Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Des formations initiales qui recrutent en Ile-de-France

Domaines : CAP ou équivalent, Formations, Seconde, Première, Bac ou équivalent, Bac + 2, Autres
Octobre 2015
Voir le dossier complet

Les formations de la productique

La productique regroupe l'ensemble des moyens mis en œuvre pour améliorer la production industrielle (maîtrise des coûts, des délais, de la qualité). Elle recouvre la conception des pièces, leur fabrication (usinage, moulage, etc.), le contrôle qualité, la gestion de la fabrication.

L’Ile-de-France est la première région industrielle française, avec environ 400 000 salariés franciliens exerçant dans ce secteur.

A la rentrée 2013, près de 700 jeunes franciliens étaient inscrits en 1ère année de formation dans le domaine de la productique, majoritairement sous statut scolaire. L’offre de formation en productique mécanique s’appuie principalement sur des bacs pro et des BTS.

Niveau CAP : conducteur d'installations de production (2 ans)

Le CAP conducteur d'installations de production, apparu en 2014, se prépare en 2 ans après la classe de 3e, en lycée professionnel.

En Île-de-France, 4 établissements (lycées professionnels, ou EREA-Établissements régionaux d'enseignement adapté) assurent cette formation dont un site vous offre la possibilité de vous former en apprentissage.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 2 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en scolaire : 14 semaines de stage au total ; en apprentissage, alternance entre cours et périodes en entreprise).

Au programme, des enseignements généraux (Français, histoire-géographie-éducation civique, mathématiques, science physique et chimiques, langue vivante, EPS) et des enseignements professionnels (Conduite en mode normal, intervention durant la production).

Insertion professionnelle

Le titulaire de ce CAP se destine aux métiers d’ajusteur-monteur, de conducteur de machines à papier ou d’opérateur de fabrication de produits alimentaires. Il assure la conduite en production d'un système industriel. Selon l'atelier industriel, il intervient au niveau de la prise de poste avec la passation des consignes. Il prépare la production à son poste de travail. Il règle l'installation de production sur laquelle il intervient. Il lance la production après contrôle du pilote. Il conduit l'installation (réapprovisionnements compris). Il contrôle la qualité des produits au poste. Il exerce son métier dans tous les secteurs industriels dont les processus sont partiellement ou totalement automatisés : industries de transformation, d'élaboration et de conditionnement dans les secteurs de l'agroalimentaire, la pharmacie, la cosmétologie, la transformation des pâtes à papiers et cartons, l'électronique, la production et la transformation des métaux, la sidérurgie, l'automobile, l'industrie textile, la transformation des déchets et autres…

Bon à savoir

Si le CAP conducteur d'installations de production permet un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, notamment pour préparer une mention complémentaire (MC conducteur de machines de verrerie) ou un bac pro (bac pro étude et définition de produits industriels,  bac pro maintenance des équipements industriels et bac pro pilote de ligne de production).

Niveau bac : bac pro technicien outilleur (3 ans)

mecanicien_outilleur_383x209.jpgLe bac pro technicien d’outilleur se prépare en 3 ans après la classe de 3e, en lycée professionnel.

Sous certaines conditions, peuvent être admis directement en classe de 1ère de bac pro technicien outilleur les élèves titulaires d’un CAP du secteur de l’industrie ou de la mécanique : CAP outillage en moules métalliques, CAP outillages en outils à découper et à emboutir, etc.

En Ile-de-France, 4 établissements (lycées professionnels) préparent au bac pro technicien outilleur, uniquement sous statut scolaire. En 2013, 25 jeunes étaient inscrits en 1ère année de formation, uniquement des garçons.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet. Si vous êtes en terminale de CAP, vous devez remplir un dossier spécifique.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 3 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée pro : 22 semaines en entreprise au total).

Au programme, des enseignements généraux (français, histoire-géographie, mathématiques, sciences physiques, langue vivante, arts appliqués - culture artistique, EPS, prévention, santé et environnement) et des enseignements professionnels (analyse d’outillage, construction, économie - gestion, dessin technique, connaissance des matériaux, organisation et gestion de la production, programmation de machines à commande numérique).

Insertion professionnelle
Le titulaire du bac pro technicien outilleur est un spécialiste des outillages donnant forme aux métaux, plastiques, caoutchoucs, etc. Ses compétences intéressent les sociétés de fabrication ou de maintenance d’outillage. Il travaille également dans l’industrie, dans les entreprises disposant d’un service de maintenance. Il exerce le plus souvent le métier de mécanicien-outilleur ou d’ajusteur-monteur.

L’Ile-de-France possède une forte tradition industrielle. Elle regroupe près de 40 000 entreprises industrielles et environ 400 000 salariés, selon les Chiffres clés 2014 de la région. Il y a donc des besoins en spécialistes de l’outillage.

Bon à savoir

Si le bac pro technicien outillage vise un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, notamment en BTS études et réalisations d’outillage de mise en forme des matériaux ou en BTS industrialisation de produits mécaniques.

Niveau bac : bac pro technicien modeleur (3 ans)

mouleur_383x209.jpgLe bac pro technicien modeleur se prépare en 3 ans après la classe de 3e, en lycée professionnel ou en CFA.

Sous certaines conditions, peuvent être admis directement en classe de 1ère de bac pro technicien modeleur les élèves titulaires d’un CAP outillages en moules métalliques.

En Ile-de-France, seul 1 lycée professionnel, à Malakoff (92), prépare au bac pro technicien modeleur. 23 élèves sont entrés en formation à la rentrée 2013.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet. Si vous êtes en terminale de CAP, vous devez remplir un dossier spécifique.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 3 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (22 semaines en entreprise au total).

Au programme, des enseignements généraux (français, mathématiques et sciences physiques, histoire-géographie, éducation artistique-arts appliqués, langue vivante étrangère, EPS) et des enseignements professionnels (dessin technique, connaissance des matériaux, techniques d’usinage, organisation et gestion de la production, programmation de machines à commande numérique).

Insertion professionnelle

Le titulaire du bac pro technicien modeleur est un spécialiste des outillages de modelage, c'est-à-dire des outillages permettant de mettre en forme des matériaux et ainsi de fabriquer des pièces pour l’industrie. Il peut exercer les métiers d’ajusteur-monteur, de mécanicien-outilleur, de mouleur-noyauteur.

L’Ile-de-France possède une forte tradition industrielle. Elle regroupe près de 40 000 entreprises industrielles et environ 400 000 salariés, selon les Chiffres clés 2014 de la région. Compte tenu du faible nombre de jeunes diplômés chaque année, les titulaires du bac pro technicien modeleur ne semblent pas avoir de difficultés d'insertion.

Bon à savoir

Si le bac pro technicien modeleur vise un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est possible, par exemple en BTS études et réalisations d’outillage de mise en forme de matériaux ou en BTS industrialisation des produits mécaniques.

Niveau bac : bac pro pilote de ligne de production (3 ans)

conducteur_d_installations_automatisee_383x209.jpgLe bac pro pilote de ligne de production se prépare en 3 ans après la classe de 3e, en lycée professionnel ou en CFA.

Sous certaines conditions peuvent être admis directement en classe de 1ère de bac pro pilote de ligne de production les élèves titulaires d’un CAP du secteur : CAP conducteur d'installations de production, CAP outillages en moules métalliques, etc.

En Ile-de-France, 5 établissements (lycées professionnels et CFA) préparent au bac pro pilote de ligne de production, dont 1 site vous offre la possibilité de vous former en apprentissage : 33 élèves, dont 4 apprentis, sont entrés en 1ère année de formation à la rentrée 2013.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e, via la procédure d’affectation automatisée Affelnet. Si vous êtes en terminale de CAP, vous devez remplir un dossier spécifique.

L’admission en CFA se fait sur dossier scolaire et, pour certains établissements, sur entretien de motivation. Vous devez vous inscrire directement auprès du CFA qui vous intéresse.

Bon à savoir : pour vous inscrire en CFA, vous devez avoir 16 ans révolus (15 ans sous certaines conditions) et avoir trouvé l’entreprise qui vous prendra en apprentissage.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 3 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée pro : 22 semaines en entreprise au total ; en CFA, alternance entre cours et périodes en entreprise).

Au programme, des enseignements généraux (français, histoire-géographie, mathématiques, sciences, anglais, économie-gestion, EPS, éducation civique) et des enseignements professionnels (pilotage des systèmes unitaires ; pilotage de chaîne de production ; essais, réglages et diagnostics ; maintenance des systèmes).

Insertion professionnelle

Le titulaire du bac pro pilote de ligne de production supervise le fonctionnement d'une ligne de production composée de machines automatisées. Il programme la machine en fonction du cahier des charges, puis contrôle la qualité de la production. Selon les secteurs, il peut exercer les métiers de conducteur d'installations automatisées, conducteur de machines à imprimer offset, conducteur de ligne de production alimentaire, etc.

Toutes les entreprises utilisant des systèmes de production automatisés dans le but de fabriquer ou transformer des produits ont besoin de professionnels pour piloter leurs équipements. Les opportunités d’emploi sont donc nombreuses, notamment en Ile-de-France où le tissu industriel est dense.

Bon à savoir

Si le bac pro pilote de ligne de production vise un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, par exemple en BTS contrôle industriel et régulation automatique, BTS maintenance industrielle (qui sera remplacé en 2016 par le BTS maintenance des systèmes option A systèmes de production), BTS conception et réalisation de systèmes automatiques, etc.

Niveau bac : bac pro technicien d’usinage (3 ans)

operateur_d_usinage_sur_machine_a_commande_numerique_383x209.jpgLe bac pro technicien d’usinage se prépare en 3 ans après la classe de 3e, en lycée professionnel ou en CFA.

Sous certaines conditions peuvent être admis directement en classe de 1ère de bac pro technicien d’usinage les élèves titulaires d’un CAP industriel (CAP outillage en moules métalliques, CAP outillages en outils à découper et à emboutir, etc.). Certains établissements accueillent également les élèves issus d’une en classe de 1ère STI2D de la spécialité.

En Ile-de-France, 26 établissements (lycées professionnels et CFA) préparent au bac pro technicien d’usinage, dont 6 sites qui vous offrent la possibilité de vous former en apprentissage. En 2013, 340 jeunes franciliens, uniquement des garçons, étaient inscrits en 1ère année de formation. Les apprentis représentent seulement 10 % des effectifs.

Conditions d’accès

L’admission en lycée professionnel se fait sur dossier scolaire et après avis du conseil de classe de 3e via la procédure d’affectation automatisée Affelnet. Si vous êtes en terminale de CAP, vous devez remplir un dossier spécifique.

L’admission en CFA se fait sur dossier scolaire et, pour certains établissements, sur entretien de motivation. Vous devez vous inscrire directement auprès du CFA qui vous intéresse.

Bon à savoir : pour vous inscrire en CFA, vous devez avoir 16 ans révolus (15 ans sous certaines conditions) et avoir trouvé l’entreprise qui vous prendra en apprentissage.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 3 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée pro : 16 à 22 semaines en entreprise au total ; en CFA, alternance entre cours et période en entreprise).

Au programme, des enseignements généraux (mathématiques, sciences physiques et chimiques, français, anglais, histoire, géographie, économie-gestion, éducation civique, arts appliqués et culture artistique, EPS, prévention, santé et environnement) et des enseignements professionnels (gamme de fabrication, commande numérique, gestion de production, mécanique-construction).

Insertion professionnelle

A partir d'un plan et d'un dossier de fabrication, le technicien d’usinage assure la production de pièces métalliques complexes. Il utilise pour cela des machines-outils informatisées (tours, fraiseuses, centres d'usinage). Les pièces usinées sont destinées à l’industrie mécanique (fabrication d’équipements industriels, etc.), automobile, aéronautique ou encore à la construction électrique.

L’Ile-de-France possède une forte tradition industrielle. Elle regroupe près de 40 000 entreprises industrielles et environ 400 000 salariés. Même si le flux de diplômés est très important, l’insertion des titulaires du bac pro technicien d’usinage, notamment sur le poste d’opérateur d’usinage sur machine à commandes numériques, est bonne.

Bon à savoir

Si le bac pro technicien d’usinage vise un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est possible, en BTS industrialisation des produits mécaniques, BTS assistance technique d’ingénieur, BTS études et réalisations d’outillage de mise en forme des matériaux, BTS conception de produits industriels, etc.

Niveau bac + 2 : BTS assistance technique d'ingénieur (2 ans)

ingenieur_en_mecanique_383x209.jpgLe BTS assistance technique d'ingénieur (ATI) se prépare en 2 ans après le baccalauréat, en lycée professionnel ou en CFA.

En Ile-de-France, 9 établissements vous préparent à ce diplôme dont 6 sites vous offrent la possibilité de vous former en apprentissage. En 2013, 187 jeunes franciliens, dont 40 % d'apprentis, sont entrés en 1ère année de BTS ATI.

Conditions d’accès

L’entrée en formation se fait sur dossier, principalement après un bac S, STI2D, STL et après certains bacs pro industriels, via la procédure d'inscription informatisée Admission Post-Bac (APB).

L’admission en CFA
se fait sur dossier scolaire et, pour certains établissements, sur entretien de motivation. Vous devez vous inscrire directement auprès du CFA qui vous intéresse.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 2 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée professionnel : 6 à 8 semaines de stages en entreprise ; en CFA : alternance entre cours et périodes en entreprise).

Au programme de la formation, des enseignements généraux (français, mathématiques, anglais, communication, physique, économie et gestion d'entreprise, bureautique) et des enseignements techniques/professionnels (construction mécanique, construction électrique, automatisme, étude des systèmes techniques, organisation industrielle).

Insertion professionnelle

Le titulaire du BTS assistance technique d'ingénieur exerce ses compétences dans le monde industriel. Selon les cas, il assiste un ingénieur ou un chef de service, participe à la coordination entre différents services, rédige des documentations techniques, prépare des réunions, des salons, etc.

Ce professionnel qualifié et polyvalent peut intervenir quel que soit le domaine industriel : chimie, agroalimentaire, mécanique, automobile, etc.

L'Ile-de-France s’appuie sur un tissu industriel dense qui regroupe près de 40 000 entreprises industrielles et environ 400 000 salariés, selon les Chiffres clés 2014 de la région. Les opportunités d’emplois pour les titulaires du BTS ATI sont donc nombreuses.

Bon à savoir

Si le BTS assistance technique d'ingénieur permet un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, notamment en licence pro (par exemple licence pro commerce spécialité commercialisation d'équipements et services industriels) ou en école d’ingénieurs.

Niveau bac + 2 : BTS contrôle industriel et régulation automatique (2 ans)

responsable_de_station_epuration_383x209.jpgLe BTS contrôle industriel et régulation automatique (CIRA) se prépare en 2 ans après le baccalauréat, en lycée professionnel ou en CFA.

En Ile-de-France, 3 établissements (lycées professionnels et CFA) vous préparent à ce diplôme dont 1 seul vous offre la possibilité de vous former en apprentissage. En 2013, ce diplôme a accueilli 54 jeunes franciliens en 1ère année (49 sous statut scolaire et 5 apprentis).

Conditions d’accès

L’entrée en formation se fait sur dossier, principalement après un Bac S, STL, STI2D et après certains bacs pro (Eleec, etc.), via la procédure d'inscription informatisée Admission Post-Bac (APB).

L’admission en CFA
se fait sur dossier scolaire et, pour certains établissements, sur entretien de motivation. Vous devez vous inscrire directement auprès du CFA qui vous intéresse.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 2 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée professionnel : 12 à 16 semaines de stages en entreprise ; en CFA : alternance régulière entre cours et périodes en entreprise).

Au programme de la formation, des enseignements généraux (français, mathématiques, physique, langue vivante, communication) et des enseignements techniques/professionnels (régulation, instrumentation ; automatisme, logique ; prévention, sécurité, environnement).

Insertion professionnelle

Le titulaire du BTS CIRA peut intervenir lors les différentes phases de mise en œuvre d'un processus automatisé : les études (conception de la partie contrôle-commande d'une installation industrielle), la commande (envoi des instructions), le contrôle (prise d’informations sur l’état du système) et la régulation (correction et optimisation du processus).

Selon les entreprises et les secteurs d'activité, ce technicien supérieur peut être employé comme technicien de maintenance industrielle, technicien en automatismes, technicien process, technicien chimiste, etc.

Le contrôle industriel et la régulation automatique sont présents dans tous les secteurs industriels : chimie, énergie, sidérurgie, agro-alimentaire, traitement des eaux... tous largement représentés en Ile-de-France. L'insertion des titulaires du BTS CIRA est d'autant plus facile que le nombre annuel de diplômés est faible.

Bon à savoir

Si le BTS CIRA permet un accès direct à l’emploi, une poursuite d'études est envisageable, notamment en licence pro ou en école d’ingénieurs.

Niveau bac +2 : BTS étude et réalisation d'outillages de mise en forme des matériaux (2 ans).

Le BTS étude et réalisation d'outillages de mise en forme des matériaux se prépare en 2 ans après le baccalauréat, en lycée professionnel.

En Ile-de-France, 2 établissements (lycée professionnel) préparent à ce diplôme.

Conditions d’accès

L’entrée en formation se fait sur dossier, via la procédure d’inscription informatisée Admission Post-Bac (APB). La formation est ouverte aux titulaires du bac STI génie mécanique option A et F, du bac STI Génie des matériaux, du bac S (général et Sciences de l'ingénieur), du bac Pro mises en œuvre des matériaux, technicien outilleur, technicien modeleur ou encore technicien outilleur.

Les autres bac STI peuvent être admis sur examen de dossier.

Contenu de la formation

L'ensemble de la formation se déroule sur 2 ans, répartis entre enseignements théoriques et formation pratique (en lycée pro : 6 semaines de stage en entreprise au total).

Au programme de la formation, des enseignements généraux (français, mathématiques, sciences physiques, langue vivante étrangère, économie et gestion) et des enseignements professionnels (construction-technologie des matériaux et outillages-préparation-organisation-suivi des productions-technologie de fabrication-réalisation).

Insertion professionnelle

Le titulaire du BTS ERO exerce généralement en tant que chaudronnier, régleur ou technicien de forge. Il crée les outillages qui donneront forme aux métaux, plastiques, caoutchoucs, verres et céramiques : moules de fonderie ou de plasturgie, matrices et poinçons utilisés en forge, estampage ou emboutissage, outils de découpe, etc.

Ce technicien analyse d'abord la demande du client (par exemple, concevoir un moule pour obtenir des pièces d'automobile), rédige le cahier des charges puis établit un devis. Il réalise ensuite les plans de l'outillage et définit les opérations d'usinage et d'assemblage qui permettront de le fabriquer. En phase de fabrication, il organise le travail des ateliers en effectuant le réglage des machines qui doivent exécuter les différentes pièces de l'outil et en assurant le suivi des différentes étapes de la production et l'encadrement des personnels, sans oublier le contrôle de la qualité. Enfin, il procède aux essais et installe l'outillage sur site, chez le client, où il effectue les dernières mises au point.

Le diplômé peut travailler dans une entreprise spécialisée en construction d'outillages ou dans un atelier d'outillages intégré à une entreprise de fonderie, de construction aéronautique ou de fabrication mécanique (machines industrielles notamment).

Bon à savoir

Le BTS est conçu pour permettre une insertion directe dans la vie active. Cependant, avec un bon dossier ou une mention à l'examen, des poursuites d'études sont possibles en licence professionnelle dans le secteur de la production industrielle (Licence pro production industrielle spécialité ingénierie simultanée en conception mécanique), en classe préparatoire post-bac+2 pour entrer dans une école d'ingénieur (CPGE Classe préparatoire ATS ingénierie industrielle) ou en école spécialisée (Diplôme d'ingénieur de l'Institut national polytechnique de Bordeaux - École nationale supérieure de chimie, de biologie et de physique spécialité matériaux en partenariat avec l'ITII Aquitaine).