Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Chat
  • Les métiers de l'agroalimentaire

21/05/2014 à 17h00 - Les métiers de l'agroalimentaire

L’industrie agroalimentaire recrute à tous les niveaux et permet aux plus motivés d’évoluer rapidement. Pour connaître les formations les plus adaptées, les profils recherchés par les recruteurs et les perspectives d'emploi, retrouvez les échanges du chat.

Les invités

Esther Grave - Chargée de mission au sein de l'ARIA IDF

Laure Cassan - Directrice Générale chez Andrésy Confitures

Question :

Modérateur : Bienvenue sur notre chat consacré aujourd'hui aux métiers de l'agro-alimentaire ! Le chat commence. Vous pouvez poser vos questions à nos deux invitées.

Réponse :

 

Laure Cassan : Bonjour à toutes et à tous, je suis ravie d'être parmi vous et je me fais un plaisir de répondre à vos questions durant ce chat.

 

Esther Grave : Bonjour à tous ! Je me tiens à votre disposition pour essayer de répondre à toutes vos questions.

Question :

Felo : Qu’est-ce qu’on entend quand on parle de secteur « agro-alimentaire » ?

Réponse :

 

Esther Grave : C’est un secteur d’activité qui regroupe l’ensemble des entreprises  des secteurs primaires et secondaires qui participe à la fabrication de produits alimentaires finis. Les entreprises agroalimentaires constituent un secteur d’activité qui se situe entre l’agriculture et la distribution.
Le secteur agro-alimentaire  joue un rôle clé dans l'aménagement et la vitalité du territoire puisqu'il transforme 70 % de la production agricole française.

Question :

Gregory ta. : Quels métiers y a-t-il dans ce secteur ? y a-t-il tous les types de métiers ?

Réponse :

 

Esther Grave : Les métiers existants sont très diversifiés : ils peuvent être dans la logistique, la production, la maintenance, qualité/hygiène sécurité, l'environnement, le commerce/marketing, mais aussi dans les fonctions transversales qu'on peut retrouver dans les autres branches (DRH, informatique, gestion, comptabilité, etc).

 

Laure Cassan : Dans l'alimentaire, il y a une grande diversité des métiers, aussi bien des métiers techniques (la maintenance, le réglage d'outils de production, la gestion de production, l'amélioration continue, et la traçabilité, la planification, la logistique), mais également des métiers plus spécifiques à chaque activité (par exemple chez Andrésy confitures, des cuiseuses, des responsables de dosage et des responsables de l'étiquetage). Il existe également des métiers de services (le service qualité, la comptabilité, les ressources humaines et bien sûr le commercial).

 

 

Question :

Jackcon : Ce secteur prend des personnes qui n’ont pas de diplômes ? j’ai arrêté en 3e.

Réponse :

 

Esther Grave : Tout à fait ! Le secteur de l'agro-alimentaire permet justement de former en interne tant aux machines qu'aux produits, et de gravir ainsi les échelons au sein de l'entreprise, sans formation initiale.

Question :

Bob : Bjr, j’ai pas le bac, vers quels métiers je peux m’orienter svp ?

Réponse :

 

Laure Cassan : Vous pouvez vous orienter vers tous les métiers qui demandent un apprentissage spécifique à l'activité. Chaque industrie alimentaire va en effet avoir ses propres outils et ses métiers qui nécessiteront un apprentissage dédié, qui se fait en interne.

En production, chez Andrésy confitures, la moitié des opérateurs n'ont pas le bac. Ils ont été formé chez nous. Nos critères étaient avant tout le sérieux et l'implication des candidats.

Question :

Geraldine75 : Bonjour, j'aimerais faire des longues études. Avec un bac + 5, quels métiers sont accessibles ? merci de votre réponse.

Réponse :

 

Esther Grave : Il existe des masters spécifiques pour le secteur. Par exemple, ISIPCA à Versailles propose un master professionnel Formulation et évaluation sensorielle, sciences et technologies, industries de la parfumerie, de la cosmétique et de l'aromatique alimentaire. L'ENSIA à Massy propose un mastère Management sciences et technologies du vivant et de l'environnement, mention aliments et bio-produits. Ce sont quelques exemples mais il en existe bien d'autres.

Question :

Maya87 : Est-ce que c’est pas essentiellement de l’import-export ? y a encore des usines en France ? kin95 : L’agro-alimentaire a une mauvaise image je trouve. Pourquoi ce secteur ne fait pas rêver à votre avis?

Réponse :

 

Esther Grave : Il existe heureusement toujours des usines en France. Il y a 10 600 entreprises dans toute la France, qui emploient 415 000 salariés, et certaines de ces entreprises ont bien sûr un pourcentage à l'export selon l'entreprise.

Il n'y a pas lieu d'avoir une mauvaise image du secteur, car ses activités sont très variées. Derrière le mot agro-alimentaire, on peut retrouver aussi bien des usines de charcuterie jusqu'aux bonbons ou à la confiture. Les aspects Recherche et développement et Hygiène et sécurité sont encore trop méconnus, mais gagnent à être découverts !

Laure Cassan : C'est vrai que le secteur a une mauvaise image, et c'est surtout à cause des scandales. Mais l'agro-alimentaire, ce ne sont pas que les grandes entreprises, ce sont également des petites entreprises comme la mienne qui font de la qualité depuis toujours et qui ont un grand respect du consommateur.

Question :

Marie-d : Bonjour. Trouve-t-on des diététiciens-nutritionnistes dans la majorité des industries agro-alimentaires ? Si c'est le cas, quel est leur rôle ?

Réponse :

 

Laure Cassan : On trouve ce type de métiers dans les très grandes entreprises et leur rôle se situe au niveau de la mise au point des recettes, pour par exemple, limiter l'apport en sel ou en calories...

Dans les PME comme la mienne, quand on a besoin de diététiciens ou de nutritionnistes on fait appel à des cabinets extérieurs.

Question :

Yaelle : Est-ce un secteur qui recrute beaucoup d’ingénieurs ? Quelle spécialité faut-il avoir svp ?

Réponse :

 

Esther Grave : Le secteur recrute des ingénieurs agro-alimentaires et des ingénieurs en agro-développement international.

Question :

Arnaud92 : A votre avis, l’alternance est la meilleure façon de trouver un poste dans ce secteur ?

Réponse :

 

Laure Cassan : Oui, car nous avons besoin de personnes qui connaissent le terrain et la réalité du terrain. Et bien souvent quand nous avons passé du temps à former des gens, nous les embauchons.

L'alternance chez nous se fait pour la plupart de nos métiers : la qualité, la maintenance, la gestion de production et le commercial. Et même si un candidat n'a pas été formé chez nous, nous allons nous adresser à son ancien employeur ce qui nous met en confiance, ce qui facilite l'embauche.

L'intérim est également un bon moyen de mettre un pied dans l'entreprise.

Question :

Jb : Quels sont les principaux centres de formations svp ? y en a-t-il dans toutes les régions ? Merci.

Réponse :

 

Esther Grave : Vous pouvez aller sur le site http://alimetiers.com/, à l'ONISEP (http://www.onisep.fr/) ou à l'IFRIA (http://www.ifria-apprentissage.fr/ ) ainsi que http://www.defi-metiers.fr/  pour en savoir davantage sur les centres de formation. Il y en a dans toute la France.

 

 

 

Question :

Vince21 : J’ai entendu dire que c’était un secteur en crise. C’est vrai ? Ben : Est-ce que c’est encore une filière qui recrute ? c’est pas la crise ?

Réponse :

 

Laure Cassan : La crise est passée. Aujourd'hui nous recommençons à recruter.

Par exemple, chez Andrésy confitures, nous recrutons huit personnes cette année, soit une équipe de travail complète. Cela représente un cariste en stockage, un technicien de maintenance, deux cuiseuses, et des opérateurs.

Pour les postes techniques, c'est une agence qui est chargée du recrutement et pour les autres postes, les agences d'intérim, qui font également du placement en CDI et CDD, nous proposent des CV.

 

Question :

Boris21 : Quel est le niveau d’études moyen d’embauche dans ce milieu ?

Réponse :

 

Esther Grave : On recrute à tous niveaux de diplômes, suivant les postes. Pour certains postes, les salariés sont formés sur le tas et peuvent ensuite gravir les échelons au sein de l'entreprise.

 

Question :

Oscarooo : Quel est le métier qui embauche le plus ?

Réponse :

 

Esther Grave : La production représente 55 à 68 % des effectifs, la logistique 5 à 10 %, la maintenance 3 à 9 %, le marketing et la commercialisation 10 à 17 %, le secteur Qualité/Hygiène/Sécurité/Environnement 2 à 4 % et la Recherche et Développement moins de 1 % des effectifs.

Question :

Anne T : Dans l’agro-alimentaire, les évolutions sont-elles possibles ? Pouvez-vous donner un exemple pratique d’évolution svp ? Merci. Carolije : Quelles perspectives il y a dans ce secteur ? On peut évoluer facilement ?

Réponse :

 

Laure Cassan : Oui, bien sûr que les évolutions sont possibles quand on sait saisir les opportunités.

Par exemple, chez nous, une jeune femme est entrée en tant qu'opératrice sur chaîne sans aucune qualification, au bout de deux ans, elle est passée responsable de sa chaîne, puis lorsqu'elle a souhaité passé au service qualité, nous l'avons formée et elle a pu intégrer la service qualité et aujourd'hui elle pilote tout le service qualité usine.

Il y a chez nous, également des personnes qui changent de service, par exemple une opératrice sur chaîne est passée en cuisson à sa demande et un cariste est passé du service expédition au service réception.

Question :

CécileDU : Bonjour madame Grave, et vous ? Comment êtes-vous arrivée dans ce milieu ? Quel est votre parcours ?

Réponse :

 

Esther Grave : J'ai une formation comptable, et j'ai travaillé dans une fabrique agro-alimentaire, où j'ai gravi en interne tous les échelons au sein de la direction. Je connaissais l'ARIA car j'avais travaillé avec eux avant de les rejoindre (mon ancienne entreprise était adhérente).

Question :

Perrinette : C'est quoi l'ARIA ? Que faites-vous exactement ?

Réponse :

 

Esther Grave : L'ARIA est l'Association Régionale des Industries Agro-alimentaires, nous accompagnons les entreprises sur différents aspects (RH, développement export, développement commercial, relations avec les institutions, stratégie et compétitivité...).

Question :

MickaelK : Est-ce qu’il y a des métiers possibles dans le marketing et la communication ?

Réponse :

 

Laure Cassan : Oui, dans le secteur on a de plus en plus le souci du marketing et de la communication, parce que nous avons besoin de créer du lien avec le consommateur. Chez nous, nous avons une personne chargée de la communication avec les clients depuis quatre ans. C'est elle qui a créée notre site internet (www.andresy-confitures.com), notre Facebook et notre Linkedin !

C'est également, cette personne qui se charge des relations avec la presse.

Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)