Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Les formations du paramédical

Domaines : CAP ou équivalent, Formations, Bac ou équivalent, Bac + 2, Bac + 3, Bac + 4, Bac + 5
Juin 2013
Voir le dossier complet

Les formations aux métiers médico-techniques

Niveau CAP : diplôme d'Etat d'ambulancier (18 semaines à temps-plein ou 12 mois en apprentissage)

ambulancier_383x209.jpgEn urgence ou sur rendez-vous pour des soins réguliers, l'ambulancier transporte des blessés, des personnes malades, âgées ou handicapées vers les hôpitaux, les maisons de retraite ou les centres de rééducation.

Pour devenir ambulancier, vous devez décrocher le diplôme d’Etat d’ambulancier, qui se prépare dans un centre de formation privé ou public, en 18 semaines à temps plein ou en apprentissage. En Ile-de-France, 5 établissements proposent cette formation.

Pour vous présenter aux épreuves de sélection, aucun diplôme n’est exigé. Vous devez être titulaire du permis de conduire B depuis au moins 3 ans et fournir une attestation d’aptitude à la conduite d’ambulance délivrée par la préfecture, un certificat médical de non contre-indication à la profession d'ambulancier et un certificat médical de vaccination.

Les épreuves d’entrée en formation commencent par un écrit d'admissibilité avec un sujet de français (questions sur un texte d’actualité du secteur sanitaire et social) et un sujet d’arithmétique (opérations numériques de base) de niveau brevet des collèges.

Bon à savoir 
Si vous êtes titulaires du bac (ou équivalent), d'un titre ou diplôme du secteur sanitaire ou social de niveau V (CAP) ou si avez été admis en formation d'auxiliaires médicaux, vous êtes dispensé de l'épreuve écrite d'admissibilité.

Pour vous présenter à l'épreuve orale d'admission, vous devez réaliser un stage d'orientation professionnelle de 140 h dans un service hospitalier en charge du transport sanitaire. A l’oral, vous réalisez un exposé suivi d’un entretien avec le jury portant sur votre motivation et votre projet professionnel.

La formation conduisant au DE d'ambulancier comporte 630 h d'enseignement dispensés sous forme de cours magistraux, de travaux dirigés, de travaux de groupe et de séances d'apprentissages pratiques et gestuels.

Au programme : gestes d’urgence, état clinique du patient, hygiène et prévention, ergonomie, relation et communication, sécurité du transport sanitaire, transmission des informations, règles et valeurs professionnelles.

Quatre stages sont réalisés en milieu professionnel dans le secteur sanitaire, en établissement de santé et en entreprise de transport sanitaire.

A noter : Certains diplômes (aide-soignant, auxiliaire de puériculture) permettent d’être dispensé d’une partie de la formation.

Et pour devenir auxiliaire ambulancier ?
L'auxiliaire ambulancier assure la conduite du véhicule sanitaire léger ou est l'équipier de l'ambulancier. Pour accéder à cette fonction, il vous faut une attestation de formation de 70 h portant sur l'hygiène, la déontologie, les gestes de manutention, les règles du transport sanitaire et sur les gestes d'urgence en vue de l'obtention de l'attestation aux gestes et soins d'urgence de niveau 1.

Tout savoir sur le DE d'ambulancier.

Niveau CAP : CAP orthoprothésiste (2 ans)

orthoprothesiste_383x209.jpgL'orthoprothésiste vient en aide aux personnes temporairement ou définitivement handicapées en concevant des appareillages médicaux appelés prothèses ou orthèses. Les prothèses remplacent totalement un membre absent ou amputé, tandis que les orthèses soutiennent une musculature défaillante, une ossature déficiente, etc.

Trois diplômes permettent d’accéder au métier d’orthoprothésiste : le CAP orthoprothésiste, le DT (diplôme de technicien) prothésiste-orthésiste et le BTS  prothésiste-orthésiste. A chaque diplôme correspond un niveau de formation et donc des responsabilités différentes au sein de l'atelier.

Le CAP orthoprothésiste se prépare en 2 ans après la classe de 3e, soit à temps plein dans un lycée professionnel, soit par le biais de l'apprentissage dans un CFA. Il vous permet d’exercer en tant qu’ouvrier qualifié, c’est-à-dire de fabriquer des prothèses sous la responsabilité d'un technicien.

Six établissements proposent cette formation, dont un en Ile-de-France (le lycée d’Alembert, à Paris).

Au programme, des matières générales telles que le français, l’histoire-géographie, l’anglais, les sciences physiques, et des enseignements technologiques et professionnels : connaissance et mise en oeuvre des matériaux, anatomie générale et principales déformations et pathologies ortho-prothétique, étude du mouvement.

Les enseignements professionnels se déroulent sous forme de cours en classe et de travaux pratiques en atelier. Au total, vous passez 12 semaines en stage au cours des 2 années.

Pour obtenir votre CAP, vous serez évalué à la fois sur les domaines généraux et sur le domaine professionnel comprenant une épreuve pratique. Ces épreuves se dérouleront en contrôle continu au cours de votre formation et/ou à la fin de votre formation.

Et après ? Une fois votre CAP orthoprothésiste en poche, vous pouvez poursuivre votre formation en BT orthoprothésiste, sous réserve d’être admis.

Pour en savoir plus, consultez le référentiel du CAP orthoprothésiste.

Niveau CAP : CAP podo-orthésiste (2 ans, alternance possible)

podo_orthesiste_383x209.jpgSpécialiste de l'appareillage du pied, le podo-orthésiste réalise sur mesure des prothèses, des chaussures et des semelles orthopédiques, en fonction des besoins du patient. Il intervient toujours sur prescription d'un médecin.

Trois diplômes permettent de devenir podo-orthésiste : le CAP podo-orthésiste, le DT (diplôme de technicien) podo-orthésiste et le BTS podo-orthésiste. Ils conduisent chacun à un niveau de responsabilité différent.

Avec un CAP podo-orthésiste, vous façonnerez des prothèses, des chaussures et des semelles en atelier sous la responsabilité d'un technicien.

Le CAP se prépare en 2 ans après la classe de 3e, soit à temps plein dans un lycée professionnel, soit en apprentissage dans un CFA. Cinq établissements proposent le CAP podo-orthésiste. En Ile-de-France, seul le lycée d’Alembert (à Paris) offre cette formation. 

Au programme : français, histoire-géographie, langues vivantes, vie sociale et professionnelle, mathématiques et sciences physiques, éducation esthétique, éducation physique, technologie de fabrication de la chaussure et des matériaux. Une large part est consacrée aux travaux pratiques.

Pour décrocher votre CAP, l’évaluation repose soit sur une combinaison de contrôle continu et d’épreuves terminales, soit uniquement sur des épreuves terminales. 

Vous effectuerez au total 12 semaines de stage en entreprise au cours de votre formation.

Et après ? Vous pouvez continuer vos études avec le DT podo-orthésiste, sous réserve d’y être admis.

Tout savoir sur le CAP podo-orthésiste.

Niveau bac : certificat de qualification d'assistant dentaire (18 mois, uniquement en alternance)

La fonction de l’assistant dentaire est double : il apporte une aide technique au dentiste ou médecin stomatologiste dans ses activités au fauteuil d’une part, et s’occupe du secrétariat et de la gestion des rendez-vous d’autre part.

Pour exercer cette profession, vous devez décrocher le certificat de qualification d’assistant dentaire, titre de niveau IV (bac) qui se prépare en 18 mois en alternance. Trois établissements proposent cette formation en France, mais aucun en Ile-de-France.

Pour suivre cette formation, vous devez avoir 18 ans minimum, un niveau de formation V (Diplôme national du brevet, CAP ou BEP) et être embauché par un cabinet dentaire ou de stomatologie pour y faire votre apprentissage.

Ces 18 mois comporteront 260 h de formation théorique. Au programme : organisation des rendez-vous et accueil, manipulation et stérilisation de l'instrumentation, radiologie, assistance aux travaux prothétiques, gestion des stocks, gestes de première urgence, etc.

La théorie alternera avec 240 h de formation pratique dans le cabinet. Plusieurs rythmes d’alternance existent.

Pour obtenir le certificat de qualification d’assistant dentaire, il faut valider les 10 modules de formation, c'est-à-dire obtenir la moyenne à chaque épreuve de chaque module.

Le programme détaillé du certificat de qualification d'assistant dentaire.

Niveau bac : bac pro prothèse dentaire (3 ans, apprentissage possible)

prothesiste_dentaire_383x209.jpgLe prothésiste dentaire réalise des prothèses fixes, comme les couronnes ou les bridges, et des appareils amovibles, comme les dentiers. Il n'est pas en contact direct avec les patients et travaille sur prescription du chirurgien-dentiste.

Le métier est accessible après un bac pro prothèse dentaire, qui se prépare en 3 ans après la classe de 3e et donne un niveau bac. Il est possible de suivre sa formation en alternance.
56 établissements proposent le bac pro prothésiste dentaire, dont 6 en Ile-de-France.

La moitié de la formation théorique est composé de matières générales : français, histoire-géographie, maths, économie et gestion, sciences physiques, langue vivante, éducation physique et sportive et éducation esthétique.

L’autre moitié est consacrée à des enseignements technologiques et professionnels : anatomie et physiologie de la sphère bucco-dentaire, dessin morphologique, techniques de fabrication des matériaux et des produits, réalisation de travaux prothétique, etc.

Sur les 3 années de formation, vous effectuez 22 semaines de stages en entreprise, en laboratoires de prothèse dentaire ou cabinets dentaires.

Au terme des 3 années, l'élève obtiendra un bac professionnel de technicien en prothèse dentaire lui permettant d’occuper un emploi qualifié dans un laboratoire de prothèse dentaire, un cabinet dentaire ou un établissement de soins.

Et après ? Après le bac pro prothèse dentaire,  vous pouvez poursuivre vos études en BTM (brevet technique des métiers) prothèse dentaire, qui se prépare en 1 an après le bac pro. Le BTMS (brevet technique des métiers supérieur) en prothèse dentaire, de niveau bac + 2, se prépare quant à lui en 2 ans après le BTM. Ces 2 diplômes sont proposés par la chambre des métiers.

Vous pouvez également préparer le BTS prothésiste dentaire (création en 2012) qui se prépare en 2 ans après un bac général ou le bac pro prothèse dentaire.

Tout savoir sur le bac pro prothèse dentaire.

Niveau bac : brevet professionnel préparateur en pharmacie (2 ans, en apprentissage)

preparateur_en_pharmacie_383x209.jpgSous la responsabilité d'un pharmacien, le préparateur en pharmacie est chargé de délivrer des médicaments avec ou sans ordonnance et peut réaliser certaines préparations médicamenteuses. En officine comme à l'hôpital, il s’occupe de la gestion des stocks et des commandes.

Le préparateur en pharmacie est titulaire d’un BP (brevet professionnel) de préparateur en pharmacie se préparant en 2 ans dans le cadre d’un contrat d’apprentissage.
69 établissements proposent cette formation, dont 5 en Ile-de-France.

La formation est accessible aux titulaires d'un BEP carrières sanitaires et sociales (diplôme abrogé) ou d’un diplôme permettant de s’inscrire en 1re année d’études de pharmacie.

Si vous êtes titulaire d'un bac STL ou S, ou si vous avez suivi une PACES (Première année commune aux études de santé), vous aurez plus de facilité à aborder les cours de sciences médicales.

La formation comprend un pôle scientifique de biologie, biochimie, immunologie, botanique, pathologie, vaccins, anatomie, physiologie. Elle comporte également de nombreux enseignements techniques : pharmacologie, toxicologie, homéopathie, phytothérapie, législation, gestion de l’officine.

D’autre part, la partie pratique est très importante et porte notamment sur l’exécution des ordonnances, la réalisation de préparations et l’identification des produits.
 
Pour obtenir le BP, vous devez avoir suivi la formation de 800 h et exercé 2 années en pharmacie (d’officine, mutualiste ou hospitalière)… et obtenir une moyenne d’au moins 10 sur 20 sur l’ensemble des évaluations.

Et après ? Le BP préparateur en pharmacie vous permet de préparer le Diplôme de préparateur en pharmacie hospitalière homologué au niveau III (bac + 2) se préparant exclusivement par la voie de l’apprentissage. Les apprentis sont recrutés par des établissements publics de santé qui prennent en charge leur rémunération, dans le cadre du contrat d’apprentissage, ainsi que le coût de la formation.

Pour aller plus loin, consultez la fiche du brevet professionnel préparateur en pharmacie.

Niveau bac : formation spécialisée de secrétaire médicale (enseignement à distance possible)

secretaire_medico-sociale_383x209.jpgLa secrétaire médico-sociale assure le secrétariat, la gestion des appels et leur réorientation, le planning des rendez-vous et l'accueil au sein d'un cabinet médical, d'un centre social ou d'une structure médico-sociale (centre de protection maternelle et infantile, dispensaires, etc.).

Après le bac ST2S, une formation spécialisée en secrétariat médical est recommandée.

Les écoles privées de la Croix-Rouge proposent un programme en 1 an débouchant sur un certificat de secrétaire médico-sociale. Ce certificat est reconnu de niveau IV (niveau bac).

Pour suivre cette formation, il faut avoir au moins 18 ans, être titulaire du bac ou équivalent, ou être titulaire d’un BEP ou CAP et avoir plusieurs années d’expérience professionnelle, puis réussir les tests de sélection.

Ces tests reposent souvent sur des épreuves écrites (questions sur un texte du secteur sanitaire et social, tests sur des notions élémentaires d’arithmétique, orthographe, grammaire, conjugaison) et un oral pour mesurer votre motivation. 

La formation comprend 1280 h, dont 790 h d’enseignements théoriques et 490 h de stages. Au programme : accueil, information et orientation des publics ; constitution et suivi des dossiers administratifs, médicaux et médico-sociaux ; gestion de la comptabilité courante et de l’environnement du secrétariat ; gestion de la documentation et de l’archivage.

Vous trouverez toutes les informations détaillées sur le site Internet de la Croix Rouge.

Le CNED (Centre national d’enseignement à distance) propose une formation par correspondance menant au Titre de secrétaire médicale et médico-sociale, reconnu de niveau IV (niveau bac). Les conditions d’accès sont les mêmes que pour accéder au certificat de la Croix Rouge (voir ci-dessus). Si vous ne remplissez pas ces conditions, le CNED propose une mise à niveau en français et biologie humaine, ouverte à tous ceux qui ont un niveau 3e.

Vous trouverez toutes les informations détaillées sur le site Internet du CNED.

Certains établissements privés proposent des formations au secrétariat médical qui débouchent sur des certificats d’école. Avant de vous engager, vérifiez que le certificat est reconnu par l’Etat, c’est-à-dire qu’il est inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles.

Niveau bac : bac pro optique-lunetterie (3 ans, apprentissage possible)

Le titulaire du bac pro optique lunetterie seconde l’opticien diplômé du BTS optique-lunetterie. Monteur-vendeur en optique-lunetterie, il intervient dans 3 domaines principaux d’activité : technique, vision (premières étapes de l’analyse de la vision) et économique (participation à la gestion administrative et commerciale).

Le bac pro optique-lunetterie, accessible après la 3e, dure 3 ans. Il est possible de le préparer en apprentissage.

33 établissements le proposent (lycées professionnels, techniques, centre de formation des apprentis, écoles, etc.), dont 5 en Ile-de-France.

Au programme, des cours d’enseignements généraux et des savoirs professionnels portant sur les systèmes optiques, la vision (anatomie de l’œil, astigmatisme, pathologies), l’adaptation et prise de mesures, le contrôle, la réalisation et la maintenance d’équipements optiques, prévention des risques infectieux.

Au total, sur les 3 ans de formation, vous passez 22 semaines en stage sur le terrain. Vos activités consisteront notamment à gérer la relation avec la clientèle, définir l’équipement en fonction des besoins visuels, réaliser et remettre les équipements optiques. Vous participerez également aux activités de commercialisation et de gestion.

Chaque période de formation fera l’objet d’un bilan individuel sur les compétences et les connaissances que vous avez acquises.

En savoir plus sur le bac pro optique lunetterie.

Niveau bac : DT prothésiste-orthésiste (2 ans)

orthoprothesiste_383x209.jpgL'orthoprothésiste vient en aide aux personnes temporairement ou définitivement handicapées en concevant des appareillages médicaux appelés prothèses ou orthèses. Les prothèses remplacent totalement un membre absent ou amputé, tandis que les orthèses soutiennent une musculature défaillante, une ossature déficiente, etc.

Trois diplômes permettent d’accéder au métier d’orthoprothésiste : le CAP orthoprothésiste, le DT (diplôme de technicien) prothésiste-orthésiste et le BTS  prothésiste-orthésiste. A chaque diplôme correspond un niveau de formation et donc des responsabilités différentes au sein de l'atelier.

Le DT prothésiste-orthésiste vous permet d’accéder au poste de chef d'atelier, qui organise et supervise le travail des ouvriers. De niveau bac, le DT se prépare en 2 ans dans 3 établissements, dont 1 en Ile-de-France (le lycée d’Alembert, à Paris).

Cette formation à la fois paramédicale et technique est accessible aux titulaires d’un CAP (orthoprothésiste, podo-orthésiste, mécanique, électronique, électrotechnique) et aux élèves issus de 1re STI2D ou de 1re  ST2S.

Les 2 années de formation comprennent des enseignements généraux (français et connaissance du monde contemporain, anglais, mathématiques, sciences) et des enseignements professionnels : connaissances médicales, construction et dessin industriel, mais aussi technologie et gestion.

Les enseignements professionnels se déroulent sous forme de cours en classe et de travaux pratiques en atelier. Au total, vous passez 8 semaines en stage au cours des 2 années.

Et après ? Les élèves les plus brillants peuvent postuler en BTS prothésiste-orthésiste.

Tout savoir sur le DT prothésiste-orthésiste.

Niveau bac : DT podo-orthésiste (2 ans, alternance possible)

podo_orthesiste_383x209.jpgSpécialiste de l'appareillage du pied, le podo-orthésiste réalise sur mesure des prothèses, des chaussures et des semelles orthopédiques, en fonction des besoins du patient. Il intervient toujours sur prescription d'un médecin.

Trois diplômes permettent de devenir podo-orthésiste : le CAP (certificat d’aptitude professionnelle) podo-orthésiste, le DT (diplôme de technicien) podo-orthésiste, et le BTS (brevet de technicien supérieur) podo-orthésiste. Ils conduisent chacun à un niveau de responsabilité différent.

Le DT (diplôme de technicien) podo-orthésiste permet de devenir chef d'atelier. Ce diplôme est essentiellement destiné aux titulaires des CAP podo-orthésiste, orthoprothésiste ou cordonnier-bottier.

Le DT podo-orthésiste se prépare en 2 ans et donne le niveau bac. Vous pouvez le suivre en alternance.
2 établissements proposent cette formation, dont 1 en Ile-de-France (le lycée d’Alembert, à Paris).

Au programme : français, langue vivante, mathématiques, sciences, hygiène, prévention et secourisme, gestion, arts appliqués, éducation physique, technologie de la fabrication de la chaussure, connaissances médicales du membre inférieur, technologies des matériaux et de l’appareillage.

Chaque semaine, plus du tiers de la formation est consacrée aux travaux pratiques.

Et après ? Il est possible de poursuivre vos études en BTS podo-orthésiste.

Tout savoir sur le DT podo-orthésiste.

Niveau bac : diplôme national de thanatopracteur (1 an)

Le thanatopracteur intervient sur le corps des défunts à la demande de la famille. Il réalise des soins de conservation et de présentation, dans le respect du corps et de la déontologie de la profession.

Pour exercer ce métier, vous devez être titulaire du diplôme national de thanatopracteur organisé par le ministère de la Santé. Avant de vous présenter à l’examen de ce diplôme, vous devez avoir suivi une formation théorique et pratique sur une période de 12 mois maximum.

Le diplôme national de thanatopracteur est préparé dans 2 universités en France et plusieurs écoles privées, pour un coût allant de 1 000 à 6 000 euros. Si les universités recrutent des titulaires du bac, les instituts privés sont moins exigeants et fixent leurs propres critères : avoir un niveau bac, être employé des pompes funèbres ou exercer une profession paramédicale, avoir plus de 21 ans, etc.

En général, la sélection repose sur un dossier, un examen écrit de culture générale et un entretien de motivation. Certains centres de formation exigent 2 attestations de thanatopracteurs s’engageant à accueillir le stagiaire pour sa pratique durant l’année universitaire avant de vous admettre définitivement en formation.

La formation commence par une partie théorique de 150 h minimum portant notamment sur les soins de conservation, l’anatomie, la médecine légale, la microbiologie, l’hygiène, la sécurité sanitaire, la réglementation funéraire, l’histologie et l’anatomie pathologique.

S’y ajoutent des éléments de gestion, de sciences humaines de la mort, de déontologie et d'éthique. Les matières médicales sont dispensées par des enseignants universitaires de médecine.

La formation pratique aux soins de conservation, d'une durée minimale de 200 h portant sur 100 opérations de soins de conservation, est délivrée par des thanatopracteurs. Elle est complétée par un enseignement pratique à l'art restauratif de minimum 20 h.

Organisé une fois par an, l'examen du diplôme national de thanatopracteur se compose d'un écrit (6 h) portant sur l’ensemble des matières étudiées au cours de la formation, et d'une épreuve pratique de soins de conservation (2 h). Chaque année, une centaine de thanatopracteurs sont diplômés

Consultez le référentiel du Diplôme national de thanatopracteur.

Niveau bac + 2 : BTS opticien-lunetier (2 ans, apprentissage possible)

opticien_383x209.jpgL'opticien-lunetier réalise, adapte, commande, délivre et vend des équipements de correction de la vision, en particulier des lunettes et des lentilles. Il se situe à mi-chemin entre le technicien et le commercial.

Pour diriger et gérer un magasin, le BTS opticien-lunetier est nécessaire. Il se prépare en 2 ans après le bac.
Proposé par 54 établissements dont 8 en Ile-de-France, il peut être suivi en apprentissage.

Le BTS opticien-lunetier est accessible après un bac S, STI2D, STL voire ES. La sélection, sur dossier et entretien de motivation, est sévère. Environ 1 dossier sur 2 est accepté.

A noter : les meilleurs éléments du bac pro optique-lunetterie peuvent se présenter à la sélection du BTS opticien-lunetier.

Au programme, des matières générales comme le français, une langue vivante, communication et marketing, gestion, mathématiques.

S’y ajoutent des enseignements spécifiques portant sur les systèmes optiques (optique géométrique et physique, étude technique des systèmes optiques), l’analyse de la vision (anatomie, physiologie, contactologie, optométrie), les mesures faciales, étude, contrôle et réalisation d’équipements (montage, façonnage).  

Et après ? Plusieurs licences pro spécialisées en optique ou optométrie existent. Elles peuvent être poursuivies par un master.

Tout savoir sur le BTS opticien lunetier.

 

Niveau bac + 2 : diplôme d'Etat de technicien en analyses biomédicales (3 ans)

technicienne_de_labo_d_analyse_medicale_383x209.jpgLe technicien en analyses biomédicales assure, sous la responsabilité du biologiste, l'exécution des examens biologiques sur le sang, les urines ou les tissus cellulaires des patients. Polyvalent, il peut également effectuer le secrétariat ou le suivi thérapeutique des patients ou le recueil des prélèvements (prises de sang, etc.).

Comme toutes les professions paramédicales, celle de technicien de laboratoire est réglementée. Pour l'exercer, vous devez avoir un diplôme de niveau bac + 2 au minimum. Plusieurs formations existent, ouvertes principalement aux titulaires d'un bac S ou STL.

Le DETAB, diplôme d'Etat de technicien en analyses biomédicales, se déroule en 3 ans après le bac dans les écoles rattachées aux hôpitaux publics. Il est reconnu de niveau bac + 2.

Pour vous présenter au concours d’entrée en formation, vous devez avoir au moins 17 ans, être titulaire du bac ou avoir travaillé 5 ans.
Sur les 4 établissements français qui proposent cette formation, seul 1 se situe en Ile-de-France (à Paris).

Le concours repose sur des épreuves de biologie, physique et chimie de niveau première et terminale S.

Pour être définitivement admis, vous devez fournir un certificat médical attestant que vous n’êtes atteint d’aucune affection incompatible avec l’exercice de la profession (par exemple, de dyschromatopsies, trouble de la vision des couleurs) et que vos vaccins sont à jour.

Au cours des 3 années de formation, vous alternez enseignement théoriques et travaux pratiques avec, au programme, des cours d’anatomie, bactériologie, virologie, hématologie, immunologie, biochimie, chimie, mathématiques et statistiques, physique, biologie, physiologie, épidémiologie, etc.

Au total, vous effectuez 32 semaines de stages en milieu hospitalier et dans les laboratoires des différentes disciplines de la biologie.

Le passage d’une année à l’autre repose sur l’évaluation en contrôle continu des matières théoriques et les notes de stage.

Pour obtenir le DETAB, il faut également avoir soutenu un mémoire portant sur le stage d’approfondissement et réussir les épreuves du diplôme : un écrit portant sur le programme théorique des 3 années, et 2 épreuves pratiques.

Et après ? Le diplôme d’Etat de technicien en analyses biomédicales donne accès à la licence de carrières sanitaires et sociales et de sciences de l’éducation.

Tout savoir sur le DETAB.

Niveau bac + 2 : BTS analyses de biologie médicale (2 ans, apprentissage possible)

Le technicien en analyses biomédicales assure, sous la responsabilité du biologiste, l'exécution des examens biologiques sur le sang, les urines ou les tissus cellulaires des patients. Polyvalent, il peut également effectuer le secrétariat ou le suivi thérapeutique des patients ou le recueil des prélèvements (prises de sang, etc.).

Comme toutes les professions paramédicales, celle de technicien de laboratoire est réglementée. Pour l'exercer, vous devez avoir un diplôme de niveau bac + 2 au minimum. Plusieurs formations existent.

Le BTS analyse de biologie médicale se prépare en 2 ans après le bac, dans 36 établissements en France, dont 8 en région francilienne.

Il peut se préparer en apprentissage et est ouvert aux titulaires d'un bac S ou STL voire ST2S. L’accès se fait sur dossier.

Au programme de ces 2 années, des cours généraux de français, langue vivante, mathématiques, physique et chimie, et des enseignements professionnels de biochimie, microbiologie, hématologie, immunologie, incluant la préparation au certificat de capacité de prélèvements sanguins et la connaissance du milieu professionnel (législation, santé et sécurité au travail).

Vous effectuez au total 12 semaines de stages en laboratoire de ville et en laboratoire hospitalier. Vous y appliquez et compléterez vos connaissances en apprenant notamment à travailler sur un automate et en découvrant un plateau technique spécialisé.

Et après ? Après le BTS, vous pouvez vous insérer sur le marché du travail ou intégrer une licence professionnelle du secteur.

Tout savoir sur le BTS analyses de biologie médicale.

Niveau bac + 2 : DUT génie biologique option analyses biologiques et biochimiques (2 ans)

Le technicien en analyses biomédicales assure, sous la responsabilité du biologiste, l'exécution des examens biologiques sur le sang, les urines ou les tissus cellulaires des patients. Polyvalent, il peut également effectuer le secrétariat ou le suivi thérapeutique des patients ou le recueil des prélèvements (prises de sang, etc.).

Comme toutes les professions paramédicales,, celle de technicien de laboratoire est réglementée. Pour l'exercer, vous devez avoir un diplôme de niveau bac + 2 au minimum. Plusieurs formations existent.

Le DUT génie biologique option analyses biologiques et biochimiques se prépare en 2 ans dans un IUT (institut universitaire de technologie), après un bac le plus souvent S ou STL.

En Ile-de-France, 3 établissements proposent l’option analyses biologiques et biochimiques.

L'accès au DUT se fait sur dossier, et parfois entretien, voire tests. La première année est commune à toutes les options du DUT génie biologique. C’est en deuxième année que vous pourrez choisir l’option « analyses biologiques et biochimiques ».

En première année, vous alternez cours, travaux dirigés et travaux pratiques. Au programme : anglais, mathématiques, statistiques, informatique, physique, chimie, biologie, physiologie, microbiologie, etc.

Formation scientifique et humaine

La 2e année est centrée sur des enseignements spécifiques aux analyses biologiques et biochimiques : techniques d’analyse, biologie moléculaire et cellulaire, parasitologie, biochimie, immunologie, hématologie, physiologie, pharmacologie, toxicologie, etc.

Un tiers des cours prend la forme de travaux pratiques. La professionnalisation de la formation est complétée par des projets tutorés et 10 semaines de stages minimum au sein d’une entreprise ou d’un laboratoire.

Et après ? Après le DUT, vous pouvez enchaîner avec une licence professionnelle (bac + 3) ou une licence de biologie en 1 an, ou tenter de rejoindre en admission parallèle une école d'ingénieur (bac + 5).

A noter : le DUT génie biologique option analyses biologiques et biochimiques permet de travailler dans plusieurs secteurs d’activités : santé (laboratoires d'analyses publics ou privés) mais aussi bio-industries et biotechnologies (laboratoire de contrôle pharmaceutique, hygiène...), et domaine technico-commercial, etc.

Vous trouverez le détail de la formation dans le référentiel du DUT génie biologique.

Niveau bac + 2 : diplôme national de visiteur médical (9 à 12 mois, apprentissage possible)

visiteuse_medicale_383x209.jpgLe visiteur médical est le représentant de commerce des laboratoires pharmaceutiques. Il rend visite aux médecins afin de leur présenter les nouveaux médicaments mis au point ou les modifications apportées à des produits anciens.

Pour exercer cette profession réglementée, détenir la carte professionnelle est indispensable. Pour l’obtenir, il faut que vous ayez un diplôme de niveau III (bac + 2) et que vous ayez suivi une formation spécifique reconnue par le CPNVM, comité professionnel national de la visite médicale.

Une trentaine d'écoles privées, habilitées par le CPNVM, proposent une formation au diplôme national de visiteur médical en 9 à 12 mois. Il est possible de suivre la formation en apprentissage.

Pour entrer en formation, vous devez être titulaire d'un diplôme de niveau bac + 2 (BTS, DUT ou L2). L’admission repose sur  un dossier, un test et un entretien.

La formation s’étend sur 9 à 12 mois, dont 6 mois d’enseignement théorique en institut, dispensé sous forme de cours théoriques et TD (travaux dirigés), et 3 à 4 mois de stage pratique en entreprise

Au programme, des modules de connaissances scientifiques (fonctionnement du corps humain, physiologie, pathologie et traitement, épidémiologie, problèmes de santé publique) et de connaissance du médicament (scientifique, règlementaire et économique).

S’y ajoutent des modules professionnels pour apprendre à communiquer et convaincre, développer l'argumentaire relatif aux produits et services dans le cadre des directives d'entreprise, utiliser les outils de traitement de l'information. Vous apprenez également à planifier et organiser votre activité dans le cadre d'un travail en équipe et analyser et suivre votre activité sur un secteur en fonction de la stratégie d'entreprise.

La validation du titre de visiteur médical repose à la fois sur les notes du contrôle continu et un examen final, composé d’un écrit et d’une soutenance orale de stage devant un jury composé de professionnels.

Se former à l’université, c’est possible !

Quelques universités (facultés de médecine, de pharmacie ou de sciences) ont conclu un accord avec le CPNVM et organisent une formation de visiteur médical, sous la forme d'un DEUST, d'un DU ou d’une licence professionnelle.
Les candidats universitaires ne passent pas l'examen national du titre certifié mais les contrôles ou examens de l'université débouchant sur le DEUST ou le DU, ou la carte professionnelle.
Sur le marché du travail, les diplômes universitaires sont reconnus au même titre que le diplôme national de visiteur médical.

Pour tout savoir sur la formation de visiteur médical, consultez le site du CPNVM.

Niveau bac + 3 : diplôme d'Etat de manipulateur d'électroradiologie médicale (3 ans)

mani_electro_medi_383x209.jpgLe manipulateur en électroradiologie médicale participe à la réalisation des investigations relevant de l'imagerie médicale (radiologie standard, scanographie, IRM, médecine nucléaire) et des traitements (radiothérapie).

Deux diplômes équivalents vous permettent d'exercer le métier de manipulateur en électroradiologie et vous confèrent désormais le grade de licence : le diplôme d'Etat de manipulateur en électroradiologie médicale et le diplôme de technicien supérieur (DTS) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique.

Le diplôme d’Etat se prépare en 3 ans dans l’un des 18 instituts de formation, dont 3 se situent en Ile-de-France. Pour vous présenter aux épreuves de sélection à l’entrée en formation, vous devez avoir au moins 17 ans et être titulaire du bac ou équivalent.

Le concours consiste en une épreuve de biologie et une épreuve de physique-chimie portant sur les programmes de première et terminale S (scientifiques). Elles sont parfois complétées de tests psychotechniques ou entretien selon les écoles. Le concours étant très sélectif, rares sont les candidats à décrocher le concours dès l’année du bac. Ils ont souvent effectué une année d’études supérieures ou suivi une préparation spécifique avant de le réussir.

Pour être définitivement admis, vous devez fournir un certificat médical indiquant que vous n’êtes atteint d’aucune affection physique ou psychologique incompatible avec l’exercice de la profession (notamment avec l’utilisation d’appareils d’imagerie par résonance magnétique) et que vos vaccins sont à jour.

La préparation au diplôme d’Etat est très professionnalisée puisque sur les 3 années, vous passez 2 fois plus de temps en stage qu’à l’école. Au programme : anatomie, physiologie, sémiologie, pathologie, physique fondamentale et appliquée, appareillages, informatique, techniques de soins, radiothérapie, médecine nucléaire, législation professionnelle.

Le passage d’une année sur l’autre repose sur le contrôle continu des cours et des stages et examen annuel de passage en année supérieure. L’obtention du diplôme d’Etat repose quant à elle sur 4 épreuves théoriques écrites et 3 épreuves pratiques de mises en situation professionnelles. 

Bon à savoir : les titulaires de certains DE du paramédical (infirmier, ergothérapeute) et les étudiants ayant validé le premier cycle des études médicales peuvent être dispensés de la première année d’études.

Tout savoir sur le DE de manipulateur en électroradiologie médicale.

Niveau bac + 3 : diplôme de technicien supérieur en imagerie médicale (3 ans)

Le manipulateur en électroradiologie médicale participe à la réalisation des investigations relevant de l'imagerie médicale (radiologie standard, scanographie, IRM, médecine nucléaire) et des traitements (radiothérapie).

Deux diplômes équivalents vous permettent d'exercer le métier de manipulateur en électroradiologie et vous confèrent le grade de licence : le diplôme d'Etat et le diplôme de technicien supérieur (DTS) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique (IMRT).

Le DTS IMRT, se prépare en 3 ans après le bac dans 28 établissements.
Trois lycées proposent cette formation en Ile-de-France.

L’entrée en DTS est ouverte aux bacheliers ST2S, STL et S et la sélection s’effectue sur dossier scolaire.

Le profil des étudiants est plus diversifié que pour le DE. Près de la moitié des entrants en formation sont titulaires d’un bac ST2S ou STL spécialité biochimie génie biologique, contrairement au DE dont le concours favorise très largement les bacheliers scientifiques.

Par ailleurs, 60 % des admis en DTS sont tout juste diplômés du bac, quand le DE nécessite souvent une année d’études supérieures ou de préparation au concours avant de réussir à intégrer la formation.

Le programme comporte des enseignements généraux d’expression et communication, sciences médico-sociales et bureautique, anatomie, physiologie, droit et langue vivante.

L’autre socle est constitué d’enseignements professionnels : imagerie médicale, médecine nucléaire, radiophysique et radiothérapie, radioprotection, pathologie, soins et hygiène hospitalière, électrologie et techniques de soin.

En alternance avec la formation théorique, vous effectuez de nombreux stages dans des services d’imagerie médicale, de radiothérapie ou de médecine nucléaire au sein d’établissements d’hospitalisation, de soins ou de cures publics ou privés, dans les établissements et service de dépistage et de prévention, dans les cabinets de radiologie.

Les stages représentent environ 40 % de la formation, soit un peu moins que dans le DE.

L’examen final se déroule sous forme d’épreuves écrites, orales et pratiques.

Tout savoir sur le DTS imagerie médicale

Niveau bac + 3 : diplôme d'Etat d'audioprothésiste (3 ans)

audioprothesiste_383x209.jpgL'audioprothésiste propose des prothèses auditives à ses patients malentendants ou sourds. Il teste leur degré de surdité avant de réaliser une empreinte de l'oreille qui permettra de fabriquer une prothèse adaptée. Lorsque l'appareil est prêt, l'audioprothésiste le pose sur son patient en effectuant les tests et les réglages nécessaires.

Le diplôme d'Etat d'audioprothésiste est indispensable pour exercer la profession. Il se prépare en 3 ans dans l'un des 5 établissements dispensant la formation. Un seul est situé en Ile-de-France, à Paris.

Pour vous présenter à l’examen d’admission, vous devez être titulaire du bac ou équivalent. Il comprend 3 épreuves écrites portant sur le programme de Tle S en physique, mathématiques et biologie. Si vous obtenez au moins 8/20 de moyenne à l’écrit, vous pourrez vous présenter à l'épreuve orale, qui évaluera vos connaissances de culture générale ainsi que vos aptitudes psychotechniques (capacité à raisonner vite et logiquement).

Les 3 années de formation comportent des enseignements théoriques, des enseignements dirigés, des enseignements pratiques, des stages et la soutenance d'un mémoire de recherche.

Au programme : mathématiques et informatique, physique (biophysique, acoustique, électronique), audiologie et otologie (anatomie, physiologie, audiométrie, pathologie de l'audition), audioprothèse (électronique appliquée), sciences humaines et sociales, linguistique et phonétique, gestion et comptabilité.

Deux-tiers de la formation sont consacrés aux stages réalisés dans des services hospitaliers d'oto-rhino-laryngologie, des laboratoires d'audioprothèse, des instituts gérontologiques et donnent lieu à une notation.

Chacune des 3 années d'études fait l'objet d'un examen terminal portant sur l'ensemble des matières enseignées dans l'année.

Le diplôme d'Etat d'audioprothésiste est délivré aux étudiants ayant réussi les épreuves des examens de chaque année et soutenu avec succès leur mémoire de recherche.

Et après ? Après l’obtention du DE d’audioprothésiste, il est possible de poursuivre une formation complémentaire en un an, sous forme de DU (diplôme d’université).

Tout savoir sur le DE d’audioprothésiste.

Niveau bac + 2 : BTS prothésiste-orthésiste (3 ans, apprentissage possible)

orthoprothesiste_383x209.jpgL'orthoprothésiste vient en aide aux personnes temporairement ou définitivement handicapées en concevant des appareillages médicaux appelés prothèses ou orthèses. Les prothèses remplacent totalement un membre absent ou amputé, tandis que les orthèses soutiennent une musculature défaillante, une ossature déficiente, etc.

Trois diplômes permettent d’accéder au métier d’orthoprothésiste : le CAP orthoprothésiste, le DT prothésiste-orthésiste et le prothésiste-orthésiste. A chaque diplôme correspond un niveau de formation et donc des responsabilités différentes au sein de l'atelier.

Le BTS prothésiste-orthésiste (niveau bac + 2) vous conduit à concevoir, réaliser et adapter le grand appareillage à la personne handicapée. Il vous permet également de vous installer à votre compte.

Le BTS se prépare en 3 ans, par la voie scolaire ou par apprentissage, après un bac S, STI2D, STL ou ST2S. Il est également accessible aux meilleurs élèves de  DT (diplôme de technicien).

3 établissements proposent cette formation, dont 1 en Ile-de-France (le lycée d’Alembert, à Paris). La sélection s’effectue sur dossier et entretien.

Au programme : chimie, connaissances médicales (histologie, anatomie, pathologie médicale et chirurgicale, médecine de rééducation fonctionnelle et de réadaptation), technologies des matériaux et de l’appareillage (plastiques, cuirs, peaux, bois, textiles et feutres), mais aussi dessin industriel, gestion et législation, psychologie et sociologie.

Un tiers de la formation est consacré aux stages pratiques en ateliers de fabrication de prothèses et orthèses ou des centres d’appareillage.

L’obtention du BTS est soumise à la réussite d’épreuves théoriques écrites et d’épreuves  professionnelles sous forme de travaux pratiques.

Téléchargez la fiche diplôme du BTS prothésiste-orthésiste.

Niveau bac + 2 : BTS podo-orthésiste (3 ans)

podo_orthesiste_383x209.jpgSpécialiste de l'appareillage du pied, le podo-orthésiste réalise sur mesure des prothèses, des chaussures et des semelles orthopédiques, en fonction des besoins du patient. Il intervient toujours sur prescription d'un médecin.

Trois diplômes permettent de devenir podo-orthésiste : le CAP podo-orthésiste, le DT podo-orthésiste, et le BTS podo-orthésiste. Ils conduisent chacun à un niveau de responsabilité différent.

Le BTS podo-orthésiste se prépare en 3 ans après un DT podo-orthésiste ou après un bac S, STI2D, STL, ST2S ou encore après le BT production et utilisation des cuirs et peaux.

Ce BTS est nécessaire pour s'installer à son compte. Il donne un niveau bac + 2. 2 établissements proposent le BTS podo-orthésiste, dont 1 en Ile-de-France (le lycée d’Alembert, à Paris).

Au programme, des cours de français, langue vivante, sciences appliquées (mécanique et résistance des matériaux, chimie des matières plastiques), connaissances médicales (anatomie, histologie, physiologie, morphologie), législation, gestion, déontologie, psychologie et sociologie.

Vous étudierez en détail les différentes pathologies du membre inférieur (pied plat, pied bot, paralysies, mycoses et durillons, etc.).

La théorie est mise en application lors de travaux pratiques où vous apprenez à concevoir semelles et chaussures orthopédiques : empreintes, moulages du pied et de la jambe, choix de matière et du mode de fabrication.

Vous réaliserez plusieurs stages au cours de votre formation, en centre d’appareillage, de réadaptation, de rééducation ou en centre hospitalier. Vous devez présenter, en troisième année, un rapport de stage sur des cas concrets d’appareillage ou des techniques de fabrication.

Pour connaître tous les détails de la formation, consultez le référentiel sur le BTS podo-orthésiste.

Niveau bac + 2 : Certificat de technicien supérieur orthopédiste orthésiste (1 an)

L’orthopédiste-orthésiste conçoit, réalise, adapte et applique les orthèses destinées à soutenir ou à corriger une fonction défaillante, un organe amoindri ou déformé. Il s'occupe du petit appareillage soulageant les affections liées aux pathologies osseuses, articulaires, musculaires, viscérales et circulatoires, en fabriquant par exemple ceintures, corsets, appareils de contention et prothèses mammaires.

Le certificat de technicien supérieur orthopédiste-orthésiste, de niveau bac + 2, se prépare en 1 an après un bac, un diplôme de technicien de prothèse-orthèse ou de podo-orthèse, ou un brevet professionnel de préparateur en pharmacie.

2 établissements proposent cette formation, dont 1 situé en Ile-de-France (à Poissy, 78).

Le programme se compose d’une partie d’enseignement général et scientifique de gestion, cadre juridique, comptabilité, hygiène-sécurité, communication, anatomie, physiologie, pathologies, etc.

Les enseignements professionnels théoriques et pratiques portent quant à eux sur l’art herniaire, les orthèses de la main, podologie, ceintures et corsets, appareils divers de correction, prothèses mammaires, etc.

L’apprentissage pratique s’effectue au travers d’ateliers, où les élèves travaillent en binômes. Au total, vous réalisez 200 h de stage au cours de votre formation, en cabinet d’orthopédie ou dans le cadre hospitalier ou industriel.

Bon à savoir : le BTS prothésiste orthésiste vous permet également d’accéder au métier d’orthopédiste-orthésiste.

Tout savoir sur le certificat d'orthopédiste-orthésiste.

Aller à la page précédente
Page :1234567