Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de l'industrie mécanique

Domaine : Industries
Juin 2013
Voir le dossier complet

Les métiers de l’équipement industriel

Sans machines-outils, pas de production ! Qu’elles coupent, percent, usinent, assemblent, emballent… les machines industrielles intègrent toutes désormais les technologies numériques.

En Ile-de-France, la fabrication de machines agricoles et forestières, de machines de formage des métaux et de machines-outils, concerne environ 3 700 salariés.  A ceux-ci s’ajoutent tous ceux dont le rôle est d’installer et de maintenir en bon état de marche ces installations.

Les emplois accessibles avec le CAP sont en diminution compte-tenu de l’évolution technique, très rapide, des équipements industriels. On constate par ailleurs que les spécialistes des méthodes et de l’organisation de la production sont de plus en plus recherchés.

Agent de maintenance en mécanique industrielle / Agente de maintenance en mécanique industrielle

agent_maintenance_mecanique_383x209.jpgL'agent de maintenance en mécanique est chargé de maintenir les machines d'une entreprise en bon état de fonctionnement et d'anticiper les pannes.

Il n’existe pas de CAP dans le domaine de la maintenance industrielle. En revanche, la CAP conduite de systèmes industriels option fabrication-assemblage peut être une première étape vers cette activité.

En 3 ans après la 3e, ou en 2 ans après le CAP, vous pouvez préparer un  bac pro maintenance des équipements industriels, voire un bac pro pilotage de systèmes de production automatisés.

Le BTS maintenance industrielle, qui nécessite 2 années d’études supplémentaires après le bac, est un précieux sésame si vous visez un poste à responsabilité dans le secteur de la maintenance.

Construction mécanique, agroalimentaire, chimie, électricité-électronique ou aéronautique : toutes les entreprises industrielles utilisant des machines dans leur processus de production ont recours à des agents de maintenance en mécanique.

Il est également possible de postuler dans les entreprises spécialisées en maintenance mécanique.

Voir la fiche détaillée.

Dessinateur en construction mécanique / Dessinatrice en construction mécanique

Le dessinateur en construction mécanique est chargé de représenter des pièces et des éléments sous toutes leurs coutures et au millimètre près, qu'il s'agisse de portières de voiture, de boulons ou d’abat-jours.

Le bac est le premier diplôme de la filière « dessin industriel ». Le bac pro étude et définition de produits industriels, accessible en 3 ans après la 3e, est le mieux adapté.

Cependant, il vous est conseillé d'obtenir un diplôme du secteur de niveau bac + 2 pour intéresser les recruteurs. En la matière, plusieurs formations sont possibles : BTS conception de produits industriels, conception et réalisation de systèmes automatiques  (ex BTS  mécanique et automatismes industriels), DUT génie mécanique et productique, etc.

Tous ces diplômes se préparent en 2 ans après le bac. Les bacheliers les mieux préparés à s'engager dans ces formations sont les bacheliers des séries S, STI2D et éventuellement les titulaires du bac pro étude et définition de produits industriels.

Les titulaires d'un DUT et plus rarement d'un BTS peuvent poursuivre avec une licence professionnelle spécialité concepteur numérique en design et technique automobile (institut francilien des sciences appliquées de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée) ; spécialité ingénierie simultanée en conception mécanique (IUT d’Evry) ; spécialité ingénierie et C.A.O. (IUT de Cachan), etc. Une année d'études supplémentaire est alors nécessaire.

Toutes les entreprises de l'industrie, quels que soient leur taille et leur secteur d'activité, recrutent des dessinateurs industriels.

Il est aussi possible de trouver un emploi dans des bureaux d'études spécialisés.

Electromécanicien d'entretien / Electromécanicienne d'entretien

electromecanicien_maintenance_383x209.jpgL'électromécanicien d'entretien assure le bon fonctionnement des matériels électromécaniques d'une entreprise : moteurs, câblages électriques, machines-outils, compresseurs, engins de levage intégrés à des installations de production, équipements de transport, etc. Il réalise des opérations de maintenance préventive afin de limiter les risques de défaillance, et intervient en cas de panne ou de dysfonctionnement du matériel et des installations électromécaniques.

Le premier niveau de diplôme est le CAP préparation et réalisation d'ouvrages électriques, qui se prépare en 2 ans après la classe de 3e.

Le CAP en poche, vous pouvez vous spécialiser en 1 an en préparant une MC (mention complémentaire) maintenance des systèmes embarqués de l'automobile ou, hors Ile-de-France, une MC réalisation de circuits oléohydrauliques et pneumatiques.

Cependant, les entreprises recherchent désormais surtout des titulaires du bac professionnel.

Deux bacs pro peuvent vous conduire au métier d’électromécanicien : le bac pro électrotechnique, énergie, équipements communicants et le bac pro maintenance des équipements industriels. Tous deux se préparent 3 ans après la 3e, ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Après le bac pro, vous avez également la possibilité de préparer le certificat de qualification professionnelle (CQP) électromécanicien ou électromécanicien industriel. Il est délivré par la Chambre des métiers et se prépare en contrat de professionnalisation.

La plupart des entreprises industrielles, par exemple dans les secteurs de la construction automobile, du transport, de la sidérurgie, de la production d'énergie ou de la chimie, emploient des électromécaniciens d'entretien.

Il est également possible d'exercer cette activité chez un prestataire de service spécialisé en maintenance électrique.

Les services après-vente des constructeurs ou des distributeurs d'équipements électromécaniques font aussi appel aux services de l'électromécanicien.

Voir la fiche détaillée.

Ingénieur en mécanique / Ingénieure en mécanique

ingenieur_en_mecanique_383x209.jpgL'ingénieur en mécanique conçoit et développe de nouvelles machines dans des domaines très variés : la mécanique de précision, les machines-outils, l'équipement industriel ou encore le machinisme agricole. Il peut aussi participer à la fabrication, au contrôle qualité ou encore à la commercialisation de ces produits.

Pour devenir ingénieur en mécanique, vous devez obtenir un diplôme d'école d'ingénieurs (ENSAM, Ponts et Chaussées, Centrale, INSA, etc.) à bac + 5.

Certaines d'entre elles proposent une spécialité en mécanique, les autres intègrent des enseignements sur différentes techniques de pointe liées à la mécanique : commandes numériques, automatismes, robotique ou encore productique.

Ces établissements recrutent sur concours, soit après le bac S ou STI2D soit après un bac + 2, comme les classes préparatoires, un DUT ou 2 années de licence validées (L2).

Sachez qu'il vous est possible de préparer votre diplôme d'ingénieur par la voie de l'alternance, comme cela est proposé au CFAI Ingénieurs 2000 de Champs-sur-Marne (77) ou au CEFIPA de Nanterre (92).

Si les recruteurs recherchent davantage les diplômés des écoles d'ingénieurs, les titulaires d'un master pro ou recherche (bac + 5) en mécanique peuvent aussi être embauchés à des postes d'ingénieur. Citons par exemple le master pro génie mécanique (université Evry Val d'Essonne), le master pro mécanique des structures : application aux matériaux composites innovants  (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) ou encore le master recherche mécanique et matériaux du génie civil (Univerité de Cergy-Pontoise).

Automobile, aéronautique, biens d'équipement, matériels de transport ou de précision... toutes les entreprises du secteur de la mécanique et de la transformation des métaux emploient des ingénieurs en mécanique.

D'autres domaines, comme l'industrie chimique et l'industrie plastique, recrutent également des ingénieurs en mécanique.

Voir la fiche détaillée.

Mécanicien-affûteur / Mécanicienne-affûteuse

mecanicien_affuteur_383x209.jpgLe mécanicien-affûteur est chargé de contrôler l'état des outils de coupe nécessaires au sciage du bois notamment. Il entretient les lames régulièrement.

Les diplômes les plus recherchés sont le CAP mécanicien conducteur des scieries et des industries mécaniques du bois option mécanicien affûteur de sciage, tranchage, déroulage, le CAP conducteur opérateur de scierie et le CAP outillages en outils à découper et à emboutir.

Seul le CAP outillages en outils à découper et à emboutir est proposé en Ile-de-France. Vous pouvez également préparer un autre CAP du secteur de la mécanique générale.

Pour gravir plus rapidement les échelons dans la scierie, il peut cependant être utile de décrocher un bac pro technicien de scierie (hors Ile-de-France). Ce bac pro est accessible en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après le CAP.

 

Les scieries situées dans les zones forestières comme le Jura, les Vosges ou les Pyrénées accueillent une majorité de mécaniciens affûteurs débutants.

Il est aussi possible de trouver un emploi dans une entreprise spécialisée dans l'affûtage ou dans une menuiserie.

Voir la fiche détaillée.

Mécanicien-outilleur / Mécanicienne-outilleuse

mecanicien_outilleur_383x209.jpgLe mécanicien outilleur conçoit et réalise l'outillage nécessaire à la production de pièces en série dans les secteurs de la fonderie, de la forge ou de la plasturgie. Tout au long de la phase de fabrication, il effectue des contrôles afin de vérifier la conformité de chaque pièce.

Le niveau de recrutement du mécanicien outilleur va en s'élevant, les bacs professionnels supplantant peu à peu les CAP.

Au CAP mouleur noyauteur cuivre et bronze, qui a longtemps été l’un des diplômes de base de la profession, vous avez donc tout intérêt à préférer le bac pro technicien outilleur ou le bac pro technicien modeleur. Ce sont aujourd’hui les diplômes les mieux adaptés aux réalités de la profession. Ils se préparent en 3 ans après la 3e, ou en 2 ans après le CAP.

Vous pouvez compléter votre bac pro par une MC (mention complémentaire) maquettes et prototypes (niveau CAP), qui s’obtient en 1 an.

Par ailleurs, la profession propose des certificats de qualification professionnelle (CQP) de fraiseur industriel et d’ajusteur outilleur industriel. Il est possible de les préparer par le biais d'un contrat de professionnalisation.

Automobile, agroalimentaire, aéronautique, chantiers navals ou entreprises spécialisées... toutes les sociétés dont l'activité nécessite de l'outillage recrutent des mécaniciens-outilleurs.

Voir la fiche détaillée.

Mécanicien réparateur en matériel agricole / Mécanicienne réparatrice en matériel agricole

mecanicien_reparateur_en_materiel_agricole_383x209.jpgSpécialiste de la mécanique et, de plus en plus, de l'électronique, le mécanicien réparateur en matériel agricole entretient, répare et règle les équipements employés par les exploitants agricoles. Il peut aussi être amené à vendre du matériel, tels tracteurs et moissonneuses.

Vous pouvez accéder au métier de mécanicien réparateur en matériel agricole en passant tout d’abord, en 2 ans après la classe de 3e, un CAP maintenance des matériels option tracteurs et matériels agricoles.

Ce CAP vous donne accès à 2 mentions complémentaires (MC) qui permettent une spécialisation en 1 an : MC maintenance des moteurs diesel et de leur équipement ; MC maintenance des installations oléo-hydrauliques et pneumatiques. Aucune ne se prépare en Ile-de-France.

Les équipements agricoles étant de plus en plus sophistiqués, vous avez cependant tout intérêt à viser, au minimum, le niveau bac : bac pro agroéquipement ou bac pro maintenance des matériels option matériels agricoles. Tous deux se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Le bac techno STI génie mécanique, option systèmes motorisés (dernière rentrée sous cet intitulé en 2011), qui se prépare en 2 ans après une 2nde générale et technologique ou via une passerelle de la voie professionnelle, peut également convenir.

Les entreprises recherchent également de plus en plus de bac + 2 : BTS agroéquipement (après un bac pro du même nom) ou BTSA génie des équipements agricoles (après un bac pro agroéquipement, un bac STAV, un bac STI génie mécanique...).

Les constructeurs et les distributeurs de matériel agricole emploient des mécaniciens dans leurs différents points de vente pour effectuer réglages et mises au point sur le matériel neuf en fonction des attentes des futurs utilisateurs.

Les entreprises de travaux agricoles et les loueurs d’équipements agricoles ont également besoin de mécaniciens réparateurs pour assurer la maintenance du matériel, voire pour le piloter.

Voir la fiche détaillée.

Monteur-agent de maintenance d'ascenseurs / Monteuse-agente de maintenance d'ascenseurs

monteur_maintenance_ascenseurs_383x209.jpgAppelé également ascensoriste, le monteur d’ascenseurs installe de nouveaux ascenseurs dans des immeubles anciens ou en construction, des lieux publics, des usines, etc. L'agent de maintenance d'ascenseur assure quant à lui la maintenance préventive et les dépannages.

La majorité des recrutements se fait au niveau du bac. Plusieurs bacs répondent aux besoins des entreprises, en particulier le bac pro électrotechnique, énergie, équipements communicants et le bac pro maintenance des équipements industriels. Ils se préparent en 3 ans après la 3e, ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Ces diplômes doivent cependant être complétés par des formations spécifiques, centrées sur les techniques particulières à l'ascenseur, et organisées en partenariat avec la profession. Ces formations se déroulent en lycées professionnels, dans certains établissements de formation comme les GRETA, AFPA, CCI, ou encore dans les centres de formation internes des grandes entreprises du secteur (Koné, Otis, Schindler, Thyssen Krupp...).

A bac + 2, le BTS maintenance industrielle (après un bac pro ou un bac STI) vous offre aussi des opportunités d'emploi dans le secteur.

Les principaux recruteurs sont les sociétés d'installation ou de maintenance d'ascenseurs.

Mais les entreprises spécialisées dans les escaliers roulants constituent également un débouché intéressant. Elles recherchent, en effet, des spécialistes de la maintenance de systèmes automatiques.

Voir la fiche détaillée.

Monteur metteur au point / Monteuse metteuse au point

Le monteur metteur au point assemble les différents éléments  d’un système mécanique, par exemple une machine-outil. Il réalise ensuite avec précision tous les réglages et essais nécessaires.

Le CAP, qui se prépare en 2 ans après la classe de 3e, est le premier niveau d’accès à la profession. Le CAP conduite de systèmes industriels option fabrication-assemblage est bien adapté.

Il existe par ailleurs une MC (mention complémentaire) montage ajustage des systèmes mécaniques et automatisés, qui vous permet de vous spécialiser en 1 an après le CAP.

Plusieurs bacs professionnels vous préparent aux fonctions de monteur metteur au point : le bac pro maintenance des équipements industriels, le bac pro technicien d'usinage, le bac pro technicien outilleur, etc. Tous se préparent en 3 ans après la 3e, ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Le bac techno STI sciences et technologies industrielles spécialité génie mécanique option productique mécanique (dernière rentrée en terminale avec cet intitulé en 2011), qui nécessite 2 années d’études après une seconde générale et technologique, est envisageable également.

A bac + 2, des diplômes comme le BTS maintenance industrielle ou le DUT génie mécanique et productique vous permettent d’obtenir plus rapidement des postes à responsabilité.

Les monteurs metteurs au point sont principalement recrutés par les constructeurs de machines-outils et les fabricants de pièces mécaniques. Ils peuvent être amenés à se déplacer sur les sites industriels de leurs clients pour réaliser des installations.

Technicien en automatismes / Technicienne en automatismes

technicien_en_automatismes_383x209.jpgLe technicien en automatismes, ou automaticien, est un expert en machines-outils, robots et automates utilisés dans l'industrie. Il conçoit, installe et entretient les systèmes qui permettent aux machines de fonctionner en partie ou totalement seules, dans de petits ateliers comme sur de grosses chaîne de production.

Le bac pro maintenance des équipements industriels, vous permet de débuter dans le métier, dans la maintenance notamment.

Mais la grande majorité des emplois en bureau d'études sont destinés à des techniciens supérieurs titulaires d'un diplôme de niveau bac + 2.

La majorité des DUT et BTS du secteur industriel, permettent d'accéder à des fonctions de technicien en automatismes, et particulièrement les diplômes suivants : le BTS contrôle industriel et régulation automatique, le BTS maintenance industrielle, le BTS électrotechnique, le BTS systèmes électroniques, le DUT génie électrique et informatique industrielle, le DUT génie mécanique et productique.

En effet, ces diplômes, qui se préparent en 2 ans après un bac S, STI2D ou STL, comportent tous un programme approfondi en automatisme, génie mécanique, génie électrique, informatique, contrôle, etc.

Par ailleurs, de très nombreuses licences professionnelles orientées en automatismes permettent de compléter sa formation, telle la licence pro automatique et informatique industrielle spécialité robotique (Université d’Evry-Val-d’Essonne).

De nombreuses activités industrielles recrutent des techniciens en automatismes : métallurgie, sidérurgie, mécanique, automobile, textile, chimie, agroalimentaire, production d'énergie, plasturgie, papier-carton, etc.

Certains bureaux d'études ou cabinets de conseil et d'ingénierie font appel aux compétences des techniciens pour concevoir de nouveaux automatismes, réaliser des essais et la mise en service chez le client.

Voir la fiche détaillée.

Technicien en mécanique / Technicienne en mécanique

technicien_en_mecanique_383x209.jpgLes compétences du technicien en mécanique lui permettent de fabriquer toutes sortes de pièces mécaniques, depuis les éléments de moteurs jusqu'aux énormes machines agricoles ou encore aux machines-outils industrielles.

Vous pouvez débuter avec un bac pro, mais de plus en plus, les recruteurs exigent le niveau bac + 2.

Depuis la réforme de la voie professionnelle, le bac pro maintenance des matériels, le bac pro maintenance des équipements industriels, le bac pro maintenance de véhicules automobiles et le bac pro technicien d'usinage se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Un bac pro permet de débuter en tant que technicien en mécanique. Cependant, de plus en plus, les recruteurs exigent le niveau bac + 2.

Le bac pro maintenance des matériels, le bac pro maintenance des équipements industriels, le bac pro maintenance de véhicules automobiles, et le bac pro technicien d'usinage se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Vous pouvez également de préparer un bac techno STI2D en 2 ans après la classe de seconde ou via les passerelles.

Accessibles en 2 ans aux titulaires d’un bac STI2D ou S, voire aux titulaires d’un bac pro du secteur ayant un excellent dossier, plusieurs diplômes de niveau bac + 2 sont très appréciés sur le marché du travail : le BTS conception de produits industriels, conception et industrialisation en microtechniques, moteurs à combustion interne, mécanique et automatismes industriels et, hors Ile-de-France, le DUT génie mécanique et productique ou génie industriel et maintenance.

Il existe environ 11 000 entreprises de mécanique en France, dont une majorité de PME. Le domaine de la mécanique recrute donc des techniciens en nombre.

Sous-traitants ou fabricants directs sont répartis dans les secteurs de l'automobile, de la transformation des métaux, de la mécanique de précision, du machinisme agricole, de la fabrication industrielle, de la construction ferroviaire, navale, aéronautique, etc.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :12345
Aller à la page suivante