Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Antoine Baulon

Community manager Veoprint, Courbevoie (92)
Date de l'interview : 02/07/2013

Ce qui permet de sortir du lot, c’est la créativité.

Community manager depuis un an et demi, Antoine Baulon, qui a suivi une formation de journaliste mutlimédia à 3iS, a toujours été attiré par le web et les réseaux sociaux.

En quoi consiste votre métier de "community manager" (CM) ?

Je m’occupe de la gestion des communautés et de la visibilité de la marque Veoprint, imprimerie en ligne pour les professionnels, sur le net. Je dois être à l’écoute des internautes, répondre à leurs questions et réagir à leurs remarques. J’ai aussi un rôle d’animateur et je m’emploie à susciter l'engagement des membres la communauté en ligne. Concrètement, je réponds aux courriers électroniques et à l’ensemble des messages laissés sur les différents réseaux sociaux, comme Facebook, Twitter, ou LinkedIn. Je passe également du temps à trouver et à rédiger des sujets de billets pour alimenter le blog de l’entreprise. Je modère les commentaires que les articles peuvent susciter. Par ailleurs, je gère la page Facebook de l’entreprise et suis également là pour répondre le plus rapidement possible aux tweets qui nous sont adressés. Enfin, une partie de mon travail consiste à faire de la veille sur internet, notamment pour réagir aux propos publiés à propos de la marque sur des blogs et  des forums.

Quel a été votre parcours avant de devenir CM ? 

J'ai suivi une formation de trois ans en journalisme multimédia à l’Institut international de l’image et du son (3IS) après une prépa intégrée. Ensuite, j'ai été auto-entrepreneur pendant deux ans, comme rédacteur web et, plus largement, j’accompagnais les entreprises dans l’amélioration de leur visibilité sur internet. Mon activité concernait le référencement, la visibilité sur les moteurs de recherche et la présence sur les réseaux sociaux. J’ai également collaboré à des magazines en ligne, comme Presse Citron (actualité du web et des nouvelles technologies).

Comment avez-vous décroché votre poste actuel ?

J'ai toujours été intéressé par le web et le mode d'interactions qu’offrent les plateformes sociales. L’auto-entreprise m’a permis de me construire un réseau professionnel et de travailler notamment pour Veoprint sur un site événementiel destiné à promouvoir un concours. Quelques temps plus tard, j’ai vu - sur le site RemixJobs – que Veoprint recherchait un professionnel du web pour s’occuper de leur présence sur internet. J’ai contacté directement le chef de projet avec lequel j’avais travaillé. Dans ma lettre de motivation, j'ai mis en avant ma capacité à rédiger dans un style dynamique et concis, adapté aux interactions sur les réseaux sociaux. Deux entretiens plus tard, j’avais le poste !

Quelles sont les qualités et compétences nécessaires pour exercer ce métier ?  

Pour rester compétitif, vous devez être capable de vous adapter, vous tenir au courant des nouvelles tendances et des réseaux influents. Dans ce domaine, comme dans celui du webmarketing en général, les technologies et habitudes évoluent à une vitesse folle. Vous devez être très réactif et avoir compétences rédactionnelles, car une grande partie de notre activité passe par l’écrit. Vous devez également savoir faire preuve de diplomatie, pour vous adresser des personnes mécontentes d’un service et donc peu réceptives.
Ce qui permet de sortir du lot, c’est la créativité. Elle permet de proposer des idées et des stratégies marketing originales à ses clients. Il ne s’agit pas de copier la concurrence ! J’avais, par exemple, proposé aux acheteurs de vêtements d’un site de e-commerce de se prendre en photo et de poster leurs clichés sur Instagram avec le nom de la marque comme hashtag. L’idée est toujours de faire parler de la marque, dans une logique virale.

Avez-vous des conseils à donner un étudiant désireux de devenir CM ? 

Il faut oublier le stéréotype qui consiste à penser qu’on passe la journée sur Facebook. Ce n’est pas l’essentiel du travail. Il faut savoir bien écrire et s’exprimer, car si CM est un métier du web, la polyvalence est aujourd’hui recherchée. L’idée est vraiment de développer une stratégie globale, en relation avec le développeur, le service marketing, etc.
Pour vous lancer et voir si cela vous plait, vous pouvez par exemple commencer par monter un blog sur un hobby et animer une petite communauté via les réseaux.
Twitter est un endroit idéal pour faire de la veille et entrer en contact avec d’autres professionnels.Côté formation, l’Ecole européenne des métiers de l’internet (EEMI) lancée par Xavier Niel, le patron de free, propose maintenant un cursus pour devenir CM.

Propos recueillis par Isabel Busché