Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

23/06/2010 à 17h00 - Travailler avec des animaux

De nombreux métiers, du CAP au doctorat, donnent l'occasion de travailler au contact des animaux. Pour découvrir les formations possibles et les perspectives d'emploi, retrouvez les échanges qui ont eu lieu entre les internautes et nos deux invitées.

Les invités

Docteur Sylvie Laidebeure - Vétérinaire au parc zoologique de Paris

Elisabeth Dupré de Pomarède - Directrice du CFA du CEZ de Rambouillet, centre spécialisé dans les métiers du cheval, de l'agriculture et de la santé animale

Question :

Modérateur : Bonjour à tous, le chat va commencer. Vous pouvez poser vos questions.

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Bonjour à toutes et à tous !

Elisabeth Dupré de Pomarède : Bonjour à tous et à toutes!

Question :

gigi : Mademoiselle Laidebeure, quel est votre parcours s'il vous plaît ? Quelle formation avez-vous suivie ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : J'ai suivi une formation de vétérinaire classique puisqu'il n'y a pas de formation spécifique "faune sauvage" en France, puis j'ai suivi des stages dans des zoos. Dans le cadre de la formation vétérinaire classique, il y a de toutes façons des stages obligatoires en clinique et dans des structures agricoles. J'ai également été employée dans différentes cliniques vétérinaires avant de me spécialiser.

Question :

julie75 : Bonjour, qu'est-ce que c'est un CFA du CEZ ?

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : C'est un centre de formation d'apprentis. Il se situe au centre d'enseignement zootechnique à la bergerie nationale à Rambouillet.

Question :

Olive : Quels métiers apprend-on dans votre établissement Madame Dupré? Merci.

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : On apprend tout ce qui concerne les métiers autour du cheval (palfrenier, cavalier-soigneur, responsable de centre hippique et cavalier de jeunes chevaux). On apprend aussi les métiers de l'agriculture : responsable d'exploitation agricole, technicien agricole, animateur de groupes d'agriculteurs... Il existe également la partie "santé animale" où l'on se forme aux métiers d'auxiliaires spécialisés vétérinaires, c'est-à-dire les assistantes vétérinaires pour les chiens, les chats, et les nouveaux animaux de compagnie. Depuis peu, nous développons des formations autour de l'agro-alimentaire, à un niveau BTS et licence. On y forme des techniciens qualités, des techniciens de production dans les entreprises agro-alimentaires.

Question :

dédé : Quel parcours scolaire avez-vous suivi pour devenir vétérinaire ? Quelle classe de 1ère avez-vous choisie ? Avec quelles options ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : J'ai suivi une 1ère scientifique option maths, mais une option physique ou chimie peut tout à fait convenir. Après le bac, j'ai fait une classe préparatoire BCPST (maths sup et maths spé bio) à l'ENCPB (Ecole nationale de Chimie, Physique, Biologie), à Paris 13e. J'ai passé le concours A des écoles vétérinaires à la fin de ma prépa et échoué une première fois au concours (comme beaucoup de gens !). Puis, j'ai fait une 2e année de DEUG (équivalent L2) de biologie et intégré l'école vétérinaire d'Alfort par le concours B.

Question :

Caramelle : Madame Pomarède, avez vous travaillé avec des animaux vous-même? Quels métiers avez-vous fait avant ?

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : Mon projet, c'était d'être bergère. Comme je n'avais pas de terres ni de moutons, j'ai fait une spécialité en informatique et en agriculture. J'ai travaillé dans des élevages de moutons pendant 3 ans.

Question :

glad : Si vous travaillez au Muséum national d'histoire naturelle, vous êtes donc fonctionnaire, n'est-ce pas ? Est-ce qu'il y a un concours spécial ?vétérinaire en ville ou c'est seulement à la campagne ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Non, je ne suis pas fonctionnaire mais contractuelle d'Etat. Cela correspond à un poste en CDD ou en CDI, mais pour lequel aucun concours n'est nécessaire. Il n'existe pas actuellement de poste de fonctionnaire pour mon travail ou pour un travail semblable au mien au zoo.

Question :

Julie : Cela correspond à quel niveau d'études ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Cela correspond à un bac + 6 mais les études ont légèrement évolué depuis que j'ai fini. Maintenant, un diplôme de vétérinaire est un bac +7.

Question :

juju : Qu'est-ce que c'est palfrenier ?

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : Palfrenier, c'est une personne qui s'occupe des chevaux, les nourrit, les soigne (les brosse, cure les sabots...), nettoie les boxes. Il s'occupe aussi de l'entretien des écuries (balaie, tond la pelouse et les abords...) et peut également accueillir le public et aider le moniteur. De temps en temps, s'il est cavalier, il peut sortir les chevaux.

Question :

Paige : Peut-on travailler dans le domaine des animaux à tout âge et à quelles conditions lorsque l'on a eu un parcours atypique ?

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : Nos formations dans les métiers du cheval commencent après la 3e, mais il faut avoir un niveau galop 3. Il est possible d'accéder à la formation BEPA activités hippiques, soigneur, aide-animateur. Une poursuite d'études en Bac Pro Conduite et gestion d'une exploitation agricole spécialisée dans l'élevage du cheval est envisageable. Il existe aussi un niveau BTS pour devenir soit technicien agricole, soit directeur d'un centre hippique. Les formations se déroulent par apprentissage, donc il faut avoir entre 15 ans et 25 ans.

Question :

Claire : Madame Laidebeure, Je suis passionnée par les animaux et je voudrais devenir vétérinaire. Je souhaiterais faire un stage pour mieux découvrir ce métier. Est-ce que je peux vous envoyer une demande ? Merci.

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Nous avons fait un choix pour l'accueil de nos stagiaires : afin de leur proposer la meilleure formation possible et d'avoir en retour un travail intéressant pour nous, nous ne prenons que des stagiaires en dernière année d'école vétérinaire pour des stages longs de minimum 6 mois. Cela leur permet généralement de réaliser une thèse avec nous. Si c'est votre cas, n'hésitez pas à envoyer votre CV. Sinon, il faudra attendre un peu...

Question :

firmin : quellles sont les différentes façons de devenir vétérinaire ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Il existe 4 concours pour intégrer les écoles vétérinaires : le concours A, qui s'adresse à des étudiants ayant effectué une classe prépa, et offre environ 400 places par an ; le concours B, pour des étudiants universitaires ayant (à l'époque !) un Deug B, qui offre environ 40 places par an ; le concours C, pour les étudiants en DUT ou BTS, qui a une dizaine de places par an ; et le concours D, qui n'a que 2 places par an et qui s'adresse à des médecins et des pharmaciens. Dans tous les cas, il faut passer un concours !

Question :

Stel : Bonjour, je suis ASV diplômée et comportementaliste certifiée par Michel Chanton. Quelles perspectives professionnelles s'offrent à moi ?

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : Vous avez la possibilité de collaborer avec des vétérinaires qui pourraient vous recommander à leurs clients ayant des difficultés avec leurs animaux. Vous pouvez également proposer des stages pour aider les propriétaires de chiens à mieux comprendre le comportement de leurs chiens. Vous pouvez vous rapprocher des clubs canins.

Question :

Dardannelle : Pour devenir vétérinaire, faut-il commencer par faire médecine à la fac ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Non, pas du tout ! C'est une possibilité mais les autres options (citées précédemment) sont nettement majoritaires.

Question :

julie : Selon vous, faut-il privilégier les écoles d'ingénieur agricole ENSA ou ENITA ?

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : Cela dépend du projet professionnel. Si vous voulez être ingénieur de terrain, mieux vaut vous orienter vers une ENITA. Si vous voulez plutôt être dans la conceptualisation de programmes plus généraux concernant une région ou une grosse structure, il est préférable de faire l'ENSA.

Question :

XXXX : Est-ce dans votre métier, y a-t-il de la place pour les jeunes qui arrivent, Madame Laidebeure ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Oui, mais il existe peu de places par an. Le concours vétérinaire ne permet qu'à environ un dixième des prétendants d'intégrer une école vétérinaire. A la sortie de l'école, la majorité des étudiants se tourne vers des filières vétérinaires classiques (pour lesquelles il existe de nombreux débouchés). Mais pour la filière "faune sauvage", seuls quelques vétérinaires par an trouveront un travail en parc zoologique. Ceux qui trouveront une place en zoo sont généralement ceux qui auront prouvé leur motivation par de nombreux stages.

Question :

Fred : Y a t-il beaucoup de débouchés dans ces métiers ?

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : Dans les métiers du cheval, en Ile-de-France, il y a beaucoup de débouchés car la région compte beaucoup de centres équestres et d'écuries de propriétaires et de compétition. Dans les métiers d'auxiliaires spécialisés vétérinaires, il faut, pour faire cette formation, signer un contrat d'apprentissage ou un contrat de professionnalisation avec un vétérinaire, qui a l'objectif de vous embaucher une fois formé.

Sylvie Laidebeure : De nombreux débouchés s'offrent aux vétérinaires : travail en cabinet vétérinaire "classique" (de ville ou à la campagne), hygiène alimentaire, environnement, filière commerciale pour des étudiants qui auraient complété leur formation par une année de spécialisation en école de commerce, etc.

Question :

llullu : J'aimerais travailler dans une réserve naturelle, ou faire un peu comme un gardian ... Cela est-il possible ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Si par "réserve naturelle", vous entendez une réserve nationale de protection (en Afrique par exemple, mais aussi en France), il y a peu de débouchés... En tous cas, peu de vétérinaires. Dans ce cas, il faut plutôt vous tourner vers des études universitaires d'éthologie.

Elisabeth Dupré de Pomarède : Pour être gardian à cheval, il faut, d'une part, très bien monter et se faire embaucher soit par un élevage (souvent de bovins), soit dans le parc naturel de Camargue. De toute façon, vous devez avoir des connaissances sur toute la zootechnie bovine, c'est-à-dire savoir soigner des vaches.

Question :

Noam-: : Est-ce que c'est difficile de s'installer comme vétérinaire ? Quels conseils auriez-vous à me donner ?

Réponse :

Sylvie Laidebeure : Il faut déjà être diplômé pour avoir le droit d'exercer. En général, les jeunes vétérinaires commencent comme salariés dans une clinique, le temps d'acquérir l'expérience nécessaire et de mettre un peu d'argent de côté. Ils pourront ensuite soit racheter des parts d'associés de la clinique dans laquelle ils travaillent (ou dans une autre), soit créer leur propre clinique (mais c'est beaucoup plus difficile, coûteux et risqué puisqu'il faut partir de zéro). Mes conseils à Noam : bien choisir la structure dans laquelle vous investir (d'abord en tant que salarié, puis éventuellement comme associé), savoir que vous créez une entreprise (avec tout ce que cela implique sur la vie personnelle).

Question :

équiworld : Est-ce que les diplômes de votre CFA sont reconnus à l'étranger ?

Réponse :

Elisabeth Dupré de Pomarède : Il y a des apprentis dans les métiers du cheval qui sont embauchés en Allemagne, en Hollande, en Angleterre, même aux Etats-Unis. Ce n'est pas le diplôme qui permet l'embauche, mais leur savoir-faire (très bonne monte à cheval, très bons soins des chevaux).
Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)