Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • A partir de 2013, un diplôme sera exigé pour travailler dans les pompes funèbres

A partir de 2013, un diplôme sera exigé pour travailler dans les pompes funèbres

Pour exercer, employés et dirigeants d’entreprises de pompes funèbres devront, à compter de 2013, obtenir un diplôme validant leurs connaissances.


Le 14/05/2012

 

Jusqu’à présent, la loi imposait aux employés des pompes funèbres, pour exercer, d’avoir suivi une formation, dont la durée variait de 40 h pour un maître de cérémonie à 136 h pour un dirigeant d’entreprise.

 

Cette formation obligatoire n’avait cependant pas de reconnaissance officielle, les stagiaires obtenant simplement une « attestation de présence ».

 

Seule la profession de thanatopracteur, qui nécessite déjà un diplôme d’Etat, fait exception.

 

Selon une décret paru au Journal Officiel du 3 mai dernier, à compter du 1er janvier 2013, toute personne exerçant la profession de maître de cérémonie, de conseiller funéraire ou gestionnaire d’une entreprise, régie ou association de pompes funèbres devra être titulaire d’un diplôme spécifique, délivré sur examen.

 

Ce diplôme validera des connaissances en « l’hygiène et la sécurité », « la législation et réglementation funéraire », « la psychologie et sociologie du deuil », « les pratiques et rites funéraires » ou encore « la conception et animation d’une cérémonie .

 

Il se terminera par "une formation théorique et une évaluation pratique" de 70 heures de cours pour le maître de cérémonie à 188 heures pour les dirigeants. Il faudra également effectuer une formation pratique dans une entreprise du secteur, selon le décret.

 

Pour les personnes dans le métier depuis au moins 6 mois, une validation de l’expérience professionnelle (VAE) sera possible.

 

Le secteur du funéraire regroupe une vingtaine de métiers dans 7 familles différentes : accueil et conseil (assistant et conseiller funéraire, agent d’accueil des familles, etc.), cérémonie (maître de cérémonie, porteur, etc.), gestion du deuil (animateur de groupes d’entraide, etc.), ornementation funéraire (fleuriste funéraire, etc.), gestion du cimetière (fossoyeur, gardien, etc.), management et gestion d’entreprise (directeur d’agence de pompes funèbres, etc.), toilette et soins aux défunts (thanatopracteur, etc.).

 

Si les métiers du funéraire ont peu évolué au cours des dernières décennies, il en sera sans doute autrement dans les années à venir. Développement de la crémation, recul des cérémonies religieuses…  Le secteur doit s’adapter aux mutations de la société et aux attentes des familles. De récentes initiatives, telles la commercialisation de cercueils écologiques ou la prise en charge de l’ensemble des démarches administratives liées au décès d’une personne, montrent que le changement est en marche.

 

Patricia Holl

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

Prochains rendez-vous