA. Il s'inscrit ainsi dans une logique de parcours pour permettre à l'animateur d'évoluer vers plus de responsabilités.

La Ligue de l'enseignement Fédération du Val d'Oise ouvre sa première session de formation en 2014. Combien de places seront proposées ?

20 places sont disponibles pour cette session. Les inscriptions sont ouvertes depuis le mois de mai.

Sur quels critères les jeunes vont-ils être sélectionnés ?

La première règle du CQP Animateur périscolaire, c'est qu'il n'est demandé aucun pré-requis dans l'animation pour entrer en formation. Il est demandé les connaissances de base : savoir lire, écrire et compter. De plus, les candidats doivent avoir trouvé un employeur qui finance leur formation. En cas de fortes demandes, il faut savoir qu'une seconde session sera ouverte de février à juin 2015. En cas d'inscriptions multiples de la part d'un employeur, nous pourrons ainsi lisser sur l'année scolaire le départ en formation de leurs personnels.

Où faut-il s'adresser pour poser sa candidature ?

Les candidats doivent nous contacter directement à la ligue de l'enseignement, fédération du Val d'Oise, au 01 30 31 89 35 ou par mail à virgil.cassier@ligue95.com

Comment se déroule la formation ? 

La formation se déroule en alternance : 217 heures auprès de l'organisme de formation, et 200 heures minimum en entreprise, sur un temps d'accueil périscolaire.

Les heures de formation se déroulent les mercredis et durant les vacances, à raison de 7 heures par jour. Ainsi, les animateurs sont disponibles sur tous leurs temps d'accueil périscolaire, du lundi au vendredi. Cela permet à l'employeur de ne pas avoir à remplacer son personnel.

Quels seront les savoir-faire et compétences développés durant la formation ? 

La formation est basée sur un référentiel de compétences précis. L'alternance avec le lieu de stage permettra la mise en application des apports théoriques. La formation est organisée sous forme de modules :

  • Module de positionnement (permettant de clarifier le projet individuel de formation du stagiaire) ;
  • Module 1 : Accueillir les enfants dans les temps de loisirs périscolaires ;
  • Module 2 : Concevoir un projet d'animation ;
  • Module 3 : Conduire des temps d'animation périscolaires en direction des publics enfants.

Quelles sont les missions d'un animateur périscolaire ?

Nous pouvons cibler trois missions principales : 

  • L'animateur accueille les publics, enfants et familles, dans des temps d'accueils périscolaires. Il prend en compte la spécificité des temps périscolaires. Il connaît les ressources du territoire. Il veille à l'ancrage des projets portés par son action dans le territoire local, à la mise en cohérence de son action avec celle d'autres acteurs éducatifs. Il prend en charge la vie quotidienne.
  • L'animateur conçoit des projets d'animation en direction des publics enfants. Il décline le projet éducatif et pédagogique de la structure en programme d'activités socio-éducatives. Il prépare des temps d'animation à finalité récréative et éducative en s'appuyant sur des supports d'activités. 
  • L'animateur conduit des temps d'animation périscolaires en direction des publics enfants. Il anime des temps d'animation à finalité récréative et éducative, en s'appuyant sur des activités scientifiques et techniques, culturelles ou d'expression, sur des activités physiques, ou des activités relatives à l'environnement, etc. Il construit une démarche pédagogique. Il anime la vie quotidienne.

Quelles sont les qualités attendues chez un animateur périscolaire ?

Dynamisme, motivation, polyvalence et sens de l'autre sont des qualités logiquement attendues chez un animateur. De plus, un animateur ne travaille pas exclusivement avec les enfants. Il doit adapter sa posture et sa communication aux différents acteurs qui l'entourent.

Accompagnerez-vous les jeunes diplômé(e)s dans leur recherche d'emploi ? 

Comme il s'agit d'une formation en alternance, les candidats auront déjà un contrat signé avec un employeur, au moins pour la durée de la formation. Il est logique de penser qu'un employeur qui investit sur une formation souhaite garder son animateur à l'issue de celle-ci. C'est d'autant plus vrai qu'avec deux UC validés du BPJEPS, un candidat partant sur ce type de formation bénéficiera d'un allègement. Dans le cas où l'employeur se sépare de son animateur, notre fédération pourra, grâce à son réseau, mettre en relation le jeune diplômé avec des employeurs associatifs ou des collectivités locales.

Propos recueillis par Sandrine Damie