Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

14/04/2010 à 17h00 - Les métiers du livre

Avec l'arrivée du numérique, le monde de l'édition est en pleine effervescence. Pour découvrir les métiers émergeants, les formations recommandées par les professionnels et les perspectives d'emploi, retrouvez les échanges qui ont eu lieu entre les internautes et nos deux invitées.

Les invités

Aïda Diab - Directrice de l'Asfored

Claire Cabaret - Chef de produit chez Reed Business, print et web

Question :

Modérateur métiers : Bonjour à tous, le chat va commencer. Vous pouvez poser vos questions. soulman : Claire, en quoi consiste votre métier exactement ?

Réponse :

Claire Cabaret : Mon travail, au quotidien, c'est de me tenir informée sur les thématiques sur lesquelles je travaille. Je commence ma journée par lire les newsletters, regarder ce que fait la concurrence, et voir où j'en suis dans mes plannings. J'ai des auteurs à appeler, des manuscrits à relire et à valider, des assistantes d'édition à encadrer... Je dois aussi contacter les compositeurs pour savoir à quelle date je vais disposer des épreuves. Une épreuve, c'est la première étape du livre, après validation du manuscrit et corrections orthographiques. Tout cela, c'est la partie de mon travail sur les ouvrages imprimés. Ensuite, sur un site Web, je peux être amenée à rédiger des newsletter d'actualité, à assurer le suivi des pages vues sur le site, etc. En cas de création de site web, il faut aussi définir les écrans, la circulation dans le site, avec les équipes informatiques.

Question :

greg : Bonjour, je ne connais pas Reed Business, est-ce que c'est une maison d'édition spécialisée dans le business ?

Réponse :

Claire Cabaret : Non, c'est un groupe qui rassemble plusieurs éditions de magazines, par exemple le magazine Stratégies, et des maisons d'édition comme Prat et ESF éditeur. ESF Editeur publie des ouvrages pour les travailleurs sociaux, les profs, et propose des collections destinées aux managers et aux cadres. Prat Editions publie des ouvrages juridiques grand public et des ouvrages pratiques.

Question :

klodiodeNoisiel : Bonjour, je voudrais savoir ce que fait exactement un chef de produit dans l'édition ? Quelles sont ses fonctions ? En ce qui vous concerne, Claire Cabaret, en quoi consiste votre travail ?

Réponse :

Claire Cabaret : Chef de produit, c'est le métier d'éditeur, mais cela englobe tous les aspects commerciaux et marketing du produit, c'est à dire d'un livre. Je m'occupe donc aussi de savoir comment on va vendre le livre, à quelle cible il s'adresse, quels seraient les partenaires potentiels... L'aspect commercial, je l'ai appris "sur le tas", cela ne faisait pas partie de ma formation.

Question :

Aïda Diab : Bonjour à tous ! mila : Excusez-moi, mais qu'est-ce que c'est, l'Asfored ? Merci. Marion : Qu'est ce que l'Asfored, Madame Diab? Et quel est votre rôle? Est-ce que je peux m'adresser à vous pour trouver une formation ou la liste des maisons d'éditions qui existent en France ? Merci beaucoup de votre réponse.

Réponse :

Aïda Diab : L'Asfored est l'unique centre de formation professionnelle à l'édition. Il a été créé il y a 38 ans par les éditeurs, pour les éditeurs et pour tous ceux qui veulent entrer dans l'édition. Je dirige l'Asfored depuis 7 ans maintenant. Mon rôle est d'y développer la formation professionnelle à l'édition, de préparer des nouveaux entrants dans la profession aux différents métiers de l'édition par la formation initiale et d'accompagner les salariés en poste dans le développement de leurs compétences.

Question :

Souane : Est-ce qu'il y a des débouchés dans les métiers du livre ?

Réponse :

Aïda Diab : Oui, d'autant que le monde de l'édition bouge avec le numérique. De nouveaux métiers se créent avec la dématérialisation des contenus. On sent que, malgré la crise, le taux de recrutement reste stable. Il n'augmente certes pas, mais c'est aussi parce que le monde de l'édition n'est pas un très grand secteur. On y dénombre environ 10 000 salariés. Claire Cabaret : Quand je faisais mes études, il y a 15 ans, on disait déjà qu'il n'y avait pas de débouchés dans le secteur de l'édition. Mais si on fait des stages et une formation spécialisée, on peut y entrer, j'en suis la preuve.

Question :

barbie : Les gens qui travaillent avec vous ont-ils tous un diplôme du secteur, ou bien peut-on encore accéder à ce secteur en se formant sur le tas ?

Réponse :

Aïda Diab : Je dirais, dans mon rôle d'observation puisque je vois passer beaucoup de personnes qui travaillent dans l'édition, qu'au cours des sept dernières années, ceux qui ont trouvé le plus facilement du travail sont ceux qui avaient une formation spécialisée. Les professionnels préfèrent avoir quelqu'un de formé plutôt que quelqu'un à former. Claire Cabaret : Chez Reed, ça dépend... J'ai des gens autour de moi qui ont une formation juridique, et c'est la connaissance du droit qui leur a permis d'entrer dans l'édition. Dans le métier d'éditeur, il ne faut pas négliger la formation continue, car même avec une formation spécialisée à la base, c'est indispensable, notamment avec les nouvelles technologies. Aïda Diab : Aujourd'hui, l'édition, ce n'est pas un métier généraliste. C'est un métier qui requiert une formation spécifique. Il ne suffit pas d'avoir un bac + 5 pour prétendre à être éditeur. Une formation de base généraliste peut être utile, mais elle n'est pas suffisante.

Question :

france : Quels métiers exactement peut-on trouver dans l'édition... à part chef d'édition et assistant d'édition bien sûr !!! Est-ce que correcteur est un métier qui existe encore et qui recrute ?

Réponse :

Aïda Diab : Il y a d'abord les métiers de l'éditorial : assistant d'édition, éditeur, directeur de collection, directeur éditorial, chef de produit, avec un accent de plus en plus mis sur le marketing, notamment par le web. Il y a ensuite le service fabrication : les professionnels de la fabrication s'occupent de la technique, de la demande de devis de fabrication, des relations avec les imprimeurs... Ils conseillent l'éditeur, dès la conception du livre, sur le format, le papier, la couverture. Ils travaillent avec les maquettistes et coordonnent tout le travail de fabrication jusqu'à la sortie du livre. Avec l'arrivée du numérique, les fabricants travaillent aussi avec les informaticiens, les vidéastes... Pour les autres supports. Il y a aussi les services de gestion qui élaborent et suivent les budgets éditoriaux. Claire Cabaret : Chez Reed, on a environ quatre fabricants pour douze éditeurs. Chez nous, le correcteur travaille plutôt à domicile, juste pour des corrections typographiques et orthographiques. En interne, nous avons des assistantes d'édition, qui ont un rôle un peu plus large qu'ailleurs. Elles font des corrections, du rewriting, choississent les iconographies, sont en relation avec les compositeurs, ou avec les auteurs pour les prises de corrections.

Question :

Monica : Quels sont les métiers les plus importants dans les métiers du livre, ceux qui recrutent vraiment ?

Réponse :

Aïda Diab : Dans tous les métiers, la connaissance numérique aujourd'hui est très recherchée. Il faut savoir que pour cette spécificité, il y a beaucoup d'offres et peu de demandes.

Question :

olivier : Selon votre expérience, Claire, y a-t-il une majorité de filles dans l'édition ? Est-ce qu'il y a encore de la place pour les hommes?

Réponse :

Claire Cabaret : Il y a de la place pour les hommes, à condition que ceux-ci laissent de la place aux femmes... Pour les fonctions marketing, les hommes qui viennent dans l'édition, c'est vraiment par amour de l'édition car faire du marketing dans l'agro-alimentaire ou la publicité, ça rapporte beaucoup plus !

Question :

gabriel : Les métiers du livre concernent-ils aussi le livre électronique ? Quels sont les nouveaux métiers qui vont avec le livre électronique ? Avez-vous des conseils pour les métiers de demain dans ce domaine ?

Réponse :

Aïda Diab : Je dirais qu'aujourd'hui, quand on parle du livre, on doit changer de terminologie et parler plutôt de contenu. Le livre papier restera, mais il y aura aussi d'autres supports qui auront leur public, leurs lecteurs, comme les téléphones mobiles, les "liseuses", les tablettes et autres supports. Du point de vue des métiers, oui, évidemment, des métiers liés au numérique vont émerger dans ce secteur. Qui dit autres supports, dit autres technologies et donc autres compétences (concepteur de jeux, le multimédia, du web-marketing, et aussi des compétences dans les bases de données). Claire Cabaret : Aujourd'hui, quand on réfléchit à un projet, à une cible, qu'on pense à lui fournir du contenu, on se demande sur quel support on va le lui fournir : sous forme de livre, d'abonnement, de CD-rom, de site web... On envisage aussi à des contenus sur smart phone, eBook, etc.

Question :

Mamath : Je suis passionné de jeux vidéos et je cherche une formation. Est-ce que l'édition inclut aussi l'édition de jeux vidéo ? Si oui, pouvez-vous me dire où je peux trouver des infos sur les formations existantes. Merci.

Réponse :

Aïda Diab : Les jeux vidéos, ce n'est pas l'édition. Par contre, aujourd'hui, les compétences en jeux vidéo peuvent avoir des débouchés dans l'édition, en particulier en livre jeunesse ou en BD. Par exemple, aujourd'hui, les éditeurs jeunesse s'intéressent beaucoup aux consoles parce qu'ils adaptent des contenus pour des consoles de jeux.

Question :

GKZ2 : Avec le numérique, on dit que les métiers du livre ont changé. Que nous conseillez-vous de suivre comme formation pour travailler dans l'édition web?

Réponse :

Aïda Diab : L'édition, c'est différent de l'édition web. Les contenus appartiennent à des auteurs. En revanche, l'édition web, c'est la promotion des contenus, la publication d'information. La propriété intellectuelle pour des contenus sur le web n'est pas la même. Claire Cabaret : Je crois qu'on peut être éditeur web en ayant une formation d'édition actuelle, qui prépare aussi à cet aspect-là. Quand on met en ligne du contenu, ça veut dire qu'on a réfléchi en amont à un concept, à une cible, à une taille de marché, qu'on a recruté des auteurs capables de répondre à des problématiques, de la même façon que lorsqu'on travaille pour des ouvrages papier. Aïda Diab : L'"édition web", c'est la gestion de sites web pour les maisons d'éditions ; les formations dans l'édition sont larges, donc peuvent contenir une offre de formation pour cela. Mais il n'y a pas de formation initiale spécifique à recommander.

Question :

monica : Quel type de formations l'Asfored propose-t-il ?

Réponse :

Aïda Diab : L'Asfored a un site que vous pouvez consulter (www.asfored.org) et qui, vous le verrez, présente une offre assez large de formations, en formation continue sur toute la chaîne du livre, mais aussi en formation diplômante.

Question :

Hugo : Le métier de relieur fait-il partie des métiers du livre ? Avez-vous des formations à me conseiller ou bien ne suis-je pas du tout sur le bon tchat ?

Réponse :

Aïda Diab : Non, le relieur est un prestataire des maisons d'édition. Les relieurs ne travaillent pas en interne. Par contre, dans les maisons d'édition, les employés doivent connaître le métier de relieur. L'Asfored forme à ce métier, non pas pour que les futurs employés fassent, mais pour qu'ils fassent faire, qu'ils soient de bons interlocuteurs plus tard.

Question :

Oizo : Est-ce qu'iconographe fait partie des métiers du livre ? Si oui, pouvez-vous me recommander une formation ?

Réponse :

Claire Cabaret : Chez Reed, on n'emploie pas d'iconographes en interne. Les iconographes travaillent plutôt depuis l'extérieur. Mais chez Nathan, dans le scolaire, il y en a. Aïda Diab : Iconographe fait partie du métier du livre, mais en général, ce sont des personnes qui travaillent à l'extérieur. Ceci dit, dans les maisons d'édition de livre d'art ou dans le secteur scolaire, l'énorme travail de recherche iconographique peut justifier des postes en interne. Claire Cabaret : Aujourd'hui, les éditeurs eux-même sont amenés à faire des recherches iconographiques, lorsque la maison d'édition n'a pas ce profil en interne. Aïda Diab : Nous formons à l'identification et à la recherche iconographique, mais tout dépend du secteur dans lequel on veut travailler. Il y a une formation à l'iconographie à l'Asfored.

Question :

Glad : Est-ce qu'il faut un diplôme spécial pour devenir libraire ? Est-ce qu'on peut ouvrir sa librairie sans diplôme ?

Réponse :

Aïda Diab : Je dirais qu'il faut avoir une formation pour devenir libraire. Il y a l'INFL, l'institut national de la formation des libraires (www.infl.fr). La terminologie technique, le système de gestion et les outils utilisés en librairie, tout ceci s'apprend. Claire Cabaret : Je ne me risquerais pas à ouvrir une librairie sans formation ! C'est déjà difficile quand on est formé... L'amour du livre ne suffit pas. Cela demande des compétences en gestion sans doute supérieures à celles en littérature. Il faut connaître les termes spécifiques, comme « office » et « réassort », pour dialoguer avec les représentants.

Question :

barbara : Bonjour, je voudrais savoir si pour devenir bibliothéquaire, il faut obligatoirement passer des concours de la fonction publique ?

Réponse :

Aïda Diab : Non, on peut aussi exercer dans le privé. L'Enssib forme des bibliothécaires. Par contre, les débouchés dans le privé, et en général, sont assez restreints.

Question :

Anne-so : Je voudrais faire une formation en alternance. Existe-t-il des formation de ce type pour devenir assistante d'édition ?

Réponse :

Aïda Diab : A ma connaissance, il n'y a pas de formation en alternance.

Question :

Arnaud : Bonjour, les maisons d'édition recrutent-elles des commerciaux ? Y a t-il une formation spéciale ? Quelles qualités faut-il, selon vous mesdames, pour être commercial dans l'édition ?

Réponse :

Claire Cabaret : Oui, les maisons d'édition recrutent des commerciaux. Ils sortent généralement d'écoles de commerce. Aïda Diab : Il faut avoir une bonne culture générale, avoir fait une formation en école de commerce et, par la suite, la formation continue contribuera à approfondir vos connaissances sur le secteur du livre. A l'université Paris 13 Nord ("Villetaneuse"), il existe un master consacré à la commercialisation du livre. Claire Cabaret : Nous travaillons en collaboration avec les commerciaux pour élaborer des concepts éditoriaux et définir des idées de collection, car leurs visites sur le terrain (supermarchés, librairies, etc.) leur donnent une bonne vision du marché.

Question :

Lorrie : Combien peut-on gagner lorsqu'on débute comme éditeur ?

Réponse :

Aïda Diab : On commence d'abord par être assistant d'édition puis on devient éditeur ! On peut démarrer en tant qu'assistant d'édition avec un salaire mensuel avoisinant 2 000 euros brut. Le salaire varie en fonction de la taille de la maison.
Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)