Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Portrait-robot des doctorants et post-doctorants franciliens

Portrait-robot des doctorants et post-doctorants franciliens

Qui sont les étudiants qui préparent une thèse de doctorat en Île-de-France ? Quelle trajectoire professionnelle poursuivent-ils ? La Région, qui attribue des allocations de recherche à certains d’entre eux, a réalisé une étude afin de mieux connaître ses « apprentis chercheurs ».


Le 07/02/2012

 

Les doctorants sont des étudiants qui préparent une thèse de doctorat. Le doctorat est le plus haut titre universitaire. Il s’obtient après au moins 8 années d'études supérieures et se prépare durant 3 années minimum après le master.

 

On dénombre environ 70 000 doctorants en France, dont 40 % vit, étudie et travaille en Ile-de-France.

L’étude, la première du genre menée, a été réalisée par la Région auprès des bénéficiaires de ses bourses. Elle permet de dresser un portrait-robot des doctorants franciliens.

 

Le doctorant est en majorité un homme âgé de moins de 28 ans (67%). Une grande partie des doctorants (60%) fait ses recherches dans le domaine des sciences dites « dures » : 39% sont spécialisés en biologie, médecine et santé, et 21% en maths, physique et chimie. Ce domaine des sciences dures est d’ailleurs très masculin, puisque les hommes y sont 78 %.

 

Retour aux études grâce à l’allocation


En 2011,  22 allocations doctorales ont été attribuées par la Région pour un montant total de 2,3 millions d’euros.

 

Avant de recevoir l’allocation régionale - un salaire mensuel de 1 450 à 1 600 euros net pendant 3 ans -,  20% des allocataires n’étaient plus étudiants, ce qui montre que l’allocation permet un retour aux études.

 

Quant aux débouchés espérés par les doctorants, ils concernent principalement la recherche dans un établissement public (61%). Par ailleurs, suite à leur soutenance de thèse, 38% des allocataires se disent en situation d’emploi et 34% poursuivent en post-doctorat. 

 

Davantage de femmes parmi les post-doctorants

Les post-doctorants, chercheurs titulaires d'une thèse de doctorat engagés en contrat à durée déterminée dans un laboratoire de recherche, ont également été passés à la loupe de cette enquête.

 

Les post-doctorants sont majoritairement des femmes (56%) âgées en moyenne de 32 ans. Les sciences dures se taillent la part du lion dans les domaines de recherche (78%), les lettres et sciences humaines ne représentant que 25%. On note une surreprésentation des femmes dans le domaine de la biologie/médecine/santé, contrairement à la répartition en doctorat.

 

Quant à l’insertion professionnelle des post-doctorants, près d’un sur deux est en poste à la sortie de son « post-doc » et 42% poursuivent leurs recherches ou enchaînent sur un autre post-doctorat.

Pour en savoir plus, reportez-vous au site de la Région : http://www.iledefrance.fr/lactualite/recherche/recherche/doctorants-franciliens-portrait-robot/

 

A lire également, Doctorants, post-doctorants d'Ile-de-France : quelle insertion professionnelle ?, une étude de l'IAU Idf (institut aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France) publiée en octobre 2010.

 

Patricia Holl