Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Bérangère Eldin

Responsable Observatoire et Territoires
Date de l'interview : 05/02/2014

Le renouvellement des salariés est encore plus marqué dans l'économie sociale et solidaire que dans le reste de l'économie privée. Ce contexte peut s'avérer être une véritable opportunité professionnelle pour les jeunes.

Au sein du Centre de ressources régional de l'ESS, Bérangère Eldin participe aux études menées sur l'emploi, les formations et l'évolution des métiers dans l'ESS. Elle évoque pour nous les formations et l'emploi des jeunes ainsi que l'avenir du secteur en Ile-de-France.

Quelles sont les missions de l'observatoire régional de l'économie sociale et solidaire ? 

Créé en 2010, en partenariat avec la Chambre régionale d'économie sociale et solidaire (CRESS IDF) et la direction régionale de l'INSEE, l'Observatoire a pour objectif de mettre en valeur le poids économique et les bénéfices collectifs des initiatives de l'économie sociale et solidaire sur les territoires franciliens.

Depuis 4 ans, vous publiez un panorama de l'économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Quelle est la place de l'ESS dans l'emploi en Ile-de-France ?

Elle regroupe près de 385 000 emplois, dont près de 80 % dans les associations.  

L'économie sociale et solidaire présente un ensemble d'acteurs hétérogène où se côtoient des logiques économiques marchandes et non marchandes. Une grande partie des associations proposent des services de proximité rendus dans un cadre collectif et qui se concrétisent par des partenariats avec les collectivités territoriales et les services publics. À côté, on retrouve les banques coopératives et les mutuelles d'assurances dans des secteurs fortement concurrentiels, tout en conservant leurs spécificités statutaires.

Reposant sur des modèles économiques hybrides (mixant autofinancement, subventions etc. ), tous les acteurs de l'économie sociale et solidaire entretiennent ainsi des relations étroites avec les collectivités territoriales et l'Etat, ainsi qu'avec les entreprises de leur territoire d'implantation.

Existe-t-il des spécificités de l'ESS en Ile-de-France ?

L'économie sociale et solidaire francilienne représente plus de 32 800 établissements (soit 7,3 % des établissements régionaux), répartis dans 4 familles : les associations (90,5 %), les coopératives (5,6 %), les mutuelles (2,4 %) et les fondations (1,5 %).

L'ESS régionale a connu une tendance d'évolution positive en termes d'emplois entre 2008 et 2009, alors que l'on constatait une tendance à la baisse dans le reste de l'économie privée. Elle est désormais affectée par la crise actuelle, comme le reste de l'économie privée, mais avec un décalage dans le temps, du fait du mode de contractualisation avec les pouvoirs publics. Les associations en particulier vont être fortement impactées par l'évolution des ressources budgétaires des collectivités territoriales.

En quoi l'ESS peut-elle contribuer à relancer l'emploi des jeunes ? 

Le renouvellement des salariés est encore plus marqué dans l'économie sociale et solidaire que dans le reste de l'économie privée. Ce contexte peut s'avérer être une véritable opportunité professionnelle pour les jeunes et on peut supposer qu'ils ont une place à prendre dans ces entreprises, en admettant que les employeurs leur permettent d'accéder à des emplois.

Selon l'enquête sur l'emploi des jeunes du CNCRES « EDJ 2013 »[1], pour plus de la moitié des employeurs de l'économie sociale et solidaire, l'emploi des jeunes est un motif de satisfaction. Plus de 80 % des répondants déclarent avoir recruté un jeune dans les 5 dernières années et plus de 50 % déclarent avoir des postes pour les jeunes dans les 3 prochaines années, notamment suite à un développement de l'activité.

Quels sont les principaux enseignements de cette étude menée sur l'emploi des jeunes ?

Près de 60 % des répondants à l'enquête « EDJ 2013 » proposent aux jeunes une montée en compétence, notamment à travers un plan de formation ; 47 % proposent également une évolution des rémunérations et une montée en responsabilité (management, encadrement). La mobilité professionnelle est encouragée avec des passerelles possibles, grâce à la formation professionnelle, entre les entreprises de l'économie sociale et solidaire, et entre les différents secteurs d'activités. Toutefois, ces atouts ne sont pas toujours visibles lors d'un recrutement pour les jeunes, qui recherchent un travail, associant carrière professionnelle et travail qui a du sens.

Quels sont les secteurs de l'ESS porteurs pour les années à venir ? 

Les initiatives innovantes porteuses d'avenir devront concerner tout autant la satisfaction de besoins sociétaux (santé, logement, mobilité, loisirs, culture, alimentation) que la valorisation du patrimoine et de l'environnement (accès au foncier, préservation des ressources naturelles, recyclage) en passant par l'insertion et la qualification de la main d'œuvre (Structures d'insertion par l'activité économique) et le maintien de l'emploi (reprise, transmission sous forme de SCOP, société coopérative et participative).

Existe-t-il des formations spécifiques à l'ESS ?

Les formations spécifiques à l'économie sociale et solidaire se sont multipliées ces dernières années. Elles apportent des compétences et une connaissance de ses spécificités (modèles économiques, gouvernance, etc.). Elles sont ainsi un véritable atout pour les jeunes en leur permettant d'acquérir les connaissances pour intégrer une entreprise de l'économie sociale et solidaire.

Une vingtaine de formations est recensée en Ile-de-France. Ces formations s'adressent tout autant à un public étudiant (formation initiale) qu'à un public professionnel (formation continue). Ces formations sont avant tout transversales pour s'adapter à des métiers en constante évolution. Les métiers de l'économie sociale et solidaire demandent en effet des compétences globales et transversales.

Propos recueillis par Sandrine Damie

 

(1) Enquête Emploi des Jeunes, réalisée par le CNCRES en 2013