Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Raphaël Renais

Etudiant-infirmier en 3e année à l’IFSI Rabelais, Paris (75)
Date de l'interview : 05/01/2011

On réalise chaque année plusieurs stages de 4 à 6 semaines dans différents domaines.

Après 2 années d’expérience dans une maison de retraite en tant qu’agent d’hébergement, Raphaël Renais est entré à l’IFSI du lycée Rabelais, à Paris. Il effectue actuellement sa 3e et dernière année de formation.

Comment est née votre envie d’exercer le métier d’infirmier ?

Après mon bac ES, je ne savais pas vers quoi m’orienter. J’ai commencé par travailler quelques mois comme manutentionnaire en intérim. Puis, sur les conseils d’une aide-soignante de mon entourage, j’ai postulé pour devenir agent d’hébergement au sein d’une maison de retraite à Rennes.

J’y ai travaillé pendant 2 ans, essentiellement de nuit. Je distribuais les médicaments et m’occupais de l’aide au coucher, du ménage et de la toilette. Je me suis rendu compte que j’avais un contact aisé avec les personnes âgées et que soigner était pour moi naturel. C’est pourquoi je me suis présenté au concours d’entrée en Institut de formation en soins infirmiers (IFSI), que j’ai réussi à la 2e tentative.

Comment se déroule la formation à l’IFSI ?

La formation dure 3 ans où alternent théorie et pratique. Les modules théoriques portent sur la connaissance des pathologies, la législation et les soins infirmiers, où l’on apprend la prise en charge du patient dans son intégralité. On réalise chaque année plusieurs stages de 4 à 6 semaines dans différents domaines : médecine générale, pédiatrie, chirurgie, urgences, etc. Une personne de l’IFSI se charge d’organiser nos stages, ce qui nous soulage de nombreuses démarches !

Quel stage vous a particulièrement plu ?

J’ai particulièrement apprécié mon premier stage de 2e année, effectué en chirurgie viscérale dans une clinique privée à Paris. J’y accueillais des patients en préopératoire et postopératoire. J’y ai enlevé des sutures, des agrafes, des drains thoraciques ou carotidiens, réalisé des pansements chirurgicaux en 3 temps, fait des perfusions et des sondages urinaires... Toute une partie technique des soins que je ne connaissais pas et qui m’a beaucoup plu !

Quels sont vos projets professionnels ?

J’ai réalisé un stage en néphrologie (1) à l’hôpital miliaire du Val-de-Grâce l’été denier, où la rigueur dans l’organisation du travail m’a séduit. Par conséquent, j’envisage de travailler dans un hôpital militaire ou de partir en mission à l’étranger en tant qu’infirmier-militaire, pour soigner à la fois les militaires et les populations locales. Mais pour entrer dans l’armée, il faut passer des entretiens très exigeants. Le dossier scolaire des 3 années à l’IFSI est examiné de près et seuls les meilleurs sont retenus !

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui veut se lancer dans la formation d’infirmier ?

Avant d’entrer en IFSI, je recommande d’acquérir une expérience de terrain dans le domaine médical ou paramédical. Cela permet non seulement de montrer au jury de l’oral du concours qu’on s’est intéressé au milieu, mais surtout de vérifier que cette profession nous correspond ! Nous étions 85 étudiants en 1re année ; nous ne sommes plus que 64 en dernière année. Beaucoup ont abandonné parce qu’ils se sont rendu compte qu’ils avaient peur du sang ou qu’ils étaient gênés par la nudité des personnes âgées. Par ailleurs, on connaît tous des moments de doute et de baisse de motivation car la formation est difficile et stressante, mais il ne faut surtout pas se décourager !

 

Propos recueillis par Solène L’Hénoret, le 17/11/10

 


(1) néphrologie : spécialité médicale visant soigner les pathologies des reins.