Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Pierre-Edouard Schmitt

Directeur de l'IESA multimédia
Date de l'interview : 11/06/2014

Les contenus pédagogiques sont en évolution permanente et sont adaptés tous les ans en fonction des tendances nouvelles dans le domaine du web.

Alors que les métiers du web sont en perpétuelle évolution, le directeur de l'IESA multimédia présente les formations de son école et ses débouchés.

Comment est née l'IESA multimédia ?

La prise de conscience précoce de l'IESA quant aux enjeux économiques et artistiques de l'industrie multimédia a conduit l'IESA à transformer son département multimédia en une école multimédia à part entière. C'est donc en 2008 qu'il devient l'IESA multimédia, l'école des métiers numériques. Afin d'étoffer son offre de formation pour les étudiants et les professionnels, l'IESA multimédia emménage dans ses locaux actuels du 5 rue Saint-Augustin à Paris.

Quelle formation proposez-vous ? Est-elle reconnue par l'Etat ?

L'IESA multimédia dispense des formations aux étudiants post-bac, post-licence et aux adultes en reconversions professionnels. L'IESA multimédia délivre des titres certifiés par la RNCP niveau I et II et reconnus par l'Etat.

Au fil des années, comment faites-vous évoluer le contenu de vos formations, le web et le numérique en général mutant à un rythme soutenu ?

Les contenus pédagogiques sont en évolution permanente et sont adaptés tous les ans en fonction des tendances nouvelles dans le domaine du web et du numérique pour former des étudiants qui répondront aux mieux aux attentes des entreprises. Les programmes pédagogiques sont également construits en étroite collaboration avec les étudiants, professeurs qui sont des intervenants professionnels de ce secteur et le conseil de perfectionnement.

Quels sont vos domaines de prédilection ?

La direction et la coordination des projets multimédia ( PAO, web, vidéo, stratégie webmarketing).

Quelle place est faite aux stages en entreprise ?

Les stages sont obligatoires tout au long de l'année en rythme alterné (cours/stage ou contrat alternance) quel que soit le niveau de formation pour découvrir le milieu de l'entreprise et mettre en pratique les connaissances acquises durant la formation. Un service des stages dispose d'un large réseau d'entreprises et rencontre régulièrement et individuellement les étudiants afin des les accompagner dans leur insertion en entreprise.

Quels sont les profils de vos étudiants à l'entrée en formation ?

Les profils des étudiants à l'entrée en formation à l'IESA multimédia sont assez éclectiques : ils proviennent de différentes filières (L, ES, S) ayant tous un très fort intérêt pour les nouvelles technologies et une fibre artistique.

Pour les étudiants du niveau mastère, ils sont souvent issus d'une licence informatique.

Sur quels types de poste se positionnent-ils ?

Directeur artistique, WebdesignerMotion designerdéveloppeur webchef de projet multimédia, Community manager, UX designer, Webmarketeur, Rédacteur web, Social media manager, Architecte webDesigner web mobile, etc.

Quelle est la part des jeunes femmes dans vos effectifs ? Est-elle en évolution depuis 20 ans ?

La part des jeunes femmes est sans cesse croissante. Elle atteint aujourd'hui 40 % alors qu'il y a seulement 5 ans elle ne représentait encore que 2 5% de nos effectifs.

Quel est le taux d'insertion de vos étudiants en fin d'études ?

Notre taux d'insertion suivant les promotions oscillent entre 80 et 90 %. Ce taux correspond au nombre de diplômés qui trouvent un CDD ou un CDI dans le secteur en moins de 6 mois.


Comment expliquez-vous une telle réussite ?

Le secteur est porteur et dynamique. Nos programmes sont élaborés à partir des besoins des entreprises pour répondre au mieux au contexte économique et faciliter cette transformation professionnelle. Nous proposons des parcours qui s'appuient sur l'alternance (contrat de professionnalisation et contrat d'apprentissage), sur des stages classiques ou alternés, etc.

Propos recueillis par Sandrine Damie