Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Sébastien Darrigrand

Délégué Général de l'UDES
Date de l'interview : 28/01/2014

L'une des spécificités de ces structures réside aussi dans la gestion conjointe des projets par des bénévoles et des salariés notamment dans les associations et les mutuelles.

L'économie sociale et solidaire est fortement ancrée sur les territoires. Tour d'horizon des valeurs de ces entreprises et de leurs forces en période de crise.

Qu'est-ce que l'UDES ?

L'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire regroupe plus d'une vingtaine de groupements et syndicats d'employeurs (associations, mutuelles, coopératives) et 14 branches et secteurs professionnels. Avec plus de 65 000 entreprises, employant plus d'1 million de salariés, l'UDES est la seule organisation multiprofessionnelle de l'économie sociale et solidaire. Elle rassemble 80 % des employeurs fédérés de l'ESS.

Pouvez-vous donner une définition de l'ESS  ?

L'économie sociale et solidaire se caractérise par une manière différente d'entreprendre et vise à promouvoir des formes d'entreprises qui privilégient le service rendu avant le profit, tout en étant de véritables acteurs économiques.

Parce qu'elles concilient objectifs sociaux et activités économiques, associations, coopératives, mutuelles, fondations, entreprises sociales et solidaires relèvent du vaste champ de l'économie sociale et solidaire.

Quelles sont les valeurs des entreprises de l'économie sociale et solidaire ?

L'ensemble des principes qu'elles mettent en œuvre les caractérisent, les distinguent et les unissent au-delà de la diversité de leurs statuts et notamment :

  • Un but poursuivi, autre que le partage des bénéfices ;
  • Une gouvernance démocratique prévoyant la participation des parties prenantes aux réalisations, définie et organisée par les statuts ;
  • Des bénéfices majoritairement consacrés à l'objectif de maintien ou de développement de l'activité de l'entreprise ;
  • L'impossibilité de partager les réserves financières obligatoires ;
  • Pour les sociétés commerciales : la poursuite d'un objectif d'utilité sociale et un encadrement de la répartition des bénéfices à distribuer.

L'une des spécificités de ces structures réside aussi dans la gestion conjointe des projets par des bénévoles et des salariés notamment dans les associations et les mutuelles.

Les employeurs de l'économie sociale et solidaire mettent la responsabilité sociale au cœur de leurs pratiques. Ainsi, l'ensemble des membres de l'UDES ont signé la Charte de la diversité et s'engagent à lutter contre toutes formes de discriminations dans l'emploi.

Pourquoi connaissent-elles un développement plus important que les entreprises "classiques" au cœur de la crise ?

Le champ de l'ESS est l'un des premiers créateurs d'emploi : chaque année, 1 emploi sur 5 est créé par une entreprise de l'ESS. Une des explications est le fait que ce champ est composé d'un tissu extrêmement dense et riche de structures qui maillent l'ensemble du territoire, présentes en milieu rural comme urbain, et parfois même premier employeur du territoire.

Ces structures œuvrent dans les secteurs de l'insertion et de l'emploi, du sport, de la culture, de la santé, de l'accompagnement des personnes âgées ou dépendantes, etc. C'est également un secteur marqué par une très forte proportion de petites entreprises, notamment dans les secteurs associatifs et coopératifs : 8 entreprises de l'ESS sur 10  comptent moins de 10 salariés, et presque 9 sur 10 moins de 20.

La spécificité de ses activités en fait aujourd'hui un des piliers de l'économie, une condition nécessaire au développement du tissu économique de proximité, particulièrement dans les territoires qui ne bénéficient pas de l'attractivité de métropoles ou de grands centres urbains.

Les entreprises de l'ESS sont directement inscrites dans les stratégies de territoires : à travers le développement du lien social (régies de quartiers, centres socioculturels, accueils de jeunes enfants), de l'insertion et de l'emploi (missions locales, ateliers et chantiers d'insertion), ou encore de la culture et des loisirs (centres de loisirs et associations sportives), le fin tissu d'entreprise qui maille les territoires est directement contributif de la vie des territoires, de leur animation, et de leur développement et participe de son attractivité, en créant les conditions d'un vivre ensemble, un environnement propice au développement économique, à l'installation des entreprises et des salariés, mais également au travers de l'emploi.

Propos recueillis par Sandrine Damie