Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Jacques Chaniol

Délégué général Ecricome
Date de l'interview : 13/12/2013

Nos Grandes Ecoles musclent les CV de leurs élèves en plus des connaissances

Suite au changement d'organisation au sein d'Ecricome, Jacques Chaniol évoque les écoles de commerce, les concours et l'insertion des jeunes diplômés.

Quels sont les changements majeurs survenus dans l'organisation d'Ecricome et des écoles qui la composent depuis notre dernière interview fin 2011 ? 

Les écoles d'Ecricome ne cessent de s'adapter et d'anticiper. Aujourd'hui elles sont trois en raison de la fusion de BEM Bordeaux Ecole de Management et Euromed Management Marseille, qui sont désormais une seule école qui se nomme KEDGE Business School, et de la fusion de Reims Management School et Rouen Business School qui forment désormais NEOMA Business School. Cela ne change pas le nombre de places proposées aux différents concours : 3 960 en 2014.

Les noms des écoles changent mais il s'agit toujours des mêmes groupes d'écoles, des Grandes Ecoles reconnues internationalement, membres de la Conférence des Grandes Ecoles et multi-accréditées, qui travaillent avec les entreprises pour former les managers de demain, l'innovation est inscrite dans leur ADN, la banque d'épreuves Ecricome est naturellement "boostée" par ce dynamisme !

Quelles sont les écoles accessibles depuis vos concours ?

ICN Business School, KEDGE Business School et NEOMA Business School.

Quels sont les atouts de ces écoles ?

Chacune a des atouts propres et il faut se rendre sur chaque site web pour tous les découvrir mais on peut signaler : de nombreuses entreprises partenaires à la fois implantées dans leurs régions respectives et dans le monde, plus d'une centaine d'universités partenaires sur les 5 continents pour chacune d'entre-elles, et des spécialisations très recherchées dans le monde du travail ! Mais n'oublions pas non plus 2 éléments essentiels pour les programmes accessibles via Ecricome : des diplômes visés par l'Etat et la délivrance du grade de master pour le programme grande école.

La prépa semble rester la voie classique pour intégrer une école Ecricome. Combien de jeunes s'y sont présentés l'an passé ?

L'an dernier, nous avons eu pour les 4 options (Economique, Scientifique, Technologique et Littéraire) 8 109 candidats, pour 1 655 places. Ces chiffres peuvent faire peur, mais si la sélectivité caractérise ces concours il faut rappeler qu'un élève de prépa présente entre 10 et 15 écoles en moyenne, ce qui explique ces chiffres.

Quel est le profil des jeunes admis après une prépa ?

La plupart des candidats sont issus des voies scientifiques et économiques, mais la part des candidats technologiques et des littéraires ne cesse d'augmenter d'année en année, preuve de l'ouverture des écoles membres d'Ecricome. Ces étudiants croient de plus en plus en leur chance, et ils ont raison !

En quoi consiste le concours Ecricome Bachelor ?

Le concours Ecricome Bachelor permet d'intégrer des formations généralistes à la gestion de 3 ans, dont le diplôme est  visé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche. Pour ce concours, les inscriptions se font sur le portail Admission Postbac (APB), et les candidats présentent tous une épreuve écrite de 3 h (comprenant de la logique, du raisonnement en français et en anglais) et des épreuves orales : un oral d'anglais (commun aux 3 écoles) et un entretien de découvertes.

Comme il s'adresse à des élèves de terminale, toutes filières confondues, les épreuves sont adaptées à leur niveau. Il n'y a pas d'ailleurs de phase d'admissibilité, tout le monde passe les écrits et les oraux.

A qui s'adressent les concours Tremplin 1 et Tremplin 2 ? Quels sont les profils recherchés ?

Le concours Ecricome Tremplin 1 est ouvert aux étudiants de bac + 2. Il attire principalement des DUT, des licences 2, et des BTS, venant essentiellement de filière commerciale, économie et gestion ou comptabilité.

Le concours Ecricome Tremplin 2 est proposé aux bac + 3/bac + 4 visés par le ministère. Il attire des master 1 et 2, des bachelors et des licence 3, venant de filières économie et gestion, de filières commerciales, mais aussi d'autres filières dont droit, langues étrangères, mathématiques sciences et technologies, sciences humaines, etc. venant chercher dans les écoles une double compétence.

Qu'en est-il de leur insertion pro ?

La crise économique est là mais comme le démontrent toutes les enquêtes. Une formation diplômante de haut niveau demeure toujours le meilleur moyen de s'en sortir. Nos Grandes Ecoles musclent les CV de leurs élèves en plus des connaissances : stages, apprentissage, vie associative, études à l'étranger, double diplôme...Toutes ces expériences associées au réseau des anciens permettent de se chercher et de se trouver.

Certains diplômés vont chercher leurs premières expériences à l'international, pour revenir avec une solide expérience sur le marché français. D'autres osent créer tout de suite leur entreprise, et nos écoles ont de plus en plus de jeunes entrepreneurs.

D'autres enfin rejoindront les entreprises qui chaque année recrutent dans nos écoles car elles savent qu'elles y trouveront les potentiels indispensables à leur avenir.

Dans tous les cas, il faut apprendre pour être capable d'appréhender des situations complexes ; il faut expérimenter pour transformer ses connaissances en compétences et tout ceci en étant curieux des autres et des différences.

Propos recueillis par Sandrine Damie