Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Brèves
  • Les 16-30 ans, confiants dans leur avenir

Les 16-30 ans, confiants dans leur avenir

Le dernier «baromètre jeunesse- vague 3» de l'IFOP pour l'Education nationale témoigne de l’optimisme des jeunes face à leur avenir professionnel.


Le 10/08/2011

 

En juin 2011, à la demande du ministère de l’Education nationale, l’IFOP réalise une enquête d’opinion auprès de 1 000 personnes de 16 à 30 ans.


Ce nouveau baromètre de la jeunesse dévoile l’opinion de la génération Y (personnes nées entre 1980 et 1996) concernant son avenir professionnel.


Il apparait que les jeunes ont bien plus de confiance et d’optimisme (76 %) en leur propre avenir qu’en celui de la société française. Le niveau de confiance à l’égard de la société française (35 %) a néanmoins un peu progressé depuis 2010. La génération Y ne perçoit que peu de soutien de la part de la société (29 %).

 

A noter : concernant son propre avenir ou celui de la société française, l’optimisme semble décroître après 20 ans ! 


La génération des moins de 30 ans se caractérise par son réalisme (32 %), loin de l’idéalisme (6%) des générations précédentes. Son inquiétude (21 %) et son ambition (22 %) sont également notables.

 

En dépit de la crise, 75 % des moins de 30 ans pensent réussir sur le plan professionnel, mais les plus optimistes se trouvent parmi ceux qui ne sont pas encore entrés dans la vie active !

 

Pour cette nouvelle génération d’actifs, la réussite professionnelle repose avant tout sur une harmonie (39 %) entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Cet équilibre prime à la fois sur l’objectif financier (20%) et sur l’aspiration à exercer des responsabilités (12 %).

 

Si l’entreprenariat attire fortement (38 %), cet attrait semble se réduire avec l’âge... L’intérêt pour la création d’entreprise est aussi à relativiser, car seulement 7 % des jeunes nourrit un projet de création à court terme ! L’absence de hiérarchie (27 %) et l’indépendance (19 %) s’imposent comme les deux principales motivations à la création d’entreprise, loin devant l’objectif financier.

 

Parmi ceux qui aspirent à être salarié du privé (38 %), on note que l’attractivité des PME (31 %) résiste bien, surtout parmi les plus âgés, face aux grandes entreprises. Le désir d’exercer dans un grand groupe international domine chez les moins de 20 ans.

 

Enfin une tendance à la désaffection de la fonction publique (19 %) semble se dégager.

 

Le travail et l’effort (53 %) ainsi que la motivation (52 %) sont considérés comme  les valeurs majeures pour réussir. L’importance accordée aux réseaux et aux relations  apparaît faible (29 %) au regard du marché du travail peu ouvert aux jeunes.

 

La mobilité internationale est par ailleurs fortement valorisée.

 

Si le respect s’impose comme la valeur essentielle des jeunes, les valeurs plus traditionnelles de laïcité, de spiritualité ou de patriotisme rencontrent peu d’écho auprès d’eux. L’importance majeure accordée à la famille témoigne d’un mouvement actuel de repli sur la sphère privée.


Enfin l’engagement associatif, en particulier dans les associations culturelles, sportives ou de loisirs, remporte l’adhésion de la majorité des jeunes. En revanche, les institutions telles que les syndicats ou les partis politiques ne les séduisent que très peu.

 

Annie Poullalié

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net