Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • La situation des travailleurs handicapés demeure fragile

La situation des travailleurs handicapés demeure fragile

En dépit de la loi qui contraint les entreprises à recruter des salariés handicapés, les freins et les préjugés demeurent et la crise actuelle touche plus fortement cette catégorie de travailleurs.


Le 18/11/2011

 

La 15e édition de la Semaine pour l'emploi des personnes handicapées est l’occasion de faire le point sur la situation des travailleurs handicapés, qui représentent en France 8 % de la population active.

 

Actuellement 57 % des entreprises affichent un quota de travailleurs handicapés supérieur ou égal à 6 %.

 

La loi du 10 juillet 1987 a instauré l'obligation d'emploi des personnes handicapées à hauteur de 6 % au minimum de l'effectif de l'entreprise. Cette obligation concerne toutes les entreprises ou établissements de plus de 20 salariés.

 

La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a maintenu cette obligation et impose aux entreprises qui ne la respecteraient pas une contribution plus importante (jusqu'à 1 500 fois le SMIC horaire, soit l’équivalent d’un salaire à mi-temps...) à verser à l'Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH).

 

Le montant de la collecte de 2011 de l’AGEFIPH est donc le meilleur indicateur de la situation actuelle des travailleurs handicapés. Celui-ci est passé de 606 millions d'euros en 2006 à 480 millions en 2011, ce qui signifie que de plus en plus d’entreprises ont mis en place des actions en faveur de l'emploi des handicapés.

 

En réalité très peu d’entreprises embauchent effectivement des travailleurs handicapés. Elles se contentent le plus souvent de mettre en place un dispositif de reconnaissance du handicap en interne. Le handicap peut être en effet la résultante de la pénibilité de certains emplois peu qualifiés et à fortes contraintes. Seuls 15 % des travailleurs handicapés souffrent d'un handicap de naissance.

 

En dépit de progrès depuis 1987, 18 % des entreprises ne pratiquent pas encore de quota ni de politique d’intégration en faveur des handicapés. Elles craignent une baisse de leur productivité, un absentéisme accru et des difficultés d’intégration, sans parler des possibles aménagements des postes de travail à réaliser.

 

Pourtant 80 % des handicapés ne nécessitent pas d’aménagement particulier de leur poste de travail, selon l’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (ADAPT).

 

Le contexte de crise actuelle est défavorable à la situation des travailleurs handicapés dont le  taux de chômage progresse 2 fois plus vite que la moyenne nationale. Plus de 273.000 handicapés étaient sans emploi fin juin 2011. Ces demandeurs d’emploi sont souvent âgés et peu diplômés : 37 % ont plus de 50 ans contre 17 % pour le reste de la population et seuls 25 % disposent d'un niveau scolaire supérieur au bac (80 % n'ont pas le bac contre 59 % pour l'ensemble). Ils sont donc particulièrement touchés par le chômage de longue durée : leur recherche d'emploi dure en moyenne 21 mois contre 14 mois pour les autres. Et ceux qui trouvent un job occupent souvent un emploi précaire. Sur les 62 000 demandeurs d'emploi placés par Cap Emploi, un organisme spécialisé l'insertion professionnelle des personnes handicapées, seuls 27 % ont décroché un CDI.

 

Pourtant une enquête de l’AGEFIPH montre que 90 % des employeurs de travailleurs handicapés sont satisfaits de leurs prestations professionnelles... Ces travailleurs, qui ont dû surmonter de nombreux obstacles, ont développé une grande force de caractère et des compétences sociales appréciées des entreprises.

 

Annie Poullalié