Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Didier Motto

Coordonnateur des plateaux médico-techniques à l’Institut de cancérologie Gustave-Roussy, Villejuif (94)
Date de l'interview : 05/01/2011

Un bon technicien ne fera pas nécessairement un bon manipulateur radio.

Manipulateur en électroradiologie, Didier Motto est coordonnateur des plateaux médico-techniques à l’Institut Gustave-Roussy (IGR), premier centre européen de lutte contre le cancer.

En quoi consiste votre métier aujourd’hui ?

Je suis coordonnateur des plateaux médico-techniques, ce qui signifie que je suis responsable de l’organisation des équipes et des activités paramédicales. Je gère au total 100 professionnels, dont 7 cadres médico-techniques et 80 manipulateurs radio. Je participe également au groupe de réflexion ministériel sur la réingénierie du diplôme de manipulateur radio pour l’adapter au cursus LMD (1), qui entrera vraisemblablement en vigueur en septembre 2011.

Quel a été votre parcours ?

Après une première année de médecine, j’ai choisi de suivre une formation de manipulateur en électroradiologie médicale car sa dimension technique me séduisait. Une fois le diplôme d’Etat en poche, j’ai commencé ma carrière au Centre Hospitalier Universitaire de Reims en radiologie vasculaire, qui consiste à visualiser les artères et les vaisseaux grâce à l’injection d’un produit de contraste.

Au bout de 8 ans, je suis entré dans une école de cadres de santé. Après avoir exercé quelques mois en tant qu’enseignant dans une école de radiologie, j’ai rejoint l’IGR où j’ai successivement exercé les postes de cadre de service et cadre de département, avant d’accéder à celui de coordination des plateaux médico-techniques que j’occupe depuis 2002. Parallèlement à mes activités à l’IGR, j’ai suivi pendant 2 ans un master à l’Ecole de Management de Lyon (ex-ESC Lyon) afin de développer mes compétences managériales. 

Quelle est la spécificité de l’exercice de la profession de manipulateur radio dans un centre de cancérologie ?

C’est d’abord  la dimension relationnelle avec le patient qui change. En effet, en cancérologie, les manipulateurs connaissent bien les patients car ceux-ci suivent des traitements longs. La dimension soignante y est aussi plus développée qu’ailleurs. Les manipulateurs radio sont formés à la prise en charge de la douleur, à la relation d’aide. Ils tiennent dans certains secteurs, notamment en radiothérapie, des consultations paramédicales pour informer les patients du déroulement des actes, des effets secondaires et répondre à toutes leurs questions. Enfin, s’y ajoute une dimension « recherche » puisque les manipulateurs sont confrontés à des patients sous protocoles spécifiques  lors de la réalisation d’actes.

Quelles qualités sont nécessaires pour exercer le métier de manipulateur radio ?

Il faut présenter de réelles compétences techniques. En effet, les machines évoluent en permanence et sont de plus en plus complexes. Il est donc indispensable de se remettre constamment en question et de s’adapter aux nouvelles technologies et méthodes d’investigation. C’est d’ailleurs l’un des aspects du métier que je trouve le plus stimulant !

Il faut également ressentir l’envie de travailler auprès des patients, car la dimension technique ne suffit pas : un bon technicien ne fera pas nécessairement un bon manipulateur.

Quels aspects du métier de manipulateur radio connaît-on moins ?

L’image du manipulateur radio uniquement producteur d’images est très répandue. Pourtant, il participe également à des actes de soins. Par exemple, en médecine nucléaire, il prépare et injecte le radiopharmaceutique nécessaire à la réalisation d’une scintigraphie (2). En radiothérapie, il réalise le traitement du patient et en radiologie interventionnelle, il a un rôle d’aide opératoire.

Propos recueillis par Solène L’Hénoret, novembre 2010.

 


(1) LMD : licence – master –doctorat : schéma européens des études supérieures.

(2) La scintigraphie est une technique d'exploration médicale qui utilise des produits radioactifs.