Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Juliette Viger

Etudiante à l’Animation Workshop, Danemark
Date de l'interview : 02/01/2012

Plus l'option facultative au lycée a d'importance pour soi, plus on s'y investit.

Juliette Viger a suivi l'enseignement facultatif arts plastiques pendant ses 3 années au lycée Jean Monnet de La-Queue-lez-Yvelines, avant d’intégrer la Mise à niveau en arts appliqués (Manaa) de l’Ecole Estienne, puis une école de cinéma d’animation au Danemark.

Pourquoi avez-vous choisi de suivre l’option arts plastiques au lycée ?

Etant fortement intéressée par le dessin et le cinéma d'animation, j'ai très tôt voulu en faire mon futur et intégrer les arts le plus tôt possible dans mon cursus scolaire. Je n'ai cependant pas choisi d'emblée une filière Arts Appliqués car ma curiosité et mon envie d'étendre mes connaissances basiques étaient un peu plus importantes à l'époque. J'ai donc intégré une filière générale en seconde, en section européenne, et j'y ai ajouté l'option Arts Plastiques afin de progresser dans de domaine.

L'investissement personnel a-t-il été important ?

Plus l'option a d'importance pour soi, plus on s'y investit. Pour mon cas, j'ai vraiment pris cette matière très au sérieux afin d'en tirer le maximum. Ayant en plus certains soucis d'emploi du temps liés à mon option européenne (je ne pouvais pas assister entièrement aux 3 heures de l'option par semaine), j'ai essayé de me rendre au cours d'arts plastiques dès que mon temps libre me le permettait. Concernant la disponibilité intellectuelle, m'étant investie dans chacun de mes sujets comme une réponse à une question personnelle, existentielle ou technique, je crois avoir appris énormément par ce biais. 

L'option arts plastiques au lycée s'adresse-t-elle à un profil d'élèves bien défini ?

Non. Je crois d'ailleurs que votre question révèle aussi un problème très souvent soulevé dans l'éducation : la séparation entre les Arts et le reste des matières dites générales, comme si cette discipline n’était réservée qu’à un petit nombre de personnes. C’est la problématique de l’accès à l'Art par tous. Je crois sincèrement en l'importance de cette option dans le développement personnel et créatif d'un individu. Le principal souci étant l'introduction à cette matière qui se fait d'une manière un peu trop légère à mon sens. Les arts plastiques ont un impact psychologique, sensoriel et curieux sur les individus. Les mettre face à cela n'est qu'un bienfait. Tout le monde peut accéder à l'Art et essayer de le comprendre en l'étudiant.

Que retenez-vous des enseignements suivis dans le cadre de cette option ?

L'enseignement se base sur des recherches de nouveaux procédés graphiques, des réflexions sur des thèmes très précis (l'espace, le temps, le corps, l'autoportrait…), une implication personnelle dans le travail attendu, des découvertes via l'Histoire de l'Art… À travers tout cela, j'ai réussi à m'affirmer en tant qu'individu, je suis devenu plus sûre de moi, plus confiante en mes capacités, plus motivée pour évoluer encore dans ce domaine. J'ai passé l'appréhension des différents médias et médiums utilisés dans l'expression plastique et visuelle et j'ai construit ma propre problématique face à l'Art en général.

Estimez-vous que cette option a été un atout pour intégrer ensuite l’école Estienne ?

Absolument. La procédure d'admission pour la Mise à Niveau en Arts Appliqués de l'Ecole Estienne est basée tout d'abord sur le livret scolaire et les appréciations, puis une lettre de motivation et un entretien. À travers ces deux derniers, il est indispensable de citer des connaissances dans le domaine artistique. En arts plastiques, je me suis construite un large répertoire d'artistes référents et j'ai pu les utiliser pour parler de mes intérêts dans les Arts et souligner ma motivation. 

La MANAA est-elle une bonne préparation aux concours des écoles d'arts ?

À mon sens, la MANAA est une bonne préparation aux BTS et aux DMA en Arts Appliqués. Tous les projets sur lesquels nous travaillons durant l'année sont des pièces du dossier personnel que nous sommes censés présenter lors des entretiens à ces formations publiques. Concernant les écoles d'art, si celles-ci sont spécifiques, il est difficile de travailler à côté des travaux demandés en MANAA pour se préparer à un concours tel ceux des Beaux Arts et des Arts Décoratifs, ou encore ceux des écoles d'animation par exemple. Il n'est bien sûr pas impossible de construire un dossier plus spécifique à ces écoles, mais ça demande deux fois plus de temps.

Quels conseils donnez-vous aux élèves de 3e qui s'intéressent aux arts plastiques  ?

Je leur conseille d'utiliser les arts plastiques au lycée comme un terrain de découverte. Le monde artistique est passionnant, ainsi je leur conseille aussi d'aller voir des expositions, des performances, de visiter des musées, des galeries, de regarder des films, d'écouter de la musique… de s'ouvrir à une sensibilité artistique, et peut-être qu'au final, ils trouveront leur voie dans ces domaines.

Propos recueillis par Patricia Holl