Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Objectif : 40 000 ingénieurs diplômés par an d’ici à 5 ans

Objectif : 40 000 ingénieurs diplômés par an d’ici à 5 ans

La CDEFI tire la sonnette d’alarme : la France manque d’ingénieurs pour relever le défi de la mondialisation et de réindustrialisation. Il faudrait en diplômer 10 000 de plus par an.


29/05/2012


La Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) qui se veut force de 25 propositions, considère que la France ne forme pas assez d’ingénieurs et qu'il est nécessaire de remédier rapidement à cette situation si elle veut rester compétitive à l'échelle mondiale.


Chaque année, 30 000 nouveaux ingénieurs sont diplômés, mais ce nombre est insuffisant.
Pour répondre aux besoins de réindustrialisation et d’innovation des entreprises dans un contexte de globalisation, il en faudrait 40 000.


Il s’agit aussi d’offrir des formations d’ingénieurs qui répondent aux exigences du monde de demain. Les écoles d’ingénieurs en tant qu’ acteurs socio-économiques ont un rôle à jouer dans cette réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche.


En relation avec les entreprises, les écoles d’ingénieurs connaissent leurs besoins en recrutement et les défis technologiques et industriels à relever, notamment dans les secteurs suivants : l’énergie (le nucléaire et les énergies renouvelables), l’environnement, l’informatique et les télécoms.


Réindustrialiser le territoire passe aussi par le soutien aux secteurs en difficulté (industrie automobile, chimie) qui ont un besoin vital de pouvoir recruter afin de continuer à innover et être compétitifs.


La hausse du nombre d’ingénieurs diplômés implique :


- la diversification les profils d’étudiants recrutés ;
- une meilleure promotion des formations d’ingénieurs en luttant contre les stéréotypes qui freinent certaines populations (notamment les filles) ;
- le renforcement de l’offre de formation initale et continue ;
- le développement de  l’apprentissage ;
- une mobilité internationale accrue pour former et attirer les compétences.


Enfin, il est indispensable d'agir sur les moyens de financements des écoles d’ingénieurs sans que cela se traduise obligatoirement par une réévaluation des frais d’inscription mais plutôt par de nouveaux dispositifs de financement où l’Etat, les établissements et les entreprises assument conjointement le coût de la formation.

 

Pour mener à bien sa mission d'information, la CDEFI a mis en place un portail d'information et d'orientation sur les cursus et les métiers de l'ingénieur à destination des collègiens, des lycéens et de leurs familles. Il s'agit du site deviensingénieur.fr


Annie Poullalié